Archives du mot-clé Enchères

Les enchères de Gooding à Amelia Island le 8 mars 2014

Chaque année, le concours d’élégance se tenant à Amelia Island aux Etats-Unis donne lieu à de fantastiques ventes aux enchères de la part des plus grandes maisons de vente américaines. Cette année, Gooding & Co mettait, entre autres, les Porsche à l’honneur, avec parmi les autos vendues quelques pièces très exceptionnelles. Mais également quelques surprises de taille, au moins aussi immenses que le portefeuille des acheteurs. Place aux images.

911 RS 2.7 Lightweight de 1973

C’est certainement LA surprise de cette vente. Cette RS a été adjugée pas moins de 1 402 500$, soit près de 1 011 000€. C’est certainement la première RS 2.7 à franchir la barre symbolique du million d’Euros. Quelques bonnes raisons tentent péniblement de justifier ce prix. En premier lieu, il s’agit d’une RS Light, nettement plus rare que la Touring, entièrement matching numbers. Il est surprenant d’apprendre que son historique avant d’arriver aux Etats-Unis est inconnu. Par la suite, celui-ci est limpide, et montre que cette RS a constamment été entretenue avec le plus grand soin. En définitive, cela ne fait pas tellement de bonnes raisons de débourser un million d’Euros, et c’est bien un léger malaise qui prime à la lecture d’une telle somme. Rappelons que Flat 6 Magazine estime que les meilleurs exemplaires se négocient aux alentours de 350 000€…

RS27

RS27back

911 Carrera 2.7 de 1974.

236 500$, soit environ 170 500€ pour cette authentique Carrera 2.7 importée d’Europe. Jamais restaurée, elle possède toujours son moteur d’origine ainsi que la plupart des panneaux de carrosserie qui l’équipaient lorsqu’elle sortit des chaînes de montage. Elle totalise à ce jour 130 000km, ce qui tend à rassurer quant à l’utilisation régulière de l’auto, garante d’un bon état des éléments mécaniques. Il n’en reste pas moins que la cote d’un tel véhicule en état concours oscille habituellement aux alentours de 120 000€.

RS27_2

carrera27_inside

959 Clubsport de 1988.

La barre du million de dollars est de nouveau franchie, cette fois-ci pour l’un des 29 rarissimes exemplaires de 959 Clubsport. 1 100 000$ furent déboursés par le nouvel acheteur, ce qui équivaut à 793 000€. Il semblerait qu’elle n’ait connu qu’un seul propriétaire entre 1988 et 2007, date à laquelle elle rejoint le continent américain, où elle changera plusieurs fois de main. Elle ne totalise à ce jour que 9 608km. Difficile d’imaginer qu’elle en fera beaucoup plus. Notons que la cote d’une 959 Komfort en état concours oscille aux alentours de 450 000€.

959S

959S_int

356 Carrera 2 de 1963

C’est une Carrera 2 sérieusement optionnée et entièrement matching numbers que les commissaires-priseurs ont adjugée pour 550 000$ (près de 400 000€). Il est d’ailleurs assez étonnant de noter qu’une combinaison peinture noire sur intérieur noir est assez rare sur les 356. Cette 356 embarque quelques options assez rares tels qu’un toit ouvrant électrique ou un réservoir de 70 litres. Soulignons également que son historique est entièrement connu.

356C2

356C2_interior

356 A de 1958

Il s’agit une fois de plus d’une auto matching numbers, récemment restaurée. Adjugée pour 159 500$ (115 000€)

356_A

718 RSK de 1959

Après les 2 750 000$ atteints par une 718 RS 61 le 18 janvier dernier sous le marteau de RM Auctions, cette RSK, châssis 023, a atteint la barre des 3 300 000$ (2 380 000€)! Seulement 35 RSK furent construites, et ce modèle, matching numbers possède toujours sa carrosserie d’origine. Cela n’a pas empêché l’auto de bénéficier d’une restauration complète et extrêmement minutieuse. 718-023 connut une carrière courte mais intense dans le championnat SCCA aux mains de son propriétaire Roy Schechter.

718RSK

718RSK_racing

356 SC de 1964

Retour au calme avec une superbe 356 SC matching numbers, ayant subi quelques travaux de restauration récents, permettant à l’auto de présenter un très bel état. En fut vendue pour 48 500$, bien au-delà de l’estimation haute initiale, à 40 000$.

356_SC

356_SC_interior

911 2.0E de 1969

Entièrement restaurée en 2010, cette 2.0E a rejoint son nouveau propriétaire moyennant 137 500$ (99 000€), un montant légèrement supérieur à l’estimation haute de 120 000$. Notons que la cote d’un tel modèle en état concours se situe davantage aux alentours de 75 000€.

Celle-ci possède toutefois quelques équipements intéressants: des feux anti-brouillard Hella, mais surtout un arceau de sécurité d’usine. Gooding ne précise pas si celui-ci équipait l’auto lors de sa sortie des chaînes. S’agit-il vraiment d’un exemplaire en état concours? Cela reste difficile à affirmer.

9112-0_E

9112-0_E_interior

911 2.4S de 1973

242 000$ (175 000€) pour un superbe exemplaire de 2.4S. Un prix qui, pour une fois, est parfaitement justifié! Entièrement d’origine, celle-ci peut se vanter de posséder son carnet d’entretien original ainsi qu’un dossier de factures très documenté. Elle fut également restaurée dans les moindres détails, ce qui lui permit de décrocher un premier prix lors d’un concours d’élégance du Porsche Owner’s Club of America.

91124S

907 LH de 1968

Il s’agit à n’en pas douter du clou du spectacle! Peut-on espérer auto plus rare, plus titrée, plus célèbre que cette 907? Celle-ci porte le numéro de châssis 005. En d’autres termes, ce n’est rien moins que celle qui remporta les 24 heures de Daytona en 1968. Notons également une quatrième place aux 12 heures de Sebring, quatre participations aux 24 heures du Mans, ainsi qu’un grand nombre de victoires de classe qu’il serait trop long d’énumérer. S’il ne fallait présenter qu’une seule Porsche lors de cette vente, c’était bien cette 907 et nulle autre. Ce fut d’ailleurs, sans surprise, la Porsche la plus chère, vendue pour 3 630 000$ (2 422 000€). Le prix de l’histoire…

907

907inside

907tail

911 2.0L de 1968

Ce fut le seule Porsche invendue lors de cet événement, avec un prix de réserve de 350 000$. Elle est certainement l’une des 911 de course les plus méconnues. A la demande insistante de ses clients, Porsche se décida à créer une auto capable d’être engagée en compétition, voire d’être efficace sur des épreuves de rallye. Le constructeur équipa donc des caisses de 911 L d’un kit compétition pioché dans les pièces détachées de l’usine. Dans cette caisse de trouvait un moteur Type 901/30, l’un des plus performants de l’époque. La 911 L de compétition se distinguait par la présence d’amortisseurs Koni rabaissés, et d’un différentiel à glissement limité. Seulement 28 exemplaires auraient été construits.

911L

911Ltail

911Linterior

911 2.0 de 1966

Il s’agirait presque d’une mévente pour cette 911 à empattement court. Présentée comme matching numbers et ayant bénéficié d’une belle restauration, elle aura changé de propriétaire pour la modique somme de 112 200$ (81 000€). Lorsque l’on sait qu’un exemplaire en état concours se négocie aux alentours de 150 000€, il y a fort à parier que cet exemplaire était plus proche du parfait état. A vrai dire, cela vaut vraiment le coup! Qui se plaindrait de posséder une auto en parfait état?

911SWB

356 Speedster de 1955

Un superbe exemplaire à l’historique particulièrement intéressant. Non content de posséder son moteur d’origine et d’avoir eu la chance de ne compter que trois propriétaires successifs au cours de son existence, ce Speedster a eu la chance de décrocher quelques breloques en compétition avec à son volant un certain Pedro Rodriguez… Et ce, sans compter de multiples victoires en amateur avec son véritable propriétaire, un guatémaltèque nommé Roberto Reyes. Un véritable petit morceau d’histoire pouvant également se targuer d’avoir remporté quelques concours d’élégance. Voici qui permet de justifier une enchère à 462 000$ (333 000€)!

356 speedster tail

356 speedster

911 2.0S Targa lunette souple de 1967

Le coup de coeur de cette vente! Une Targa lunette souple, rouge polo, en empattement court. Celle-ci a bénéficié d’une restauration complète en 2010, saluée par un certificat d’authenticité délivré par le constructeur. A noter toutefois qu’elle n’est plus équipée de son moteur d’origine, pour une raison qui reste inconnue, bien que toujours équipée d’un moteur 2.0S de 1967. Une raison qui aura certainement justifié une adjudication à 195 250$ (140 000€) inférieure à l’estimation basse de 200 000$. Cela reste néanmoins relativement élevé, lorsque l’on sait que la cote des meilleurs exemplaires avoisine précisément ce montant.

TargaSW

TargaSW2

C’est peu de le dire, la plupart des autos proposées à la vente ne manquaient pas d’intérêt, et bénéficiaient d’un intérêt historique certain. Je reste néanmoins pris d’un léger malaise lorsque je vois les montants atteints par certaines autos. Plus d’un million pour une RS 2.7, cela est tout de même trois fois l’estimation faite par Flat 6 magazine. De même pour cette 959, vendue près de deux fois le prix d’une Komfort. Certes, la cote de Flat 6 Magazine est actualisée chaque année au mois de mai. Nous pouvons en conclure qu’ils auront fort à faire cette année, lorsque l’on voit les proportions prises par la hausse sur certains modèles. Une hausse qui me semble parfaitement irrationnelle, et à certains égards, dangereuse…

 

Porsche de la semaine: 904/6 Carrera GTS

Une chose est sûre, elle va tous vous faire craquer. Malheureusement pour vous elle vient d’être vendue. Elle? Une 904/6 Carrera GTS au palmarès enviable, à l’histoire très riche, à la beauté époustouflante. Seule la maison d’enchères RM Auctions était capable de nous proposer une auto d’une telle qualité, et une fois de plus, les affaires ont plutôt bien marché. Passons les troupes en revue.

904_6

Les troupes, c’est un bien grand mot, car il n’y aura qu’une seule auto à passer en revue, mais quelle auto! Pour les plus distraits, rappelons qu’une 904/6 est une 904 (jusqu’ici, je n’ai pas inventé l’eau chaude…), équipée d’un moteur 6 cylindres de 2 litres de cylindrée développant 190ch, et dont le numéro de châssis commence par 906. Pourtant, il s’agit bien d’une 904, et non d’une 906. Je sais, c’est un peu compliqué.

Celle-ci, datant de 1965, soit la deuxième année d’existence de la 904, porte le numéro de châssis 906 012, et son premier propriétaire ne fût rien moins que le département compétition de l’usine. Cependant, ne vous laissez pas charmer par ce rouge foncé absolument superbe, sa couleur d’origine est le gris métallisé. L’usine l’engagea pour la première fois en catégorie prototypes aux 1000km du Nürburgring, où elle s’adjugea la troisième place de sa catégorie, et la sixième place au classement général.

906012

Après un abandon aux 24 heures du Mans la même année, elle fût vendue à un nouveau propriétaire américain qui l’engagea dans des courses locales, non sans succès puisqu’il remporta entre autres la première place de sa catégorie durant les prestigieuses 12 heures de Sebring 1966. Ce sera la dernière course de 906 012.

Elle connut ensuite plusieurs propriétaires dont un légèrement excentrique, qui s’était mis en tête d’en faire une voiture exclusivement destinée à la route, ce qui entraîna quelques aménagements pour le moins douteux. Fort heureusement, une première restauration en 1998 lui redonna sa beauté originelle. Fait important, elle fut rachetée par Lord Laidlaw en 2004, année durant laquelle il entreprît une restauration totale. C’est à cette époque que 906 012 reçut sa livrée rouge, caractéristique de l’écurie de compétition Laidlaw.

9046engine

C’est peu de le dire, lord Laidlaw ne s’est pas moqué du monde. L’auto est dans un état impeccable, et cette couleur rouge, bien qu’inauthentique, magnifie la beauté de la 904. Je dois admettre que je la trouve absolument superbe. Je ne suis pas le seul, car cette 904 vient d’être vendue pour 1 463 000€. Je trouvais cela un peu cher, jusqu’à ce que je la voie en action. Quel son! Ah, si j’avais su, je me serais probablement inscrit à cette vente. Mais bon, quitte à avoir un châssis commençant par 906, je pense qu’il vaut mieux que je m’offre une 906…

Retrouvez l’ensemble de l’historique de 906 012 ici :

http://www.rmauctions.com/lots/lot.cfm?lot_id=1060537

Vente aux enchères RM Auctions: les résultats

Eh bien ! Ce fut un week-end très chargé pour les amateurs d’autos anciennes. Surtout si les amateurs en question disposaient de quelques millions à dépenser en voitures d’exception. Les 16, 17 et 18 août derniers eurent en effet deux ventes aux enchères, pilotées par deux deus plus respectables maisons d’enchères américaines, en l’occurrence, RM Auctions et Gooding & Co.

Que s’y est-il passé ? Les prix, une fois de plus, ont atteint des sommets. Vraiment ? A vrai dire, c’est un peu plus compliqué que cela. Laissons de côté la Ferrari 275 GTB NART Spider qui fût en son temps convoitée par Steeve Mc Queen, vendue pour 27,5 millions de dollars (oui oui), ou encore la 375 MM à pontons fendus vendue pour 9 millions de dollars (trois fois moins, une paille !), et attardons-nous avant tout sur les Porsche. Et là, force est de constater qu’il y eut du bon et du moins bon. Pour ne rien vous cacher, les résultats n’ont pas manqué de me surprendre. D’un côté, des voitures justifiant parfaitement leur prix n’ont pas trouvé preneur, tandis que d’autres à la cote plus incertaine ont atteint des sommets. Avec, en star absolue, la STR II de Magnus Walker qui atteindra le prix stratosphérique de 275 000$ (avant commissions). Tout le monde s’accorde à le dire, le plus intéressant maintenant est de voir comment évoluera la cote de la STR II dans le temps.

Les résultats RM Auctions :

Les festivités commencent avec cette 959 de pré-série datant de 1985, vendue pour 737 000$, soit 554 100€. Notez qu’une 959 de série datant de 1987 se négocie aujourd’hui 450 000€ pour un modèle en état concours. Doit-on être surpris que les brouillons coûtent plus cher que les chefs-d’œuvre? Il y aurait fort à dire à ce sujet…

959

Une 962, châssis n°122, restera invendue. Estimée à 800 000$ au minimum, la meilleure offre n’excèdera pas 650 000$. Surprenant, pour une auto authentique, mais l’on est en droit de penser que les collectionneurs n’auront pas été charmés par un palmarès bien maigre : elle sera accidentée lors de sa première course à Watkins Glen et sera par la suite utilisée comme banque de pièces.

962

Une 934 dotée d’un solide palmarès, avec entre autres une deuxième place au classement général du championnat IMSA de 1977, sera vendue pour la « modique » somme de 550 000$, soit 413 000€. Un peu plus qu’une RS 2.7, pour une telle bête avec un palmarès, je commence à me dire que l’acheteur a réalisé une bien belle opération.

934
Entre ça et une RS 2.7, vous choisiriez quoi?

Voici une auto étonnante : une 934, convertie en 935 à la livrée acidulée, engagée entre autres aux 24 heures du Mans en 1976 et 1977, n’aura pas fait monter les enchères plus haut que 525 000$, alors que l’on s’attendait à la voir franchir allègrement le million. Les collectionneurs n’auront sans doute pas apprécié le manque d’authenticité d’une 934 transformée.

935

Plus surprenant, une 911 RS 2.7 n’aura pour une fois pas réussi à affoler les compteurs. Pas totalement d’origine certes, mais cela est encore rarement le cas. La meilleure offre atteindra 430 000$, soit 323 300€ pour une RS Touring, ce qui est en soi assez délirant…. Notons qu’une Touring en état concours se négocie 320 000€. Un peu gourmand le vendeur, non ?

RS27

Du côté des 356, tout va pour le mieux avec un pré-A Speedster 1500 carrossé par Reutter vendu pour 235 000$, soit 176 700€.

356aSpeedster

Un peu moins chère, mais prouvant si besoin était la bonne santé des 356, un roadster B 1600 S carrossé par Drauz partira pour 145 000$, soit 109 000€.

356BRoadster

Vous vouliez un roadster 356 B ? Il y en avait un autre ! Un 1600 carrossé par Reutter, qui vous aurait coûté 121 000$, soit 90 970€.

356BReutter

Plus surprenant, cette 911 2.2S n’a pas trouvé preneur. Bénéficiant pourtant d’une combinaison de couleurs superbe (notez que la couleur extérieure fut élaborée sur demande spéciale), matching numbers et dotée du moteur le plus prisé par les collectionneurs, elle n’aura pas soulevé l’enthousiasme. La meilleure offre s’élèvera à 120 000$, soit 90 200€.

2.2S
Pour moi, la merveille de cette vente!

Pour le même prix, vous auriez néanmoins pu repartir avec une 356 B 1600 carrossée par Karmann. Avec intérieur rouge, s’il vous plaît. La santé des 356 ne se dément pas !

356BKarmann

Voici un autre résultat qui ne manquera pas d’en surprendre plus d’un. Une 911 2.4S bleu gémini de 1973 n’a pas été vendue ! Pourtant, la 2.4S est considérée comme le sommet de la 911 Classic, en excluant bien entendu l’intouchable 2.7 RS. Que s’est-il passé ? Je cherche encore… L’offre la plus haute atteindra 110 000$, soit seulement 82 700€, une misère pour une 2.4S…

2.4SGemini

La dernière Porsche vendue par RM Auctions est également une 911 S, qui, quant à elle, trouvera preneur. Il s’agit d’une 2.2 S Targa noire de 1972, possédant donc la trappe à huile sur l’aile arrière. Nul doute que les acheteurs auront été séduits par cette trappe qui ne restera que le temps d’un millésime. Vendue 93 500$, soit 70 300€. Une bonne affaire !

911STarga

A suivre…

Pour le plaisir des yeux, retrouvez l’ensemble des visuels de cet article, ainsi que bien d’autres merveilles, sur le site officiel de RM Auctions. Pour consulter l’ensemble des résultats, cliquez sur le lien ci-dessous:

http://www.rmauctions.com/results/result.cfm?category=all&collection=&salecode=MO13&sort=price&view=list&currency=&toYear=&fromYear=&make=&lot=