Archives du mot-clé Collection

Avec Montana, Singer nous éblouit encore!

Temps de lecture estimé: 2’10

Tout semble avoir été dit et redit sur les 911 restaurées par Singer. Et même si la présentation de chaque nouvelle réalisation reste un petit événement en soi, il est parfois difficile de trouver de nouveaux détails à raconter. Mais en se creusant les méninges, nous avons réussi! Et nous allons profiter du lancement de la superbe Montana afin de tout vous dévoiler.

20-singer-911-montana

Quelques mots sur Montana tout d’abord. Le choix du propriétaire s’est arrêté sur un ensemble à l’allure sportive. La combinaison d’une peinture bleue métallisée et de bandes décoratives orange n’est d’ailleurs pas sans rappeler les grandes heures du Gulf Racing Team tout en préservant un semblant d’élégance, cela dit. Point de pack Touring, ni de pare-chocs en nickel plaqué, encore moins de lettrage Porsche en or massif sur le capot arrière. Tout cela a d’ailleurs l’avantage de vous faire économiser quelques deniers sur la facture finale. Notons également que Montana ne dispose pas du bouchon de remplissage du réservoir au centre du capot avant, ni de la trappe à huile sur l’aile arrière. Si l’absence du premier est compréhensible du fait de son caractère peu pratique à l’usage, l’absence de la seconde est bien plus regrettable, tant sur le plan esthétique que pratique.

11-singer-911-montana

Presque classique, l’habitacle est un véritable cocon où le cuir tressé marron des sièges Touring se marie à merveille à la livrée extérieure. D’ailleurs, l’habitacle est habillé d’une option rarement sélectionnée: le tunnel central peint en couleur carrosserie. Une fois n’est pas coutume, cette option est ici très réussie, et apporte une touche d’originalité au milieu du cuir pleine fleur et des moquettes épaisses. Une option nécessitant un supplément de 7500$, tout de même! Profitons-en pour signaler la présence d’une boîte 6 vitesses empruntée à la 993, mais nous ne disposons d’aucune information au sujet du moteur.

41-singer-911-montana

53-singer-911-montana

A ce jour, le succès de Singer ne se dément pas, puisqu’une 28ème auto vient de sortir des ateliers du préparateur, qui devrait prochainement s’installer dans des locaux bien plus vastes, afin de répondre à une demande insatiable. Il est même surprenant que les prix n’augmentent pas, bien que le catalogue d’options ne cesse de s’enrichir et que le niveau de personnalisation exigé par les clients s’élève toujours davantage.

16-singer-911-montana

A ce titre, de nouvelles options viennent récemment d’enrichir le catalogue. En premier lieu, il est désormais possible de commander une déclinaison Targa, comme nous l’avions dit il y a quelques mois. Quelques modèles sont d’ailleurs en cours de réalisation, et devraient sortir des ateliers dans les mois à venir. Notons qu’opter pour une Targa nécessitera un supplément de prix de 45 000$! Euh, un Boxster, ce serait pas moins cher? Enfin, certains clients ayant manifestement estimé que les freins de la 993 Turbo sont décidément trop petits pour stopper une 964 à carrosserie en carbone sur des distances raisonnables, un système de freinage en alliage de carbone et céramique est également disponible. Moyennant 22 000$.

36-singer-911-montana

Les chiffres donnent le tournis, et suffisent à nous rappeler le degré d’exclusivité de ces autos décidément pas comme les autres. Si leur avenir sur le marché de la collection reste sujet à débat, il est probablement trop tôt pour en parler. Mais qu’importe, la question n’est pas là. Car une Singer reste avant tout un morceau de rêve inestimable, au propre comme au figuré.

Crédits photos: Drew Phillips

Une 993 GT affichant 14 000km. Peut-on y croire?

Temps de lecture: 1’50

Dans un marché de l’auto de collection n’ayant d’yeux que pour le meilleur et rien que le meilleur, une tendance très forte a émergé au cours de l’année passée: celle des faibles kilométrages. Cela est certes loin d’être nouveau, mais de plus en plus d’autos dont on ignorait l’existence sortent aujourd’hui de collection privées avec des kilométrages incroyablement faibles, à l’image de cette Turbo S Leichtbau totalisant seulement 114km. Mais la question est la suivante: est-ce vraiment plausible?

MG_5652.a-1030x687

Afin d’illustrer nos propos, nous avons sélectionné une superbe 993 GT affichant seulement 14 000km au compteur. Habillée d’un élégant gris polaire, elle semble cacher son jeu, cette livrée discrète atténuant quelque peu les voies larges et particulièrement agressives de la GT. L’habitacle fait également la part belle à la discrétion, puisqu’il est drapé d’un cuir bleu recouvrant les sièges sport, en lieu et place des baquets. Point de harnais ni d’arceau, cette GT est restée en habits de ville. D’aucuns préféreront la Clubsport, mais l’auto est si admirée aujourd’hui que peu se plaindront d’avoir l’opportunité de piloter une telle auto.

MG_5661.a-1030x687

MG_5665.a1-1030x687

Mais à ce stade, la question reste entière: peut-on raisonnablement croire à la véracité de ce kilométrage? Malheureusement, l’ensemble des Porsche refroidies par air ne disposent d’aucun compteur d’heures. Ce qui signifie qu’il faut se fier au carnet d’entretien et au dossier de factures laissé par les propriétaires précédents. Il est ainsi aisé de noter le kilométrage de l’auto lors de chaque révision. Mais une auto roulant si peu aura probablement été immobilisée à plusieurs reprises pendant de longs mois, ce qui signifie que plusieurs années ont pu s’écouler avant la révision d’usage. Les propriétaires, en général méticuleux, auront tout de même pris soin de relever le kilométrage comme le leur demande leur compagnie d’assurance. Voici donc des éléments tangibles sur lesquels se fier.

MG_5650.a-1030x687

Un peu léger? Eh bien, lorsque vous disposez de l’ensemble des factures, avec un kilométrage soigneusement relevé pendant des années, cela minimise grandement le risque. Malheureusement, le risque zéro n’existe pas. Comme nous le racontait récemment un porschiste de très longue date et bien informé, une 993 GT circulant en France est passée en quelques mois de 5 000 à 21 000km. Avant d’être revendue avec seulement 13 000km au compteur, un kilométrage qu’elle affichait toujours quelques années plus tard à Essen lors de sa mise en vente.

MG_5651.a-1030x687

MG_5655.a-1030x687

Il est certain que ces autos douteuses restent l’exception, mais il subsistera toujours un doute. C’est pour cette raison que ne pouvons qu’inviter les acheteurs à accorder un peu moins d’importance au kilométrage, et d’en accorder bien davantage à la qualité de l’entretien et à l’état de l’auto. Pour cette raison également, de nombreux spécialistes procèdent à des restaurations complètes des éléments mécaniques avant de remettre les autos en vente.

Nous enfonçons certes des portes ouvertes, mais il est bon de rappeler que des autos roulant régulièrement ne seront, certes, pas parfaites. En revanche, elles donneront le meilleur et démarreront au quart de tour, et se montreront parfaitement fiables. Paradoxalement, une auto ayant peu roulé aura souffert bien davantage, de l’assèchement de ses joints par exemple. Il est donc plus que temps de s’affranchir de la loi du kilométrage…

L’auto est à vendre chez Hexagon classics

Une 993 Carrera séduit par sa charmante simplicité

Temps de lecture estimé: 1’30

Alors que nous ne cessons de parler d’autos aussi rares qu’exceptionnelles, à l’image des GT3 RS, 993 GT voire de prototypes tels que la plus mythique des 907, il est parfois bon de revenir aux sources de sa passion en prenant soin de mettre de côté tous les excès qu’elle peut déclencher. A ce titre, cette superbe 993 Carrera, dans sa rare livrée jaune, agit comme une véritable bouffée d’air frais.

007

Livrée à son nouveau propriétaire en février 1994, il s’agit même de l’une des toutes premières 993. La première 911 conçue sous la direction de Wendelin Wiedeking, l’homme qui remettra Porsche sur la voie du succès avant de le mener aux portes de la faillite et de se retrouver aux prises avec la justice. Mais qu’importe, car en dépit d’un accueil mitigé lors de sa présentation, la 993 figure aujourd’hui parmi les 911 les plus admirées de l’histoire. Et, en Jaune Vitesse, il y vraiment de quoi tomber sous le charme, tant la couleur est rare et originale. On pourra seulement questionner l’authenticité des étriers peints en jaune, mais cela n’a guère d’importance. La pureté des galbes de la 993, dans sa plus simple définition, est aujourd’hui irrésistible.

002_265

024_87

Celle-ci dispose d’ailleurs de quelques équipements pour le moins originaux. N’avez vous pas remarqué le galbe prononcé des renforts latéraux des sièges? Gagné, il s’agit de rares sièges sport, identiques aux sièges sport de la 964, voire de la 959. Ce sera le dernier millésime pendant lequel ils seront commercialisés, avant d’être remplacés par de nouveaux sièges conçus par Recaro, plus enveloppants. Aujourd’hui, il semblerait que leur rareté puisse justifier un petit supplément sur le prix de vente. Cela étant, tout est prétexte à faire flamber les prix inutilement, tâchons donc de ne pas y apporter trop de crédit.

014_208

016

Ajoutez à cela le châssis sport, abaissant la suspension avant de 10mm, et l’arrière de 20mm, et vous aurez alors une 993 parfaitement équipée pour les promenades endiablées sur les routes, disons, de la Savoie Classic où elle sera parfaitement à son aise. Imaginez 300 kilomètres de petites routes montagneuses, traversant tout à la fois des cols, longeant des lacs et des forêts, le tout sous un soleil de printemps agrémenté des douces odeurs des champs de colza. Le tableau est parfait, et cette 993 se suffit parfaitement à elle même, mêlant à merveille sportivité, performances, confort et beauté. Ne dit-on pas que la 911 est polyvalente? En voici le plus bel exemple…

001_255

L’auto est à vendre chez Alphons Ruyl

La plus belle 918 du monde est en France

Temps de lecture estimé: 1’20

En France, tout va mal… Les taxes, l’emploi, les riches exploiteurs, les politiques inefficaces, tout est prétexte à la déprime. A croire que seules les mauvaises nouvelles colportées par les médias ont droit de cité, contribuant à façonner un état d’esprit délétère. Mais certains français n’en ont que faire, et n’hésitent pas à aller à l’encontre du pessimisme ambiant. A l’image de cet heureux propriétaire de 918 Spyder de la région bordelaise, qui n’a pas hésité à pousser la folie très, très loin!

16994062769_f1c14a22a4_k

Il y a quelques mois, en vous présentant cette sublime 918 orange, voire cet autre exemplaire Bleu Riviera nous pensions que seuls les américains avaient l’audace de commander des couleurs aussi remarquables. Mais non! Un français aura donc osé commander sa 918 Spyder dans la couleur emblématique des Porsche hybrides: le Vert Acide! La configuration est de toute beauté: le carbone apparent du Pack Weissach, la finition satinée des jantes de série se marient à merveille au Vert Acide, et nous pourrions probablement en parler pendant des heures, mais paradoxalement, la question est ailleurs.

17154326136_8c5cf57dad_k

Oui, cette 918 est parfaite, il n’a rien d’autre à dire. Nous souhaitons maintenant insister sur un autre sujet. Il n’est guère dans les moeurs des collectionneurs français d’oser commander des autos aussi voyantes. S’il semble évident que l’identité du propriétaire sera jalousement protégée, bien que l’on puisse sans mal supposer qu’il s’agisse d’un grand nom de la viticulture bordelaise, nous nous garderons bien d’exercer la moindre critique. Oui, le chômage est élevé, oui, payer un million d’euros pour une auto est probablement indécent, mais il ne nous appartient pas d’en juger.

16972846967_b61aabd131_k

L’opinion est bien trop prompte à oublier que la fortune de ces heureux propriétaires a souvent été bâtie au prix d’un travail acharné, et que le quotidien de ces personnes consiste à résoudre de nombreux problèmes, et non à fumer des cigares sous les cocotiers. S’ils en ont l’occasion, cela n’arrive probablement pas plus d’une fois par an, et cela est bien leur problème. Et nous oublions bien trop vite qu’il n’y a aucune honte à profiter de l’argent que l’on a durement gagné.

16560073743_43634c0465_k

Puisqu’il faut bien conclure, nous souhaitons désormais nous adresser au propriétaire de cette sublime auto. Qui que vous soyez, et quelle que soit votre profession, nous souhaitons vous adresser un grand merci. Merci d’avoir fait fi des convenances et osé vous faire plaisir jusqu’au bout. Merci d’avoir osé faire venir jusqu’à Bordeaux une auto aussi exceptionnelle dans un pays que l’on dit autophobe, alors que seuls ceux qui nous gouvernent le sont par opportunisme. Merci de continuer à nous faire rêver ainsi, et merci d’avoir osé donner l’exemple.

Crédits photos: Antonin Vincent

Quel est l’intérêt de la 993 Carrera S?

Temps de lecture estimé: 2’10

Est-il encore nécessaire de présenter la 993 Carrera 4S? Si elle devait passer l’épreuve de l’applaudimètre devant un parterre d’esthètes, il ne fait nul doute qu’elle décrocherait un score à rendre jalouses toues les autres 911. Il est en effet difficile de résister aux charmes combinés de la 993 et du Turbo Look. C’est la raison pour laquelle, après cette copie plus que parfaite, nous pouvons légitimement nous demander quelles motivations ont poussé le constructeur à proposer une Carrera S? Explications…

www.pannhorst-classics.com

C’est lors du millésime 1996 que la Carrera 4S vit le jour, apportant avec elle un lot d’innovations inédites. Le millésime 1996 fut en effet celui de l’inauguration du Varioram, permettant de porter la puissance du flat 6 à 285ch. La Carrera 4S adoptait quant à elle la carrosserie large, le bouclier avant et les jantes de 18 pouces de la Turbo, à l’exception de son aileron arrière. Le châssis était également emprunté à la Turbo: les freins sont surdimensionnés, tandis que les suspensions avant et arrière sont respectivement abaissées de 10mm et 20mm. Avec un tel équipement, la Carrera 4S devait être particulièrement efficace dans les virages.

www.pannhorst-classics.com

L’équipement intérieur bénéficiait des mêmes standards haut de gamme que la Turbo. Ainsi, la Carrera 4S se voyait équipée de série de l’air conditionné, d’une sellerie intégralement en cuir, de l’ordinateur de bord, des sièges électriques et enfin d’un essuie-glace arrière, sans omettre le lecteur de radio-cassettes. Avec un tel équipement, la Carrera 4S avait absolument tout pour plaire, et les clients ne s’y trompèrent pas. Avec 6948 exemplaires vendus, Porsche en a écoulé davantage que les Turbo, permettant de rentabiliser un châssis dont le développement aura certainement été onéreux. Mais alors, pourquoi diable offrir par la suite une Carrera S dépourvue des gros freins et de la transmission intégrale?

993 2s-41

Avec des freins de Carrera, des jantes de Turbo disponibles uniquement en option, il faut bien admettre que la 993 Carrera S semble nettement moins intéressante. Il faut pourtant lui reconnaître quelques particularités, dont son aileron arrière à double grille, peint en couleur carrosserie, ainsi qu’un teinte spéciale, le Vésuvio Métallisé, disponible moyennant un petit supplément. Il faudra veiller à ne pas vous laisser leurrer par les vendeurs qui vous présenteront une 993 peinte en Vésuvio comme une édition limitée, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’un quiproquo d’époque, notamment en France ou Sonauto fit repeindre ses dernières Carrera S en Vésuvio afin de les écouler rapidement avant l’arrivée des 996 en concessions…

p1050733

Répondons maintenant à la question: pourquoi? Comme nous l’avons dit, la Carrera 4S était équipée d’une encombrante transmission intégrale. Ce qui rendait impossible l’adjonction d’une boîte Tiptronic. Dès lors, afin de répondre à la demande de ses clients, le constructeur a pris la peine de proposer une Carrera S où le montage de la boîte Tiptronic serait possible! Il serait d’ailleurs intéressant de savoir quelle proportion de Tiptronic a été vendue sur la Carrera S. Car il ne faut pas oublier qu’en supprimant le coûteux châssis de la Turbo (à l’exception des suspensions rabaissées), la Carrera S était affichée à un tarif nettement plus abordable: 137 500 Deutsche Marks, contre 159 800 pour une Carrera 4S. Ce qui lui permit de rencontrer un certain succès, avec 3714 exemplaires écoulés en seulement deux millésimes, et que de nombreux clients s’en tinrent à la boîte manuelle, qui garde la faveur des acheteurs aujourd’hui.

993 2s-5

Cela est assez surprenant, mais aujourd’hui, il n’existe presque aucun écart de prix entre une Carrera S et une 4S. Ce que les porschistes retiennent aujourd’hui, avant tout, ce sont les ailes larges et l’esthétique époustouflante de ces 993 Turbo Look. Le fait d’avoir 4 roues motrices n’ayant jamais constitué un sommet technologique de référence, seuls l’état et la beauté de l’objet importent. Mais rassurez vous, avec ou sans les freins de la Turbo, l’agrément de conduite de la Carrera S, sa beauté et sa rareté vous en donneront largement pour votre argent.

Crédits photos:

Serge Heitz Consulting

Pannhorst Classics