Archives du mot-clé Automobilia

Visite chez Automobilia (partie 3): Fratelli d’Italia!

Temps de lecture estimé: 1″20

Et voici finalement la dernière partie de notre visite dans le petit atelier de Franco Lembo. Et peut-on raisonnablement empêcher un italien d’aimer les italiennes? Assurément, non, et c’est bien la raison pour laquelle au milieu de toutes ces Porsche trônent fièrement quelques italiennes au sang chaud. Passons rapidement sur la Lamborghini Countach 5000S blanche, et habillée de cuir bleu. La combinaison est rare, d’autant plus sur une telle auto.

Mais les autos de Maranello sont nettement plus nombreuses, à commencer par une 355 Spider de toute beauté. L’auto fait presque figure de modèle récent, étant née dans les années 90. Cela étant, elle marquait le grand retour des vraies Ferrari, maniables et intouchables, après de nombreuses années de vaches maigres et de Ferrari « en bois ». L’engouement autour de la 355 est aujourd’hui réel, à tel point que de nombreux amateurs du genre hésitent fortement entre une 355 et son héritière, la 360 Modena. Entre la Ferrari de mes 13 ans et le Spider de Nicolas Cage dans The Rock, mon choix est vite fait. Je ne suis pas certain que les collectionneurs aient le même point de vue que moi, cela dit.

20141004_115158

20141004_110820
Dans l’atelier se trouvait également une étonnante 365 GT 2+2 transformée en Spyder!

En revanche, nous nous réconcilierons tous devant le parterre remarquable de Dino 246 ici présent. Ici une 246 GTS jaune en bel état, là une GT bleue, tapie entre deux 911. Et dans un autre recoin, une seconde 246 GT, rouge cette fois-ci, attend patiemment la fin de son remontage. En galante compagnie, puisqu’à ses côtés, ce n’est rien moins qu’une troisième 246 GT, habillée d’une étrange couleur verte, qui attend également son remontage. Il y en a pour tous les goûts, et cela se comprend. Car l’une des Ferrari les plus plaisantes de l’histoire n’est pas vraiment une Ferrari!

20141004_114914

20141004_115411

Ne restent que deux étrangetés, signées Fiat. Aristote Onassis, Brigitte Bardot, tous les people de la côte d’azur ont un jour cédé aux sirènes de ces petites autos rustiques, mais si charmantes. Compactes, elles étaient idéales pour se rendre sur le port de la Croisette, et embarquer immédiatement dans un Riva Aquarama pour une virée dans les calanques. Vous aurez certainement reconnu la lignée des Jolly! Ici présentes, deux représentantes de la famille, avec une superbe 600, ainsi qu’un étonnant 750 Multipla avec double banquette arrière. L’engouement est tel pour ces voiturettes habillées de selleries d’osier que les prix frisent parfois 70 000€. Ce qui n’est jamais que le prix d’une excellente 993 Carrera 4S. Ou d’une 997 GT3 de première génération. C’est à se demander si des fois, les collectionneurs ne sont pas devenus fous…

20141004_115433

20141004_115419
Ce serait vraiment la classe, comme voiturette de golf!

Visitez le site internet d’Automobilia.

Visite chez Automobilia (partie 2): la Porscherie

Temps de lecture estimé: 1’45

Après la première partie publiée récemment, voici donc la seconde partie de notre visite chez Automobilia. Car Franco Lembo est loin de s’en tenir aux modèles de compétition. Nous pouvons même dire qu’il s’agit d’une mineure partie de son activité. Bien que toutes les belles autos aient droit de cité dans son atelier, difficile de ne pas remarquer que les Porsche ont tout de même ses faveurs. Quelques images suffiront à vous en convaincre.

20141004_115454

Se retrouver face à une 996 Targa rouge indien est loin d’être commun. C’est pourtant la première chose qu’il m’aura été donné de voir. L’objet est d’autant plus rare chez Automobilia que l’entreprise est spécialisée dans les anciennes. Cela dit, je n’aurais rien contre un petit tour. J’en aurais été quitte pour de gros regrets. Quelques mètres plus loin, en entrant dans l’atelier, ce n’est rien moins qu’une 993 GT qui attendait tranquillement que son propriétaire ne vienne la récupérer. L’objet est rarissime, et lorsqu’il s’agit de la 911 de vos rêves les plus fous, il devient difficile de contenir son enthousiasme. Et pourtant, la belle est bien entourée: à quelques pas, une 911 ST attend sagement la fin de sa restauration, tandis que de nombreuses 911 Classic n’en sont qu’au stade de la peinture. Ah, j’oubliais, là-bas, c’est une 356 Carrera 2! Pas encore blasé?

20141004_120316

20141004_110916

20141004_110843

Oui, parce que nous n’étions que dans l’atelier de mécanique, et non dans le show-room. Autant dire qu’il reste beaucoup à voir! La 993 Turbo grise, avec son aileron de Turbo S, encerclée par une 2.8 RSR et une 911 Targa lunette souple paraît presque banale une fois que l’on a réalisé que la 930 Turbo dans l’entrée sort en réalité des ateliers de RUF, et qu’elle n’a toujours pas franchi la barre des 5000km… Vous tenez le coup? Parce que je ne vous ai pas encore parlé du Speedster 3.2 dans un état exceptionnel, ou encore de cette 356A ayant bénéficié d’une préparation type GT, ainsi que d’une restauration totale de la part de son précédent propriétaire. Si je vous disais que son dossier de restauration est riche de 180 factures, oseriez-vous acheter les yeux fermés?

20141004_115625

20141004_115145

20141004_115550

20141004_115602

20141004_115115

Tout est-il vraiment parfait dans ce show-room? Un petit regret peut-être? Oui, éventuellement. Quel dommage que toutes ces 911 au fond du garage n’aient pas terminé leur restauration! Une 911 2.4 bleu gémini se dispute la vedette à trois 930 turbo 3.0, dont une exceptionnelle vert lumière, que le maître des lieux a l’intention de conserver pendant quelques temps pour son usage personnel. En fait, seulement le temps que je rassemble la somme nécessaire afin de lui faire une offre qu’il ne pourra pas refuser… Et cela me fera une excellente excuse pour y retourner!

20141004_115448

20141004_115212

20141004_115222

20141004_115233

Le site internet d’Automobilia 

Visite chez Automobilia (partie 1): la course en tête

L’endroit est d’une discrétion absolue. Si vous veniez pour la première fois, il y a fort à parier que vous passeriez devant sans même vous en rendre compte. Vu de l’extérieur, dans une rue assez fréquentée, nul ne pourrait soupçonner que derrière cette lourde porte se cachent quelques unes des autos des plus fameuses de l’histoire. Des Porsche pour la plupart. Et parmi elles, quelques autos de compétition, et non des moindres. Franco Lembo, le maître des lieux, m’a accordé le privilège exceptionnel de lui rendre une visite de courtoisie. Résumé en images…

911 2.8 RSR

Commençons par celle qui est probablement la plus belle. Cette 911 2.8 RSR de 1973 est une véritable RSR, dont le nombre exact d’exemplaires reste à ce jour inconnu. Tout au plus sait-on qu’il oscille entre 48 et 52 exemplaires. Celle-ci fut accidentée dans les premiers jours de sa brève carrière. Importée des Etats-Unis en 2002, elle fait depuis le bonheur de Franco Lembo qui n’a pas hésité à l’engager sur de multiples événements historiques.

20141004_115026
Noire à bandes rouges, une combinaison superbe!

20141004_115046

20141004_115059
Le tour auto dans de si petits baquets? Cela doit être long, très long!

Prototype EBS Porsche

Insolite et méconnu, ce prototype a bel et bien été développé en 1972 à Weissach par les ingénieurs de Porsche. Équipé d’un châssis tubulaire maison, la pièce maîtresse de ce prototype est son moteur: il s’agit d’un flat 6 emprunté à une 2.8 RSR du Max Moritz racing team, que l’auto reçut en 1973 et qu’elle possède encore aujourd’hui! Destiné à courir en European Can-Am series, l’auto fut engagée par le Max Moritz racing team, et courut en 1976 sur quelques uns des plus grands circuits d’Allemagne, notamment Hockenheim ou le Nürburgring avec à son volant Hubert Schmidt. Mais la majeure partie de sa carrière se déroula en courses de côtes, toujours avec Hubert Schmidt. Elle fut finalement vendue aux Etats-Unis en 1980, où débuta une nouvelle carrière en course historiques. Il s’agit probablement d’un exemplaire unique au monde, possédant malgré tout une histoire et un palmarès fascinants.

20141004_114739
De loin la pièce la plus insolite du show-room!

20141004_114948

20141004_114939
Et le blason Porsche au milieu du volant.

993 GT2 « Klasen »

Cette GT2 possède également un solide palmarès, avec notamment un titre de championne de France GT2 en 1998 avec Jean Pierre Jabouille à son volant. Fait notable, sa peinture est l’oeuvre du peintre Peter Klasen, et il s’agit en vérité de la seconde 993 GT2 réalisée par le peintre. La première auto utilisée par l’écurie ayant été accidentée, une seconde auto fut préparée dans l’urgence afin de terminer la saison. Laissons le mot de la fin à Franco Lembo: « Oui, je l’ai eue aux enchères, mais je ne l’ai pas payée très cher pour autant. Tout le monde aurait pu l’acheter, mais visiblement personne n’était très intéressé, ni ne savait ce que pouvait valoir cette GT2. J’ai enchéri et j’ai pu l’acheter pour un prix très raisonnable. » Je ne révélerai pas le montant exact, mais je ne peux que confirmer ses propos!

20141004_114747

Porsche 962

Eh bien, je suis resté sans voix! Ce n’est pas tous les jours que l’on tombe nez-à-nez avec un invincible prototype Porsche ayant couru en groupe C.   A tel point que j’ai totalement oublié de lui demander un historique de la bête. Néanmoins, son témoignage est intéressant: « Il ne faut pas croire qu’il s’agisse d’un proto facile à trouver sous prétexte que l’on trouve beaucoup de 956-962 sur internet. Il faut faire la différence entre les châssis Kremer, Thomson et consorts, et les vrais châssis Porsche. Cette 962 est un vrai châssis Porsche. C’est le genre d’auto qui s’adresse à un collectionneur avisé. Et qui saura la piloter, cela va sans dire. »

20141004_114759

20141004_115131

911 ST

Forte d’un palmarès très riche, comprenant entre autres un double titre de championne de France avec Claude Ballot-Léna en 1971 et 1972, il s’agit de l’une des 21 rarissimes 911 ST. Celle-ci suit un long processus de restauration qui dure depuis plus de 2 ans maintenant. Un véritable bijou, qui ne méritait rien de moins que le meilleur.

20141004_110829

20141004_115811
Le capot d’origine dans un coin.

 Et c’est tout ! Oh non, certainement pas. Il me reste beaucoup à vous montrer, alors si vous n’êtes pas rassasié, je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour la suite de la visite!

Le site d’Automobilia