Archives du mot-clé Clubsport

Vous avez dit 928 Clubsport?

La découverte hier de cette auto insolite m’a poussé à mener davantage de recherches. Grâce à la disponibilité et l’amabilité de son vendeur autrichien, je suis aujourd’hui en mesure de vous faire découvrir la 928 Clubsport en détails.

La Clubsport voit le jour en 1987. A cette époque, Porsche vient de lancer sa 911 Carrera 3.2 Clubsport, et l’enthousiasme des clients pousse le constructeur à exploiter le filon Clubsport plus avant. 7 prototypes seront construits cette même année, dont 4 seront réservés aux pilotes de l’usine: Derek Bell, Jochen Mass, Bob Wollek et Hans Stück.

002_640
La Clubsport de Derek Bell

Seulement 7 prototypes, cela semble bien peu dans l’optique de tester une nouvelle auto. Cependant, force est d’admettre que les changement apportés à la Clubsport, par rapport à une 928 S4 normale, sont loin d’être légion. Des arbres à cames un peu plus sportifs, ainsi que des valves d’un diamètre accru d’1mm sont les seuls raffinements apportés au V8 dont la puissance reste inchangée, à 320ch. Les dimensions des pneumatiques restent inchangées  (225/50 à l’avant, 245/45 à l’arrière), tandis que les amortisseurs sont raffermis, associés à des ressorts courts à l’avant. Il n’y a guère de quoi parler d’une auto radicalement différente, ni même réellement plus sportive.

DSC05648
Rien ne semble manquer. Et pourtant, il s’agit bien d’une Clubsport.

La Clubsport ne parvient à légitimer sont patronyme que grâce à un allègement significatif: l’essuie-glace arrière, le verrouillage centralisé, le second rétroviseur extérieur, le système de réglage électrique des sièges, le système de désembuage de la vitre arrière, les gicleurs de pare-brise à haute pression, ainsi qu’une importe couche d’insonorisants sont retirés. Cela permet d’économiser 120 kilogrammes (100 selon d’autres sources), portant le poids de l’auto à 1450 kilogrammes. Néanmoins, rien ne vous empêche d’opter pour un toit ouvrant panoramique, un intérieur entièrement habillé de cuir, et les places arrière ne sont pas supprimées.

003
Derek Bell posant devant sa 928 CS

A la lecture de ces lignes, on ne peut que partager l’opinion des journalistes qui l’essayèrent en leur temps: le constructeur fut bien en peine de positionner son navire amiral, entre grande GT avaleuse de kilomètres, ce que souhaitait le département marketing, et une auto nettement plus sportive, car les ingénieurs ne souhaitaient en aucun cas entendre parler d’une pâle copie de Mercedes SL. Nous savons qui eut le dernier mot… De fait, les journalistes eurent bien du mal à percevoir la véritable cible, et donc la nécessité de la 928 S4 Clubsport, guère plus performante en ligne droite, et ne révélant ses qualités dynamiques qu’à rythme soutenu.

image_zps333188c2
Une 928 S2, probablement à Silverstone. Notez qu’elle porte les couleurs de Rothmans, qui auraient été fort appropriées sur la Clubsport.

Les clients partagèrent cet avis, puisque la 928 S4 Clubsport ne fut commercialisée que durant deux années. Grâce à Samuel, du club Porsche 928 de France, je suis en mesure de vous communiquer les ventes de chaque année:

  • 1988: 12 exemplaires de série
  • 1989: 7 exemplaires de série

Si l’on tient compte des 7 prototypes construits en 1987, cela porte le total à 26 autos. Seulement 26 exemplaires d’une auto qui ne trouvera jamais sa clientèle. Tout venant à point à qui sait attendre, la 928 Clubsport bénéficie aujourd’hui d’un réel intérêt historique, d’autant plus en ce qui concerne les 4 prototypes destinés aux pilotes. J’en veux pour preuve la cote de la Clubsport. Facturées sensiblement au même prix lors de leur sortie, il est aujourd’hui inenvisageable d’acquérir une 928 S4 Clubsport au même prix qu’une S4 normale (comptez 30 000€ pour un exemplaire en très bel état). Le prototype ayant appartenu à Hans Stück est en effet à vendre pour la modique somme de 92 000€. Un tarif élevé, mais somme toutes justifié, eu égard à l’incroyable intérêt historique de cette Clubsport…

Insolite: 928 Clubsport !!

Internet ne cessera jamais de m’étonner. Il en est de même chez Porsche! Bien que je passe le plus gros de mon temps libre à fouiller l’histoire prolifique de mon constructeur adoré, je ne cesse de découvrir de nouvelles anecdotes ou de nouveaux modèles toujours plus étonnants. Et parmi toutes ces anecdotes, certaines méritent amplement d’être contées. Laissez-moi vous conter la belle histoire d’une Clubsport.

dsc07054

Clubsport est un qualificatif fortement évocateur au sein de la communauté Porsche. Il fait référence aux GT3 dotées d’un équipement allégées, certes. Mais bien avant cela, ce petit nom eut l’honneur d’être porté par la 911 Carrera 3.2, un simulacre de RS aujourd’hui très convoité. La 968 à moteur avant posséda elle aussi sa dénomination Clubsport. Celle-ci est un collector en devenir. Mais lorsqu’un énorme coupé à moteur V8 placé à l’avant, plus connu sous le nom de 928, hérite lui aussi d’une version Clubsport, il ne fait aucun doute que les plus connaisseurs affûtent déjà leurs épées, et partent en croisade, rêvant de me pourfendre, moi, l’hérétique, de part en part. Et pourtant…

dsc07052
Ce n’est pas une blague, elle est sortie telle quelle de l’usine! Notez la discrète décalcomanie « Clubsport » sur l’aile avant, rare signe distinctif.

Oui, la 928 Clubsport a bel et bien existé. Nous sommes en 1987, et la 928 est désormais commercialisée sous sa version S4, dont le V8 développe la bagatelle de 320ch. C’est l’une des 928 les plus intéressantes. Alors imaginez qu’en 1988 Porsche retire 120kg d’équipements superflus (en majorité des systèmes électriques ou des insonorisants) de cette grosse bête, réduisant ainsi le poids de la 928 S4 à environ 1450kg; imaginez que Porsche l’équipe d’amortisseurs rabaissés de 10mm et raffermis; imaginez que Porsche l’équipe de jantes plus larges… Il n’en faut pas davantage pour la transformer en 928 Clubsport.

dsc07074
Il est bien difficile de constater l’allègement.

Si vous n’avez jamais entendu parler de ce modèle, nul ne peut vous en blâmer. Et pour cause, il n’y eut en tout et pour tout que 4 exemplaires! Et pour couronner le tout, ceux-ci étaient réservés aux pilotes d’usine (Hans Stück, Bob Wollek, Jochen Mass et Derek Bell)! Je ne m’en suis toujours pas remis!

dsc07055
Qui soupçonnerait une Clubsport?

J’ai découvert l’exemplaire qui illustre cet article en Autriche. C’est une authentique Clubsport, comme en attestent les documents fournis par le vendeur. Celle-ci fut la propriété de Hans Stück, célèbre pour avoir remporté les 24 heures du Mans en 1986 et 1987 après une longue carrière en Formule 1. D’après les documents disponibles, dont le certificat d’authenticité délivré par Porsche, le constructeur affirme que « sur le plan technique, ce véhicule est de notre point de vue d’une grande importance ». Saura-t-on jamais si la Clubsport devait voir le jour en série? L’on est en droit de supposer que les pilotes d’usines jouèrent également le rôle de pilotes essayeurs de luxe.

081107015111d
Le certificat d’authenticité délivré en 2004.

Rien moins que cela. Cette 928 est à elle seule une parcelle immense, et pourtant insoupçonnée de l’histoire du constructeur. Elle n’est peut-être pas la plus belle, loin s’en faut, mais son pedigree, sa rareté, le prestige de son premier propriétaire ainsi que le respect qu’elle suscite auprès de l’usine elle même, en font pour moi l’une des Porsche les plus désirables qui soient. Jamais, plus jamais je ne verrai la 928 de la même façon…

Consultez l’annonce ici:

http://www.classicdriver.com/en/car/porsche/928/1987/206582

Porsche de la semaine : 993 GT Clubsport

Ma petite préférée, enfin ! Comme toujours lorsqu’il s’agit de trouver la Porsche de son cœur, tout vient à point à qui sait chercher. On ne peut pas dire que la 993 GT soit une auto excessivement répandue (et comme toujours, ce qui est rare est cher), il est donc peu recommandé de faire la fine bouche lorsque vous en trouvez une. Grise ? Rouge ? Bleue ? Blanche ? Avec la GT, qu’importe le flacon…

Il faut dire que ces flacons sont plus que rares : 57 exemplaires furent construits pour le millésime 1997, auxquels il faut ajouter les 21 exemplaires de 993 GT Evo construits, sur demande spéciale, lors du millésime 1998.Nous sommes ici en présence d’un modèle de 1997, exceptionnel à plus d’un titre. La raison principale n’aura pas pu vous échapper. Elle est orange !

3_5408-large

Si vraiment vous cherchez un modèle unique, n’en jetez plus, c’est bien celle-ci qu’il vous faut. Parmi les 78 exemplaires répertoriés, il s’agit de la seule peinte en orange, qui résulte d’une demande spéciale d’un client souhaitant une peinture élaborée à partir d’un échantillon. Cela donne-t-il un surcroît de valeur à l’auto ? C’est un élément difficile à affirmer, mais il est certain qu’un collectionneur qui ne voudrait que celle-ci sera probablement disposé à ajouter une rallonge de quelques milliers d’Euros pour repartir avec cette orange mécanique.

may16gt2a-large

Mais ce n’est pas tout ! Comme toujours chez Porsche lorsqu’il s’agit de modèles ultra sportifs, il est possible de choisir entre deux configurations : Touring ou Clubsport. La version Touring disposait de baquets en cuir, de moquettes dans l’habitacle, d’équipements électriques, lui permettant de rester quelque peu civilisée. Orange mécanique a l’insigne honneur d’être une Clubsport. Elle a donc troqué le cuir des baquets pour du tissu ignifugé, un énorme arceau de sécurité lui a été greffé, ainsi qu’un extincteur, tandis que les passagers sont désormais solidement harnachés par des harnais à 6 point. Et cela, sans compter l’absence totale de moquettes dans l’habitacle ou du moindre élément de confort. Après tout, c’est bien la philosophie de la GT. Rappelons qu’elle ne doit son existence qu’à l’obligation réglementaire d’être produite à au moins 25 exemplaires routiers en vue d’une homologation pour la course.

6_5408-large

Personnellement, je regrette un peu qu’il s’agisse d’une Clubsport. Certes, cela ne lui donne que davantage de valeur dans l’optique de la collection, et l’on ne peut que regretter que de telles machines de circuits désertent les paddocks pour des garages sécurisés. Mais peut-être reste-t-il quelques irréductibles, amoureux de la conduite et d’une sortie circuit occasionnelle, ne craignant pas de risquer un bijou à 350 000€ sur le tarmac d’un circuit. Et dans cette optique, il paraît désormais impensable de se rendre sur le circuit par la route dans une Clubsport. Sans climatisation ni isolants, vous rentrerez chez vous au bout d’une demi-heure, accablé par la chaleur de l’habitacle. Le malheur des Clubsport est donc d’être désormais condamnées à être des voitures de musées, inutilisables sur route, trop chères pour être risquées sur les circuits. Quitte à bafouer légèrement l’esprit des RS et des GT2, peut-être vaut-il mieux se tourner vers une Touring, à peine plus lourde et tout aussi furieuse, mais un peu plus simple à utiliser.

4_5408-large

Cela dit, si je me décide pour une Touring, je devrai faire une croix sur l’orange. Cruel dilemme. La meilleure solution serait de m’offrir une Touring bleu riviera pour le plaisir, et cette Clubsport orange pour le délire. Mais vu ce que cela va coûter, je ferais peut-être mieux d’appeler Porsche afin de réserver une 918 Spyder… Il est beau, mon beau rêve, mais le voilà réduit en miettes : ma belle Clubsport est vendue depuis belle lurette !

Retrouvez l’ensemble des visuels ici:

http://www.6speedonline.com/articles/blood-sport-rare-993-gt2-club-sport-for-sale/