Archives du mot-clé Rétromobile

Pour que (sur)vive la passion automobile et son industrie

Chers lecteurs, chers passionnés,

Ce billet s’adresse à tous les passionnés d’automobile, qu’ils n’en pincent que pour les Porsche ou pour tout autre marque fondée un jour par l’enthousiasme, la détermination, et l’inventivité d’hommes un peu rêveurs. Peut-être étiez-vous là, en ce mois de février dernier. Peut-être êtes-vous venus, vous aussi, jusqu’à la porte de Versailles. Pendant quatre jours, des centaines de voitures de collection se sont disputé la vedette. Bien heureux celui qui aurait su faire son choix entre une sublime Ferrari 275 GTB, une authentique Ford GT40, une furieuse Lancia Stratos, une Porsche 993 RS Clubsport immaculée, une Mercedes 300 SL Gullwing… Il y en avait pour tous les goûts, mais certainement pas pour toutes les bourses. Certains étaient certes venus se porter acquéreurs des merveilles suscitées. Mais nous étions, pour la plupart, simplement venus pour voir. Et du monde, il y en avait. Beaucoup. D’après Auto Plus, on dénombra pas moins de 90 000 visiteurs durant toute la durée du salon. Oh certes, le salon en devenait oppressant. Impossible de s’approcher des stands sans risquer de déclencher une bagarre générale, et prendre la moindre photo requérait la patience du sioux. Lorsque l’on voit l’affluence générale sur le salon, que ce soient des hommes, des femmes, des enfants, des jeunes, des moins jeunes, souvent venus de province, il semble clair que la passion pour l’automobile est loin d’être morte en France.

20140208_152422
Ford GT40 et Lancia Stratos réunies

Profitons-en pour envoyer un petit message à nos dirigeants politiques, toujours prompts à tirer sur la bagnole-qui-pue-qui-pollue-c’est-pas-bien-c’est-pas-beau, qui seraient fort avisés d’effectuer un rapide déplacement à Rétromobile ou sur le salon de l’Auto et jauger la fascination qu’exerce encore et toujours l’automobile. Rappelons qu’il fut un temps, fort lointain, où le président Georges Pompidou prit la décision de subventionner l’industrie automobile, d’une façon tout autre que celle que nous connaissons aujourd’hui. Ces subventions furent destinées, à partir de 1966, au groupe Matra, désireux de faire briller des autos françaises en compétition. A la clé de ce programme, Matra remporta les 24 Heures du Mans en 1972 avec la superbe MS 670, auto 100% française (voilà qui ne manquerait pas de plaire à monsieur Montebourg), et domina outrageusement le championnat du monde des constructeurs en 1973 et 1974. Peut-être serait-il bon de rappeler que Georges Pompidou lui-même lança le départ des 24 heures du Mans en 1970. Bien des années plus tard, le pouvoir en place remua ciel et terre afin de dissuader François Fillon, alors Premier Ministre, de lancer le départ de la course. Triste désaveu de l’automobile en France, nos ministres s’empressant ensuite de s’émouvoir que nos constructeurs nationaux ne licencient à tour de bras, incapables de restaurer leur compétitivité.

20140208_152303
Delahaye 135 MS par Figoni & Falaschi. La plus belle voiture du monde fut fabriquée en France…

Mais les choses sont ce qu’elles sont. Stefan Zweig le soulignait, la politique ne consiste qu’à se retrouver prisonnier des tendances que l’on contribue soi-même à créer. Nos politiques, trop heureux de trouver un bouc émissaire, s’attaquent à tout crin à l’automobile, taxant à outrance les véhicules haut de gamme sous des prétextes ô combien fallacieux. De l’argent dans les caisses de l’Etat, et des subventions masquées pour nos citadines françaises fabriquées en Turquie. Radars embarqués dans des autos de polices camouflées, réduction de la vitesse sur les routes nationales (Monsieur Valls, qui vous l’a demandé ? Avez-vous réellement étudié la productivité de votre contre-mesure ?), l’Etat n’en finit pas de dégoûter les français d’un monde automobile, qui, pourtant, ne cesse de les attirer. Cruel paradoxe d’une politique aveugle, infondée, enracinée dans le populisme, destinée à plaire à nos concitoyens pourtant dégoûtés d’un tel acharnement.

20140208_142855
Irrésistible Ferrari 275 GTB

Ce dernier paragraphe s’adresse à nos ministres, ou anciens ministres. Vous avancez, invariablement, tronçonneuse à la main, rasant la forêt. Dans le même temps, vous criez au scandale, jurant la mort des coupables, lorsque vous découvrez que la déforestation extermine les grands singes. Toujours prompts à envier le modèle allemand, prenez le temps de remarquer que les constructeurs allemands évoluent dans un environnement qui leur est nettement plus favorable. Point de salut dans l’automobile française, tant que celle-ci ne sera pas soutenue par la passion. L’arrivée de monsieur Tavares à la tête de Peugeot, assortie du soutien financier du gouvernement, constitue un frémissement positif en faveur de notre industrie automobile. Pour rien au monde je n’abandonnerais ma passion pour les Porsche. Mais je donnerais cher pour que les autos françaises me fassent de nouveau tourner la tête et saliver. Cher Gouvernement, faites table rase de plus de trente années de populisme. Cher Gouvernement, laissez la passion automobile vivre sa vie. C’est à ce prix que l’automobile française connaîtra, peut-être, une vraie renaissance.

20140208_151147
Alfa Romeo Tipo 33/2

Sources :

http://news.autoplus.fr/news/1479690/R%C3%A9tromobile-2014-Fr%C3%A9quentation-Bilan-Voitures-anciennes-Salon

http://www.motorlegend.com/histoire-automobile/il-y-a-40-ans-quand-matra-gagnait-au-mans/22,17248.html

Rétromobile en images

Vous connaissez certainement l’événement désormais incontournable, vous y avez peut-être même assisté. Il faut bien l’admettre, si vous venez à Rétromobile afin de voir uniquement des Porsche, vous faites probablement une erreur. Il y a tant à voir, tant de voitures de légendes sur chaque stand, dans chaque recoin du hall d’exposition, qu’il serait bien dommage de se cantonner aux Porsche. Sur le plan de la qualité des véhicules exposés, Rétromobile est indiscutablement l’un des meilleurs salons d’Europe. La passion pour l’automobile en France n’est pas morte, loin de là!

Malheureusement, un salon prestigieux a également ses revers… L’affluence est telle que le salon en devient oppressant, les visiteurs sont agglutinés devant les stands, peinant à apercevoir un capot et devant finalement renoncer et passer leur chemin, partant en quête de stands plus paisibles, mais surtout plus accessibles. Car ici réside l’aspect le plus décevant de Rétromobile. Non contents d’exposer quelques-unes des autos les plus merveilleuses du monde, la plupart des exposants, tous marchands, interdissent totalement l’accès à leur stand. Que nul n’entre ici s’il n’est millionnaire. A de rares exceptions près, comme par exemple JD Classics qui laissait entrer les visiteurs par petits flux, permettant à chacun de profiter pendant quelques minutes des autos sans risquer l’émeute, les autos étaient cloîtrées des barrières, certes symboliques, mais ô combien dissuasives.

Mais assez de longs discours, Rétromobile se savoure en images. D’autant plus savoureuses qu’une patience de sioux est nécessaire afin d’espérer réaliser un cliché correct. N’hésitez pas à vous munir d’un fusil d’assaut afin de bénéficier d’un surcroît de force de conviction. Suivez le guide!

Serge Heitz

La palme de l’accessibilité revient à Serge Heitz qui, décidément, a tout compris. Il n’a pas hésité à laisser une rarissime 356 Carrera 2 cabriolet sans la moindre barrière malgré les réticences de son client. Et même si vous n’avez pas les moyens, il vous dira le prix, sans la moindre suffisance.

20140208_145817
356 SC bleu Bali
20140208_145828
Ce sera la seule auto qu’il ne vendra pas.
20140208_145751
Rarissime, c’est peu de le dire: une 356 pré-A comme neuve.

20140208_145728

20140208_150133
Une 901 ayant fait l’objet d’un reportage dans Speedster mag’

20140208_150003

20140208_145917

20140208_145935

20140208_150542
Le coup de coeur du salon: une vraie 993 RS Clubsport!
20140208_150020
Le prix? 230 000€!

20140208_150124

Jan B. Lühn

Un marchand tout droit venu de Suisse. Avec un plateau hors du commun certes, mais nous n’avons pas les mêmes valeurs…

20140208_152847
Une 908/2, rien que cela!

20140208_152826

20140208_153108
Comme vous pouvez le constater, tout le monde peut admirer. Mais en restant à bonne distance…

20140208_152937

20140208_153044
Et une 904 GTS, pour le plaisir

Stéphane Zelmanski

Un peu à l’écart, ce spécialiste de la 356 exposait un Cabriolet C

20140208_162658

20140208_162716

20140208_162726

Le stand Porsche

Le constructeur avait fait l’effort d’expédier quelques autos officielles afin d’apporter un certain cachet à l’engagement du centre Porsche Vélizy, actuellement le seul en France à proposer des services Porsche Classic aux standards de l’usine.

20140208_143815

20140208_143902

20140208_143854

20140208_143940

20140208_143928

20140208_143923
Ah ben! Depuis le temps que mamie cherchait son panier!
20140208_144602
Une 2.4 S Targa sortant de restauration

20140208_144619

20140208_144554
Le savoir-faire de Vélizy au vu et au su de tous!

20140208_144625

Au gré des stands

20140208_152405
Une 911 Safari

20140208_152350

20140208_151733
Un autre coup de coeur! Une 908K sur le stand du Mans Classic

20140208_151812

20140208_151801

20140208_142324
Une 930 Turbo cabriolet mise en vente par Artcurial

 

 

RM Auctions: ventes du 17 janvier au 5 février

L’activité de la maison d’enchères RM Auctions est décidément très dynamique en ce début d’année 2014. En l’espace d’une vingtaine de jours, ce  sont en effet deux ventes qui eurent lieu sur deux continents différents, où les Porsche ne manquèrent pas d’être dignement représentées. Une fois encore, l’on a pu noter quelques résultats surprenants, mais rien de troublant en ces temps où la voiture de collection est très (trop?) à la mode. Revue de détail des Porsche vendues (ou pas).

« Arizona Love »

Nulle trace du lieutenant Blueberry les 16 et 17 janviers derniers lors de cette vente dans l’Arizona, mais un parterre de Porsche à se pâmer. Place aux chiffres, et aux images:

Le premier lot de ces enchères est une 911 Carrera 3.2 Speedster, combinant peinture noire et cuir beige, un ensemble assez rare pour un Speedster, vendu 126 500$. Cela représente 92 300€, un montant qui n’a rien de choquant.

911_Speedster_black

911_Speedster_interior

Une 356 A 1600 Convertible D a ensuite changé de mains pour la modique somme de 176 000$, soit 128 500€. Un montant qui a également tout lieu d’être justifié, tant le Convertible D figure parmi les 356 les plus convoitées.

356SpeedsterD

Passons aux 356 B. En commençant avec une 1600S de 1963 carrossée par Karmann, vendue pour 129 500$, soit 94 500€. Matching Numbers, l’auto sort tout juste d’une restauration lui ayant permis de retrouver sa teinte d’origine, le vert Smyrna. L’histoire ne dit pas si le nouveau propriétaire vit en Turquie…

356B1600Vert

Une couleur un peu plus consensuelle pour cette 356B 1600S cabriolet de 1961 carrossée par Reutter. Adjugée pour 140 250$ (102 370€), elle sort également de restauration. A noter son intérieur rare et original de couleur Gris Lumière.

356Bcab

356Bcab_interior

Une dernière 356B, un Roadster 1600 carrossé par Drauz fut adjugé 198 000$, soit 144 500€. L’on reste bien loin des niveaux délirants atteints par les Speedster A!

356_Roadster_Drauz

Au rang des surprises de taille, une 911 2.2E Targa de 1970 adjugée pour 176 000$, soit plus de deux fois le prix d’un modèle en état concours! A y regarder de plus près, l’on remarque néanmoins que l’auto n’a que 5 000 miles au compteur, que celle-ci est restée au sein d’une même famille depuis sa sortie des chaînes d’assemblages. Et pour couronner le tout, elle n’a jamais été restaurée, ce qui ne manque pas d’en faire l’une des 911 Classic les plus authentiques à ce jour.

9112_2E_oneowner

Une autre surprise que cette seconde Targa à moteur 2.4 litres E, vendue pour 140 250$. Un niveau de prix qui reste très surprenant malgré une restauration très récente et son historique documenté. L’arrivée de la nouvelle Targa aurait-elle déclenché une vague d’enthousiasme pour ses anciennes cousines??

911_2_4_Targa

Retour à la raison pour cette autre 911 E de 1970 qui, bien qu’étant également restée dans une seule et même famille pendant plus de 30 ans, a été adjugée pour « seulement » 71 500$, soit 52 200€. Ce qui fait certainement d’elle la meilleure affaire de cette vente! Et de loin mon coup de coeur de ces deux ventes.

911E_vipergreen

La 959 reste un formidable collector dont le succès ne se dément pas dans les enchères. Cet exemplaire en parfait état (à l’intérieur bi-ton bourgogne-gris clair) changera de propriétaire pour 759 000$, soit 554 000€. Un niveau très élevé, quand une 959 en état irréprochable serait plutôt estimée aux alentours de 450 000€…

959_Komfort

959_interior

Cela se corse! Nous entrons désormais dans la catégorie des voitures de compétition, où rien ne s’échange à moins d’un million. Aurez-vous le coeur assez bien accroché?

RM Auctions aura toutefois le marteau moins heureux avec ces trésors, en commençant par cette 356 A Speedster Carrera 1500 GS. La magie du moteur Carrera n’aura cette fois-ci pas tenu ses promesses, car malgré une offre atteignant 1 050 000$ (766 420€), l’auto ne sera pas vendue.

356CarreraSpeedster

De même pour cette 906 que vous avez eu la chance de découvrir dans la Porsche de la semaine, restée invendue malgré une offre atteignant 1 180 000$ (861 300€).

-906-116-4

Le clou de cette vente fut indubitablement cette 718 RS 61 Spyder (châssis 718-066). Cette 718 pouvait se targuer d’un palmarès honorable, comprenant une septième place aux 12 heures de Sebring en 1961, ainsi que de nombreux podiums dans le championnat SCCA. Entièrement restaurée, elle fut vendue pour 2 750 000$, soit  2 007 000€. Une paille, quand on est milliardaire…

718RS61

« From Paris with love »

Les incursions de RM Auctions sur le continent Européen sont de plus en plus fréquentes. Eu égard au nombre d’autos invendues, cette vente ayant eu lieu à Paris le 5 février 2014 aux Invalides fut un échec. Il se pourrait même que le marché de la voiture de collection connaisse une amorce de retour au calme. On dénombra toutefois un certain nombre de Porsche dont les résultats furent globalement honorables.

Enfin un prix logique pour une Targa! Cette 911 2.2E fut adjugée pour 47 600€. Elle pouvait difficilement prétendre à davantage, son historique présentant quelques zones d’ombre, et n’étant guère dans sa teinte d’origine.

911_Targa_white

Nous passons ensuite à une catégorie nettement supérieure, avec une 904 Carrera GTS adjugée 1 288 000€. Il s’agit de la seule au monde ayant été peinte en vert irlandais. Elle fut initialement la propriété du pilote britannique Frazer Nash, et possède depuis ce jour un historique limpide ainsi que plusieurs engagements en compétition.

904_Frazer_Nash

904_interior

Résultat moins reluisant pour cette 917/30 Can-Am pour laquelle la meilleure offre s’éleva à 2 000 000€. Bien loin du prix de réserve fixé à 2 900 000€. Cela s’explique par un historique peu excitant. Le châssis 917/30-005 fut en effet construit afin de participer au championnat Can-Am de 1974. Malheureusement, Porsche stoppa son programme Can-Am en 1973 et l’auto complète ne fut jamais assemblée. 917/30-005 ne fut redécouvert à l’usine qu’en 1979 par Gerry Sutterfield, importateur Porsche aux Etats-Unis, qui demanda au constructeur s’il était possible d’en faire une auto complète. Ce qui fut chose faite grâce à un moteur 12 cylindres d’époque que Porsche retrouva dans ses réserves, en confiant aux mécaniciens la tâche d’assembler l’auto avec le plus grand soin. Malgré cela, difficile pour des collectionneurs de plus en plus exigeants de voir dans cette 917/30 une véritable auto d’époque, son statut « hybride » ayant sans doute joué en sa défaveur.

917_30

Dernière Porsche vendue, et non des moindres, cette 956 de 1982 ayant fini troisième aux 24 heures du Mans derrière deux autres 956. Vous la connaissez déjà, puisqu’elle fit l’objet d’un article dans la Porsche de la semaine. Son historique prestigieux aidant, elle fut adjugée 2 352 000€.

956

De ces deux ventes, l’on peut garder un sentiment de très légère accalmie sur le marché des Porsche de collection. A l’exception de deux 911 Targa, il n’y eut pas vraiment de flambée des prix injustifiée, ce qui tend à être plutôt rassurant. Restons toutefois vigilants, tant le marché de la voiture de collection est la cible d’un engouement de plus en plus important.

L’ensemble des visuels de cet article sont la propriété de RM Auctions. Seule la photographie de la 906 fut réalisée par CPR Classic.

Tous les résultats ici:

http://www.rmauctions.com/results/result.cfm?SaleCode=PA14

http://www.rmauctions.com/results/result.cfm?SaleCode=AZ14