Archives du mot-clé Cayenne

C’est beau, une Porsche rouge carmin!

Temps de lecture estimé: 1’30

Nous avions prévu de vous faire découvrir une Porsche exceptionnelle ce soir, mais le petit défi lancé sur Facebook n’a pas eu le succès escompté. Dommage, il vous faudra attendre jusqu’à la semaine prochaine pour voir cette merveille! Mais ce n’est pas une raison pour vous priver de votre ration de Porsche hebdomadaire, aussi avons-nous décidé de jeter au oeil de l’autre côté de l’Atlantique.

Porsche-GTS-9

Le salon de Los Angeles bat son plein et, comme nous l’avions indiqué, c’est un véritable déferlement de nouveaux modèles dont sont gratifiés les américains. Une fois n’est pas coutume, le stand Porsche est même parsemé de couleurs vives, puisque la présentation de nombreuses déclinaisons GTS a offert l’opportunité au constructeur de mettre en valeur la splendide couleur Rouge Carmin qui leur est attribuée. Et quel que soit le modèle, on ne s’en lasse pas!

Porsche-GTS-3

Porsche-GTS-20
Le pack intérieur GTS mélangeant le cuir et l’alcantara aux coutures rouge est un autre point fort de la gamme GTS.

Rappelons la règle en vigueur chez Porsche: l’ensemble des modèles exposés doit être peint en Argent Rhodium, à l’exception du nouveau modèle présenté, habillé d’une couleur différente. L’ensemble a toujours été d’une tristesse à laisser sans voix, mais il semblerait qu’une inflexion dans cette politique soit en cours. Comme vous pouvez le constater, même les Boxster et Cayman GTS, pourtant bien nés, sont habillés de rouge carmin! Miam!

Porsche-GTS-9
Toujours aussi craquant, le Boxster GTS!

Porsche-GTS-17
Le bouclier avant plus agressif fait partie de la panoplie de série de la GTS.

Quant à la 911 GTS, s’il y a bien une couleur lui allant à ravir, il s’agit rouge carmin! La combinaison de cette livrée éclatante à des jantes superbes peintes en noir mat, auxquelles viennent s’ajouter les grilles de capot arrière dans ce même coloris noir mat suffisent à diaboliser l’allure générale de la 911. Vraiment, quel dommage que le rouge carmin soit une teinte spéciale facturée 2600€. Porsche aurait pourtant pu jouer le jeu jusqu’au bout et la proposer, à tout le moins, à un tarif relativement abordable. Cela fait penser au sublime Or Nordique qui avait accompagné en grande pompe le lancement de la 997 Targa. La couleur, époustouflante, était une option très chère. Si bien qu’il est pratiquement impossible d’en trouver de nos jours.

Porsche-GTS-25
Les grilles de capot arrière en noir mat contribuent pour beaucoup à transfigurer la GTS.

Porsche-GTS-4

Porsche-GTS-19
A noter que la Carrera 4 GTS se distingue toujours par son bandeau arrière réfléchissant.

Un petit mot sur le Cayenne. Habillé de la même livrée, il ne manque pas d’allure non plus. Mais difficile d’être subjugué dans la mesure où son look a tout de même pris un petit coup de vieux, et qu’il est bien difficile de rivaliser face au trio de sportives à rougir de plaisir qui l’entourent. Une chose est sûre, l’initiative d’une telle débauche de couleurs est appréciable, et espérons que Porsche s’engage encore davantage dans cette voie. On aime ça!

Porsche-GTS-10

Porsche-GTS-11

Crédits photos: Carscoops

Lancements officiels: un curieux sens du timing!

Temps de lecture estimé: 2’30

Rien ne va plus chez Porsche! En mars 2014, quelques jours seulement après la clôture du salon de Genève, Porsche diffusait les premières images officielles des Boxster et Cayman GTS. Et en octobre dernier, le constructeur récidivait en diffusant les premières images officielles de la 991 Carrera GTS quelques jours  après la clôture d’un terne mondial de l’Automobile de Paris où nous n’eûmes à nous mettre sous la dent qu’un malheureux Cayenne S e-hybrid. Ce timing fort discutable n’est d’ailleurs pas sans poser quelques questions. Mais à quoi diable ont-ils pensé?

Porsche-Cayenne-E-Hybrid-2014-Paris-Motor-Show-16
Matthias Müller et le Cayenne S e-hybrid au salon de Paris.

Même en y réfléchissant pendant des heures, il est bien difficile de s’imaginer les motivations du constructeur en lançant de passionnants nouveaux modèles après un salon, alors qu’ils auraient pu y être grandement mis en valeur, et bénéficier d’une exposition médiatique sans précédent. Et pourtant, Porsche s’est contenté de présenter le Cayenne S e-hybrid au salon de Paris, se gardant bien de dévoiler la 911 GTS pourtant au point. Toutes les hypothèses restent dénuées de sens. Exploiter les derniers sursauts d’enthousiasme autour d’uns actualité automobile riche en nouveautés pour enfoncer le clou? Cela n’a guère de sens… Alors, pourquoi diable ces lancements retardés? Nous pourrions imaginer que les problèmes de fiabilité rencontrés par la GT3 ont considérablement chamboulé le calendrier de lancement, ce qui a empêché le constructeur de présenter la 911 GTS à Paris. Nous n’y croyons guère… Il suffit de se souvenir que des photos de prototypes de 911 GTS bien nées circulaient sur Internet bien avant le salon!

porsche-991-carrera-gts-c163921102014233146_5
La 991 GTS est tellement plus belle en vrai!

Vraiment, c’est à n’y rien comprendre, et ce calendrier n’a aucun sens. Oh certes, les porte-parole de la marque vous diront qu’il est nécessaire de présenter des véhicules sur tous les continents, et que la GTS sera présentée dans peu de temps au salon de Los Angeles. Une nouveauté par continent donc? Eh bien, amusons-nous encore un peu. Par le biais d’un récent communiqué de presse, le constructeur a fièrement annoncé que le salon de Los Angeles serait le théâtre du lancement de trois modèles: la 911 GTS, le Cayenne GTS, et l’édition très limitée Panamera Exclusive Series. Quelle variété de modèles, tous plus excitants les uns que les autres. Une fois encore, le discours officiel masque péniblement une vérité toute simple: à lui seul, le marché américain a permis au constructeur d’écouler 39 000 autos en 2013, tandis que Porsche France devrait écouler 4 000 voitures en 2014, en intégrant les ventes des pays du Maghreb.

porsche-cayman-gts-2014-c448723102014225039_4
C’est ainsi que nous voulons voir le Cayman GTS!

Dans ces conditions, Porsche affiche clairement ses priorités: dans une Europe à la croissance atone et de plus en plus virulente à l’encontre des véhicules polluants, le constructeur joue le bon élève conscient des enjeux environnementaux. Tandis que d’un autre côté, l’Amérique prospère et la demande d’autos neuves y franchit de nouveaux records. Il était évident de leur réserver la primeur de modèles plus excitants, plus performants, et surtout plus chers. On ne peut blâmer le constructeur pour avoir adopté une stratégie aussi logique et nécessaire.

porsche-991-carrera-gts-c163921102014233146_9

Reste que le problème reste entier… Pourquoi présenter entre octobre et novembre sur Internet les trois nouveaux modèles qui seront bientôt les divas du salon? C’est précisément ce calendrier de lancement sur internet qui nous permet d’esquisser une réponse plausible: elle consiste à penser que cela laisse aux médias du monde entier le temps de détailler les trois autos sous toutes les coutures, tant dans la presse que sur internet ou en vidéo. Le salon serait donc le bouquet final d’un feu d’artifice médiatique, la véritable auto laissant prenant enfin la place de tristes images de synthèse, mais laissant également à l’engouement entourant ces nouveautés le temps de se décanter… Cruel dilemme, que Porsche résout à sa manière, et néanmoins à l’image de sa communication institutionnelle: décevante, sinon agaçante.

 

Crédits photos:

Cayman GTS: Autogespot

991 GTS: Autogespot

Cayenne GTS: réunion de famille

Temps de lecture estimé: 2’45

L’air de rien, la famille GTS s’est agrandie très rapidement ces derniers temps. Aux Boxster et Cayman GTS en mars dernier succéda la 991 pas plus tard que le mois dernier, qui rejoignirent tous la Panamera en vente depuis un petit bout de temps déjà. Désormais, la famille de ces belles sportives drapées de rouge carmin se doit d’accueillir en son sein le mastodonte de la gamme, le nouveau Cayenne GTS.

P14_0971

Sortie durant l’été, la version remaniée du Cayenne seconde génération n’était pas encore au complet. Cela semble désormais chose faite, avec l’arrivée d’un GTS aux attributs instantanément reconnaissables. La recette est désormais connue mais elle reste diablement efficace. Le grand méchant GTS adopte de série le bouclier avant du Cayenne Turbo, reconnaissable par ses ouïes béantes destinées à alimenter le moteur en air frais. Je ne sais pas pour vous, mais je ne parviendrai jamais à m’habituer à ces petites protubérances en plastique noir aux extrémités des entrées d’air, bien loin de donneur une image haut de gamme ou sportive des autos qui en sont équipées. Notons également la présence du Pack Sport Design caractérisé par un bas de caisse plongeant, ainsi qu’un petit becquet à l’arrière, mais également un bouclier arrière aux angles acérés enveloppant les échappements. Le tout est peint de la couleur de la carrosserie, ce qui est une vraie réussite.

Cayenne GTS

L’habillage extérieur serait incomplet si l’on ne prenait pas la peine d’évoquer les extensions d’ailes peintes en couleur carrosserie, et surtout les incontournables jantes finies en noir mat! Dans le cas présent, il s’agit de jantes « RS Spyder » de 20 pouces. Notons en dernier lieu de discrètes mais réussies jupes latérales, et les désormais incontournables feux en finition noire fumée. Cette débauche de modifications visuelles s’accompagne évidemment d’un travail en profondeur des réglages de châssis. La suspension PASM de série est rabaissée de 24mm, tandis que les freins avant adoptent de monstrueux disques de 390mm de diamètre. Il faut bien de quoi arrêter la bête… Et puisqu’il faut également faire rugir la bête, le Cayenne GTS est équipé de série d’un échappement sport!

Cayenne GTS

Mais l’essentiel se passe tout de même sous le capot! Le Cayenne GTS fait l’impasse sur le V8, et opte comme une majeure partie de la gamme pour un V6 bi-turbo, porté à 440ch (contre 420ch pour le Cayenne S). De quoi assurer des accélérations de 0 à 100km/h en 5,1s avec le pack Sport Chrono (contre 5,5s pour le S). Des chiffres qui rendent le Cayenne GTS plus rapide qu’une 996 Carrera de 1998. Ah ouais, quand même… Cela étant, il sera intéressant de voir ce que signifient tous ces chiffres sur la route, voire sur la piste, puisque le GTS se réclame d’une philosophie plus sportive et extrémiste.

10665050_10152879928467668_5642434622459505944_n

D’ailleurs, afin de maîtriser la conduite de votre GTS, vous serez sans doute heureux d’apprendre que l’habitacle est équipé de sièges enveloppants dont l’assise est recouverte d’alcantara, tout comme les panneaux de porte. Notons également la présence du volant sport multifonctions emprunté à sa majesté 918 Spyder. Malheureusement, les superbes surpiqûres rouges, accompagnées de ceintures de sécurité assorties font partie du pack intérieur GTS optionnel facturé près de 3 000€. Celui-ci n’est pas indispensable mais apporte un vrai surcroît de personnalité aux versions GTS. Reste qu’il vous faudra ajouter à cela les 98 152€ nécessaires à l’achat du véhicule, dont la commercialisation débutera en février 2015. Bon, et si on se payait un Boxster GTS?

Interieur Cayenne GTS

Crédits photos et informations: Porsche AG

Un Cayenne S fait pour les européens

Vous vous souvenez probablement de ce Cayenne S palladium métallisé préparé par le département Exclusive? Ses équipements pour le moins exotiques et onéreux nous poussaient à croire qu’il s’adressait en premier lieu à une clientèle chinoise. Porsche n’en oublie pas pour autant les clients du vieux continent, eux aussi particulièrement friands de SUV. Et prend même le temps de leur proposer un Cayenne personnalisé selon leurs goûts, disons, plus sobres.

normal

Sobre et, jusque sous le capot, puisqu’Exclusive a cette fois-ci jeté son dévolu sur le Cayenne S E-Hybrid. Idéal pour circuler dans le centre de grandes métropoles dont l’accès est de plus en plus restreint aux autos polluantes. Les performances ne sont pas pour autant obérées, puisque les deux moteurs électriques combinés au V6 bi-turbo développent la bagatelle de 415ch. Le tout, sans payer le malus écologique!

La robe gris météor de notre Cayenne du jour lui assure une discrétion que les clients de ce type d’auto apprécieront très probablement. Les étriers de freins peints en vert acide, ainsi que les monogrammes E-Hybrid adoptant cette même teinte apportent une note de couleur et d’originalité, sans pour autant faire l’impasse sur la discrétion. Cette combinaison de couleurs n’est d’ailleurs pas sans rappeler la 918 Spyder, référence appréciable. Le pack Sport Design composé de boucliers avant et arrière retravaillés ainsi que de jupes latérales abaissées ajoutent un semblant de prestance à l’auto, bien campée sur des jantes de 21 pouces SportEdition peintes en noir. Encore une évocation de la 918 Spyder?

normal2

L’habitacle n’est pas en reste. Traité élégamment, le cuir noir recouvre l’ensemble de l’intérieur, à l’exception des lamelles des aérateurs et de l’entourage du module de communication peints en gris météor. L’entourage des aérateurs ainsi que les baguettes décoratives du tableau de bord adoptent quant à elles une finition en aluminium, tout comme le sélecteur de la boîte Tiptronic S. Cet habitacle austère est néanmoins rendu plus lumineux grâce à la présence de surpiqûres de couleur vert acide, tant sur les sièges que sur les panneaux de portes ou sur la planche de bord. Il nous faut également souligner l’emploi de fibre de carbone sur les poignées de maintien, et le petit détail qui tue: les aiguilles des compteurs de couleur vert acide! Idéal pour rappeler l’illumination des seuils de porte en carbone…

zoom

zoom-1

zoom-3

Alliant à merveille sobriété et originalité, ce Cayenne S E-Hybrid illustre parfaitement les goûts de la clientèle européenne peu enthousiaste à l’idée d’afficher sa réussite. Et avec une telle combinaison de couleurs, le client idéal semble vite trouvé: le propriétaire de 918 Spyder, qui pourra ainsi tracter sa 918 jusque dans les paddocks des circuits. Heureux Porschistes…

Crédits photos: Porsche Exclusive

Exclusive réalise un Cayenne S à l’équipement très exotique!

Temps de lecture estimé: 2’45

Je dois admettre que je n’ai pas été très tendre avec le Cayenne restylé. La comparaison avec la Peugeot 3008 était loin d’être flatteuse, et peut-être ai-je exagéré un tant soit peu. Il faut dire que je suis un fervent partisan du Macan, et que je ne suis guère friand de gros SUV. Mais il est grand temps de réparer le mal, car Porsche Exclusive vient de dévoiler ce qui pourrait bien être la rédemption du Cayenne, avec un modèle S remarquablement préparé.

Tout juste présenté, notre Cayenne du jour se drape d’un palladium métallisé de toute beauté. Ses reflets à mi-chemin entre un marron très clair et un or mat en laisseront sûrement certains circonspects, mais cette couleur éclatante ne laissera personne indifférent. Le tout est ici accompagné d’un pack Sport Design constitué des modifications habituelles: un bouclier avant plus agressif, des jupes latérales plus prononcées qu’il serait dommageable de confondre avec des marchepieds, ainsi qu’un bouclier arrière retravaillé afin de lui conférer une allure plus sportive.

10603337_10152745048767668_1304464220379150456_n

Soulignons également la présence de feux avant possédant des blocs fumés, ainsi que les jantes de 21 pouces SportEdition peintes en palladium métallisé, et surmontées d’élargisseurs d’ailes très réussis. Sur le plan mécanique, le V6 bi-turbo développe toujours 420ch, et reste accouplé à une boîte Tiptronic S à 8 rapports. Vivement la PDK!

Quant à l’habitacle, il fait la part belle au cuir bicolore. La majeure partie de l’intérieur est entièrement habillée de cuir gris agate, et rien n’est laissé au hasard: la colonne de direction située derrière le volant, le rétroviseur intérieur, les entourages de hauts-parleurs,  mais également les poignées de maintien sont recouverts de cuir gris agate. Quant aux rares parties de l’habitacle n’étant pas grises, elles sont tout simplement habillées de cuir crème. Remarquons par exemple les accoudoirs, l’entourage du module de communication, les aérateurs ou bien entendu, les assises des sièges en cuir crème. Que dire, sinon que l’ensemble est sublime, et la finition irréprochable.

10672429_10152745039117668_6250730814442950779_n

10653776_10152745039707668_4325463952901919577_n

Au delà de ces combinaisons de couleurs très raffinées, prenons le temps de lister quelques options méconnues mais pour le moins exotiques! Le toit ouvrant panoramique ou le système audio Burmester sont ici relégués au rang d’équipements de pacotille, bien que montés sur l’auto. Parlons par exemple des vitres insonorisées et à l’isolation thermique renforcée: surprenant, mais probablement indispensable pour la clientèle fortunée des pays asiatiques. Bien entendu, une auto aussi statutaire ne se savoure que depuis la banquette arrière, avec chauffeur à l’avant. C’est la raison pour laquelle ce Cayenne est équipé d’une cloison séparant les plages avant et arrière. A côté de cela, le réservoir de 100 litres de contenance, ou la connexion internet sans fil (si si!) passeraient presque pour des équipements de roturier…

10635797_10152745038447668_7894398903095251191_n

Avec un tel niveau d’équipement et une couleur extérieure pour le moins clinquante, il y a fort à parier que ce Cayenne s’adresse à la clientèle chinoise, friande de voitures avec chauffeur, et où la couleur or symbolise la fortune. Vous vous souvenez peut-être de cette Turbo S dorée qui leur fut présentée? Allez, rendez-vous la semaine prochaine pour vous présenter un Cayenne au goût des européens!

Source: Porsche Exclusive