Archives du mot-clé Carrera 4S

Quel est l’intérêt de la 993 Carrera S?

Temps de lecture estimé: 2’10

Est-il encore nécessaire de présenter la 993 Carrera 4S? Si elle devait passer l’épreuve de l’applaudimètre devant un parterre d’esthètes, il ne fait nul doute qu’elle décrocherait un score à rendre jalouses toues les autres 911. Il est en effet difficile de résister aux charmes combinés de la 993 et du Turbo Look. C’est la raison pour laquelle, après cette copie plus que parfaite, nous pouvons légitimement nous demander quelles motivations ont poussé le constructeur à proposer une Carrera S? Explications…

www.pannhorst-classics.com

C’est lors du millésime 1996 que la Carrera 4S vit le jour, apportant avec elle un lot d’innovations inédites. Le millésime 1996 fut en effet celui de l’inauguration du Varioram, permettant de porter la puissance du flat 6 à 285ch. La Carrera 4S adoptait quant à elle la carrosserie large, le bouclier avant et les jantes de 18 pouces de la Turbo, à l’exception de son aileron arrière. Le châssis était également emprunté à la Turbo: les freins sont surdimensionnés, tandis que les suspensions avant et arrière sont respectivement abaissées de 10mm et 20mm. Avec un tel équipement, la Carrera 4S devait être particulièrement efficace dans les virages.

www.pannhorst-classics.com

L’équipement intérieur bénéficiait des mêmes standards haut de gamme que la Turbo. Ainsi, la Carrera 4S se voyait équipée de série de l’air conditionné, d’une sellerie intégralement en cuir, de l’ordinateur de bord, des sièges électriques et enfin d’un essuie-glace arrière, sans omettre le lecteur de radio-cassettes. Avec un tel équipement, la Carrera 4S avait absolument tout pour plaire, et les clients ne s’y trompèrent pas. Avec 6948 exemplaires vendus, Porsche en a écoulé davantage que les Turbo, permettant de rentabiliser un châssis dont le développement aura certainement été onéreux. Mais alors, pourquoi diable offrir par la suite une Carrera S dépourvue des gros freins et de la transmission intégrale?

993 2s-41

Avec des freins de Carrera, des jantes de Turbo disponibles uniquement en option, il faut bien admettre que la 993 Carrera S semble nettement moins intéressante. Il faut pourtant lui reconnaître quelques particularités, dont son aileron arrière à double grille, peint en couleur carrosserie, ainsi qu’un teinte spéciale, le Vésuvio Métallisé, disponible moyennant un petit supplément. Il faudra veiller à ne pas vous laisser leurrer par les vendeurs qui vous présenteront une 993 peinte en Vésuvio comme une édition limitée, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’un quiproquo d’époque, notamment en France ou Sonauto fit repeindre ses dernières Carrera S en Vésuvio afin de les écouler rapidement avant l’arrivée des 996 en concessions…

p1050733

Répondons maintenant à la question: pourquoi? Comme nous l’avons dit, la Carrera 4S était équipée d’une encombrante transmission intégrale. Ce qui rendait impossible l’adjonction d’une boîte Tiptronic. Dès lors, afin de répondre à la demande de ses clients, le constructeur a pris la peine de proposer une Carrera S où le montage de la boîte Tiptronic serait possible! Il serait d’ailleurs intéressant de savoir quelle proportion de Tiptronic a été vendue sur la Carrera S. Car il ne faut pas oublier qu’en supprimant le coûteux châssis de la Turbo (à l’exception des suspensions rabaissées), la Carrera S était affichée à un tarif nettement plus abordable: 137 500 Deutsche Marks, contre 159 800 pour une Carrera 4S. Ce qui lui permit de rencontrer un certain succès, avec 3714 exemplaires écoulés en seulement deux millésimes, et que de nombreux clients s’en tinrent à la boîte manuelle, qui garde la faveur des acheteurs aujourd’hui.

993 2s-5

Cela est assez surprenant, mais aujourd’hui, il n’existe presque aucun écart de prix entre une Carrera S et une 4S. Ce que les porschistes retiennent aujourd’hui, avant tout, ce sont les ailes larges et l’esthétique époustouflante de ces 993 Turbo Look. Le fait d’avoir 4 roues motrices n’ayant jamais constitué un sommet technologique de référence, seuls l’état et la beauté de l’objet importent. Mais rassurez vous, avec ou sans les freins de la Turbo, l’agrément de conduite de la Carrera S, sa beauté et sa rareté vous en donneront largement pour votre argent.

Crédits photos:

Serge Heitz Consulting

Pannhorst Classics

 

Une sublime 991 Carrera 4S se déguise en GTS!

Temps de lecture estimé: 1’35

Et voici une nouvelle auto que nous pourrons ajouter aux excentricités du département Exclusive. Ces autos aux options exotiques sont devenues l’un des sujets que nous abordons le plus régulièrement, et la plupart de nos lecteurs semblent apprécier cela. Alors, il ne reste qu’une seule chose à faire, continuer, avec une 991 vraiment étonnante, et dont la configuration ne manque pas de soulever quelques questions…

Qu’elle est belle, cette Carrera GTS! Les jantes noires, les ailes larges, la grille entre les feux arrière. Oui, mais il s’agit d’une Carrera 4S! Nous l’ignorions, mais il semble possible, en formulant gentiment la demande auprès du département Exclusive, de bénéficier sur votre Carrera 4S des grilles spécifiques équipant la Carrera GTS. Il y a d’ailleurs fort à parier que ces grilles puissent également être installées sur les Carrera et Carrera S… Cela est pour le moins inattendu, mais il faut admettre que cela ne nuit en rien à la beauté de la Carrera 4S, d’autant qu’elle est ici affublée de jantes peintes en noir verni, et des bandes décoratives appropriées.

10363479_909088672491508_6146882673361795743_n

Cela étant, ces petites améliorations esthétiques ne seraient probablement rien sans une peinture appropriée. Et c’est bien ici que notre 911 du jour réalise un coup de maître. La couleur en question est en effet une peinture sur commande spéciale facturée 4200€! Nous pensions en premier lieu qu’il s’agissait simplement d’une copie du gris graphite proposé sur la 911 édition 50 ans. Ce n’est pas le cas, pas plus que ce gris ne reproduit le gris ardoise de la 911 S de Steve McQueen. Après avoir mené quelques recherches, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que la couleur habillant cette Carrera 4S ressemble à s’y méprendre au Grigio Campovolo… Une couleur proposée dans le nuancier des actuelles Fiat 500 Abarth!

10447798_909088599158182_7980249369444838673_n

Il faut bien admettre que même ainsi, notre Fiat 911 Carrera 500S Abarth 4 ne manque pas d’allure. A tel point que ce gris passerait pour une couleur vive! C’est bien tout le mérite de notre belle du jour, maniant avec assurance l’originalité tout en restant étonnamment sobre, allant même jusqu’à conserver son bouclier avant de série. Reste à poser la question que vous posez sans doute: mais n’était-il pas moins cher de commander directement une Carrera GTS, voire une Carrera 4 GTS? Après vérification, la différence de prix entre une Carrera 4S et une Carrera GTS n’est jamais que de 6000€, il aurait donc été opportun que l’heureux propriétaire jette son dévolu sur une GTS de série. Il est bien difficile de comprendre pourquoi l’acheteur n’a pas opté pour ce choix fort logique, puisque la quantité d’options présente sur sa Carrera 4S démontre que l’écart de prix était loin d’être un problème. Mais selon le vieux diction, le coeur a ses raisons…

10998010_909088675824841_1565554960186613725_n

L’auto est présentée par le centre Porsche de Zug

Porsche de la semaine: le grand bleu

Il y a deux façon de voir la vie en Porsche. Celle, minimaliste, consistant à se dire qu’il n’y a nul besoin d’avoir un modèle aussi puissant et bien équipé qu’une 911 Turbo S pour se faire plaisir, et qu’un joli petit coupé sera amplement assez performant pour profiter des petites routes ensoleillées du midi. Et une autre façon, poussant les porschistes à se tourner vers les modèles aux moteurs les plus puissants, bien que l’écart de performances soit quasiment indétectable. Les poussant également vers davantage d’équipements et de technologie, afin de pouvoir profiter de leur Porsche en toutes circonstances, quel que soit le temps. Avec, dans ces deux cas, une frange de porschistes inconditionnels de la vie au grand air. Portraits de deux beautés bleues, répondant à ces deux philosophies.

20140417100937146_001

La prémière de nos deux beautés est un petit Boxster 2.9. Ce modèle d’entrée de gamme développe tout de même 255ch, largement de quoi s’amuser en toutes circonstances. Mais la particularité de ce petit bout de chou, c’est sa couleur. A mi-chemin entre le bleu turquoise et le vert menthe, cette nuance est inconnue au bataillon du catalogue Porsche et semble avoir été développée sur échantillon, ce qui est une option fort onéreuse. Cela est d’autant plus intéressant que le Boxster 2.9 était en son temps la plus accessible des Porsche. Voilà donc un passionné soucieux avant tout d’avoir une belle auto, d’aller jusqu’au bout de son rêve, et qu’importe le dernier dixième de seconde, le plaisir sera toujours au bout du capot.

20140417100938917_002

Après tout, que lui manque-t-il? Oh, notre Boxster n’est pas très optionné. Il possède les jolies jantes de 18 pouces du Cayman S, une sellerie en cuir, le sièges chauffants, les radars d’aide au stationnement, et c’est presque tout. Il est rare, très rare de trouver un Boxster avec si peu d’équipements, tant les commerciaux s’acharnent à vous faire cocher toutes les cases imaginables de leur interminable liste d’options. Il n’a pas de GPS? La belle affaire, il serait déjà complètement désuet. Pas de chargeur 6 CD… Parce que vous utilisez toujours des CD? Ce Boxster nous permet de nous pencher plus avant sur un sujet très intéressant: les Porsche modernes sont de véritables merveilles de technologie, et sont d’excellentes compagnes au quotidien. Mais attention à tous ces équipements à la pointe de la technologie: ils ne sont véritablement utiles qu’aux gros rouleurs pour qui la route est quasiment un lieu de travail. Mais après quelques années, la plupart de ces équipements semblent bien désuets. Qui s’émerveille encore devant les gicleurs de lave-phares ou les vitres électriques d’une Carrera 3.2?

20140417100940966_003

Non, vraiment, ce Boxster a peut-être, paradoxalement, tout bon. Il propose une expérience de conduite sous sa forme la plus simple, sans être encombrée d’interventions électroniques à tout va, rien que vous et la machine. Par les temps qui courent, alors que ces anciennes si merveilleuses ne cessent crever le plafond de la spéculation, peut-être est-ce le bon plan de l’année? Et malgré les apparences d’une liste d’options pour le moins rachitique, soyez assuré que vous ne manquerez véritablement de rien. Un objet de plaisir, qui n’a d’autre raison d’être que celle de vous coller un sourire au milieu du visage, en toutes circonstances. Avec, en plus, le privilège de porter une robe sur mesure…

J’ai la curieuse impression que certains d’entre vous restent sur leur faim. C’est vrai, j’avais bien remarqué qu’il existe deux façon de voir la vie en Porsche. Bon, dans ce cas, passons à la deuxième philosophie. En bleu, toujours.

07

Notre seconde beauté est un cabriolet 997 Carrera 4S livré neuf aux Etats-Unis. Peut-être sa couleur n’est-elle pas unique, mais il y a de grandes chances qu’elle soit particulièrement rare. Remarqueriez-vous la différence entre les 345ch de la Carrera 4 et les 385ch de la Carrera 4S? Il est difficile de croire avec certitude que ces 40ch supplémentaires soient absolument indispensables à votre bonheur, mais comme le dit l’adage, abondance de biens ne nuit pas. Quant aux 4 roues motrices, rappelons qu’elles permettaient de s’offrir une auto équipée d’ailes arrière plus larges, combinées à un bandeau central réfléchissant. Des éléments particulièrement évocateurs pour les passionnés de la première heure. Qu’il est difficile de ne pas céder à cet objet de beauté qu’a toujours été la 911 Carrera 4S, conçue pour faire chavirer les plus endurcis.

06

Et lorsque celle-ci se pare d’un bleu Ipanema métallisé, accompagné de jantes de 19 pouces Carrera Sport, les seules à posséder cette finition grisée contrastante, la potion commence vraiment à devenir infaillible. Quant aux inconditionnels des autos richement dotées, il y aura largement de quoi vous ravir à l’intérieur: boîte PDK, module de navigation, sellerie intégralement en cuir, et ce sans compter les nombreux petits éléments également parés de cuir, apportant un supplément de raffinement bienvenu dans une auto de cette qualité.

16

Mais en définitive, il faudra bien choisir. La simplicité ou le raffinement? Couleur unique ou couleur unique? La beauté ou l’élégance? Même si je dois admettre que ce petit Boxster me fait de l’oeil, les hanches proéminentes de la Carrera 4S n’en finissent pas de me faire craquer. Vous parlez d’un hypocrite… Que m’importe finalement le flacon, tant qu’il se drape d’aussi jolies couleurs, et que son blason arbore fièrement le petit cheval de Stuttgart.

Vous possédez une Porsche originale? N’hésitez pas à nous contacter afin qu’elle fasse l’objet d’un article, qu’elle soit à vendre ou non, à l’adresse suivante: 906chronicles@gmail.com

Ces deux autos sont actuellement à vendre:

http://locator.porsche.com/ipl-customer/ipl/details/details.ipl?md5=ccce34b205fd40a79a1fe1588356da94&url=de

http://www.ebay.com/itm/Porsche-911-4S-Certified-WE-FINANCE-5576-Miles-2012-Porsche-911-4S-Turbo-3-8L-H6-24V-Premium-Bose-/181393064105?forcerrptr=true&hash=item2a3bde80a9&item=181393064105&pt=US_Cars_Trucks

Les 996 collectors (partie 2): 996 Carrera 4S

Après la GT3 RS, rareté absolue, je me rabats sur une autre 996 très réussie. Elle n’atteindra certes jamais les sommets de rareté et d’exclusivité de la RS, mais elle figure en très bonne place dans le classement des plus belles 996, et par conséquent des plus désirables. Certains d’entre vous n’auront pas manqué de reconnaître la Carrera 4S.

La Carrera 4S aura vécu quatre millésimes, de 2002 à 2005. Présentée un an après la Turbo, elle lui empruntait sa carrosserie large, ses naseaux proéminents, ainsi que son châssis et ses trains roulants. La Carrera 4S était donc le Turbo Look de la gamme. Lorsque l’on voit l’attrait suscité par les 3.2  et autres 964 Turbo Look, on ne peut que présager du meilleur pour la réputation de la 996 Carrera 4S d’ici cinq à dix ans.

IMG_4390
Quitte à en trouver une, évitez le gris!

Pour ne rien vous cacher, j’ignore totalement les chiffres de production de la Carrera 4S, que ce soit en version coupé ou cabriolet, mais il est indéniable qu’elle est plus rare que les 996 d’entrée de gamme (que l’on me passe l’expression), Carrera et autres Carrera 4 réunies. D’autre part, non contente d’être parmi les 996 les plus rares, la Carrera 4S peut se targuer d’être probablement la plus belle de la gamme. Cela est dû en premier lieu aux ailes larges qui rendirent à la 996 les rondeurs qui lui manquaient tant. Mais les hanches rebondies ne suffisent pas ! La Carrera 4S possède également le bouclier avant de la Turbo, nettement plus impressionnant que le bas de caisse de la Carrera, ainsi qu’un bandeau arrière réfléchissant très évocateur. Il rappelle en effet les précédents modèles de la gamme, produits depuis 1974 avec un bandeau réfléchissant courant sur la largeur du capot arrière. Pour ne rien gâcher, elle ne bénéficie ni de l’aileron arrière de la Turbo, ni de ses entrées d’air latérales, fluidifiant ainsi sa ligne.

Porsche 996 4s occasion brest (17)
A défaut de choisir une couleur vive, misez sur un intérieur confectionné par Exclusive.

Ici réside le plus grand atout de la Carrera 4S : sa beauté. Cependant, l’équipement supplémentaire lié entre autres aux ailes élargies et aux quatre roues motrices entraîne un léger déficit de performances, si l’on compare à une Carrera. En revanche, comme toutes les Turbo Look avant elles, elle exerce un attrait visuel qui compense nettement ce déficit imperceptible pour la majorité des conducteurs. Quel propriétaire de 964 Jubilé ou de 993 Carrera 4S se soucie d’être plus lent qu’un modèle de base sur le 0 à 100 km/h ? Les propriétaires n’en ont cure, et ils ont bien raison.

b4s20
Notez ici la présence des jantes Sport Techno optionnelles, partiellement peintes en noir.

Le monde de la Porsche étant avant tout un monde d’esthètes, il n’est pas surprenant que les Turbo Look soient un peu plus recherchées, justifiant un supplément de prix à l’achat. C’est également le cas de la 996 4S. Si l’on se fie aux chiffres publiés par Flat 6 Magazines, il faut compter 43 000€ pour une 4S en parfait état, soit 10 000€ de plus qu’une Carrera 4 dans un état similaire. Cependant, il n’est pas rare de trouver des Carrera 4S en très bon état à des prix nettement inférieurs, et ce jusque dans le réseau Porsche. Cela dit, étant donné leur âge avancé (tout est relatif), il devient particulièrement rare d’en trouver dans un centre Porsche officiel. Une autre difficulté se présentera si vous souhaitez un modèle quelque peu original. En effet, la quasi-totalité du parc de véhicules à vendre est désespérément gris, ou noir, comble de l’originalité. Il faudra donc vous armer de patience, et probablement prendre contact avec un spécialiste afin de trouver un modèle sortant du lot. Ce sont ces modèles qui parviendront à se détacher de la cote au fil des années, ceux pouvant justifier d’un intérieur traité par le département Exclusive, ou une couleur particulièrement rare. Une petite chasse au trésor en quelque sorte.

b24s227
L’intérieur carbone est une autre possibilité proposée par Exclusive.

La 996 Carrera 4S, tout comme le reste de la gamme 996, est actuellement au creux de la vague. Un véhicule d’une telle qualité, extrêmement fiable et relativement peu onéreux à entretenir est une véritable affaire. Les prix des Carrera 4S sont sur le point de se stabiliser, et il ne fait aucun doute que les amateurs vont commencer à partir en chasse. Premier arrivé, premier servi…