Archives du mot-clé 996

Une 996 Carrera dans une couleur bien trop rare!

Temps de lecture estimé: 2’05

Oui, la mode est indéniablement aux collectors… D’ailleurs, tout semble aujourd’hui prétexte à présenter une auto comme un futur collector. Force est de l’admettre, non seulement cette attitude nous exaspère, mais elle est, avec cela, tout à fait dénuée de sens. Malheureusement, nous éprouvons une forme de dégoût devant ces voitures exceptionnelles qui, hier encore, nous faisaient chavirer. A tel point qu’aujourd’hui, rien ne paraît plus charmant que cette 996 drapée d’une couleur que l’on ne voit que trop rarement. Explications…

gal-3099032

L’automobile d’exception est aujourd’hui encore, mais plus pour très longtemps, le meilleur investissement qui soit. En l’espace de quelques mois, les 996 GT3 RS ont doublé, tout comme les 993 GT, tandis que les GT3 RS 4.0 sont l’objet de toutes les convoitises. Ce phénomène est presque habituel, s’il ne fallait compter avec l’ampleur des hausses, tout à fait disproportionnées. Nombreux sont les investisseurs disposant d’énormes sommes à investir, ne sachant où trouver de bons placements. La conséquence de cela est que le marché de l’auto de collection n’est plus qu’un vulgaire marché financier. Pour un passionné tel que l’auteur de ces lignes, il s’agit d’un véritable déchirement.

gal-3099029

Nous avons toujours défendu la 996. Sa ligne controversée est la conséquence de choix industriels audacieux et salvateurs, et ses qualités dynamiques sont absolument remarquables. Sa chance est aujourd’hui de rester relativement à l’écart de cette écrasante bulle spéculative. Et cela ne fait que renforcer son charme! Pourquoi? Mais pour une raison très simple. Sa cote, bien que très stable, reste aujourd’hui relativement faible. Ce qui signifie que l’auto est à la portée de bourses plus modestes, à la recherche d’une première Porsche, ou tout simplement d’une auto que l’on pourra utiliser sans arrière pensée. Autrement dit, la 996 est aujourd’hui l’une des rares Porsche dont on puisse réellement profiter.

gal-3099033

Et, croyez-nous sur parole, la 996 vous en donnera pour beaucoup plus que votre argent! S’il est vrai que la majorité sont sorties des chaînes dans un triste Gris Argent, de très rares exemplaires ont eu la chance de recevoir des couleurs vives, à l’image de cet exemplaire habillé d’un étonnant Rouge Orient. L’habitacle entièrement tendu de cuir souple gris pierre ne vient en rien gâcher la fête, puisqu’il apporte un supplément de luminosité bienvenu. Seules les jantes de 17 pouces déçoivent quelque peu, puisqu’elles peinent à remplir les arches de roues, au contraires des jantes de 18 pouces. Que l’on se console en pensant au supplément de confort apporté par de plus petites jantes.

gal-3099034

Trop souvent, et injustement boudée par les amateurs, la 996 est aujourd’hui LA vraie Porsche des amateurs. Avec un budget raisonnable de 30 000€, un jeune porschiste peut aujourd’hui accéder au rêve, et ne jamais le regretter, tant la 996 Carrera, et toutes ses déclinaisons cabriolet et quatre roues motrices sont exceptionnelles. Ceux qui hésitent encore n’ont désormais qu’une seule chose à craindre: continuer d’hésiter sans raison valable!

L’auto est actuellement à vendre chez A.R. SPORT

Porsche 996: drôles de phares et autres bizarreries

Temps de lecture estimé: 3’30

Parmi les vilains petits canards de l’histoire Porsche, la 996 figure injustement en bonne place. La faute à un moteur refroidi par eau étouffant le son, à une aseptisation trop poussée, et à ses phares qui n’avaient vraiment rien à voir avec une 911. Cela est vrai, mais tout cela peut aisément être expliqué. Car la 996 est un modèle d’ingéniosité et nous lui devons bien plus que nous ne le pensons…

La conception de la 996 se déroula durant une période fort troublée pour l’entreprise. En dépit du succès d’estime rencontré par la 993, les ventes étaient loin d’être au beau fixe, et tant l’usine que les concessionnaires peinaient à garder la tête hors de l’eau. Récemment promu à la tête du constructeur de Zuffenhausen, Wendelin Wiedeking est parfaitement conscient du désastre à venir si rien n’est entrepris afin d’inverser durablement la courbe des ventes. D’autre part, il a conscience des coûts de développements faramineux qu’exigent une nouvelle auto. Il met en oeuvre son nouveau plan de développement, avec une idée fixe en tête: les futures autos estampillées Porsche devront partager un maximum de pièces communes afin de réduire les coûts de développement et les coûts de revient.

15497128407_67eb6877c1_k

Un premier problème se pose: les réglementations anti-bruit et anti-pollution exigent le développement d’un nouveau moteur refroidi par eau. Un pavé dans la mare des puristes, mais cela ouvre de nouvelles voies aux ingénieurs: Stefan Knirsch, ingénieur en charge du développement de ce nouveau moteur, souligne que « Le refroidissement liquide nous a permis d’améliorer les performances, car nous parvenions à mieux refroidir les culasses! ». De plus, si de nombreux porschistes regretteront l’abandon de la lubrification par carter sec, fort utile afin d’éviter les déjaugeages désastreux en utilisation intense, les ingénieurs souhaitaient en finir avec les fuites d’huiles occasionnées par ce système nécessitant des mètres de tuyaux. Un moteur conçu principalement pour un usage routier pouvait s’en passer, mais on ne peut s’empêcher de penser que cela contribua autant à la réduction des coûts qu’à compenser la hausse de poids occasionnée par les 20 litres de liquide de refroidissement.

14217866624_744e8bb653_h

Au sujet des phares, n’allez pas croire qu’un comité de direction un peu trop arrosé eût l’audace suicidaire de sacrifier leur légendaire forme ronde. Il s’agit ici d’un véritable impératif qui fut fixé aux ingénieurs et aux responsables du design. Harm Lagaay, designer en chef pour la 996, aime à rappeler que l’ensemble du bloc optique devait pouvoir être installé en 20 secondes maximum. Ce qui explique ce phare en forme d’oeuf au plat constitué de deux pièces, et rassemblant l’ensemble des fonctions d’un phare: feu de position, feux de route, clignotant et lave phare. Rassembler ainsi l’ensemble des fonctions signifiait moins d’opérations d’extrusion de matières, moins de vis de fixations, moins de temps passé pour l’assemblage… Mises bout à bout, ces petites économies représentaient une incroyable économie. Et le phare de la 996 phase 2 poussa cette logique encore plus loin, puisqu’en dépit d’une esthétique plus flatteuse, ce phare était désormais d’une seule pièce intégrant le clignotant, ce qui dégagea de nouvelles économies.

10922483_678511688926314_169710237962208858_n

L’auto dans son ensemble recèle de ce genre de détails à priori anodins, mais qui démontrent de lourds changements par rapport à la 993. A titre d’exemple, ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi les leviers d’ouvertures des vitres électriques se situaient au milieu de la console centrale de la 996? La réponse est pourtant très simple: actionner la commande de vitre électrique nécessite un petit moteur. Or, en plaçant les commandes au milieu de la console centrale, un seul moteur suffisait à actionner indifféremment les deux vitres, alors qu’en plaçant les commandes sur les portes, l’installation d’un moteur par porte aurait été requise. Ce qui aurait coûté deux fois plus cher…

10806425_678509278926555_5410617627740214169_n

Certains d’entre vous souligneront que la 997 ne présente quasiment aucune de ces innovations industrielles, et qu’une 997 possède ses commandes d’ouverture des vitres sur les portes. Cela est vrai, et cela s’explique sans difficulté: la 996, et avec elle le Boxster 986, furent les plus grands succès commerciaux de l’histoire du constructeur, et ils eurent l’avantage d’être très rentables. Cela permit à Porsche de dégager de nouvelles ressources financières lui permettant d’entreprendre sa montée en gamme, et la reconquête de ses clients historiques. Car il faut l’admettre, ces méthodes de compression des coûts n’étaient que peu dignes d’un constructeur de luxe. Alors, tâchons de ne surtout pas mépriser la 996 pour une affaire de phares ou de sonorité trop étouffée… Car les autos fabuleuses que Porsche développe de nos jours n’auraient jamais pu voir le jour sans elle.

Les 996 GT3 RS valent-elles vraiment 220 000€?

Temps de lecture estimé: 2’05

A la lecture du titre, nombre de lecteurs se diront probablement qu’il s’agit d’un énième titre racoleur destiné à attirer le chaland afin de générer du trafic. Détrompez-vous, ce n’est pas le cas. Si nous abordons le sujet, c’est bien parce qu’une explosion des prix des GT3 RS semble se manifester, sans qu’il semble possible d’apporter la moindre explication rationnelle. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises.

Nous pourrions nous réjouir d’avoir vu juste! Il y a quelques mois, nous consacrions plusieurs articles à l’avenir en collection des 996, en promettant à la GT3 RS un avenir doré. Eh bien! Cet âge d’or est arrivé nettement plus vite que prévu. En feuilletant distraitement des annonces sur internet, il a bien fallu se rendre à l’évidence: il est aujourd’hui impossible de trouver une GT3 RS pour moins de 220 000€. Les mauvaises langues prétendront que ce phénomène se limite certainement à l’Allemagne, où l’on y va toujours un peu fort dans le domaine des voitures de collection, mais non! Même en France, une GT3 RS affichant 19 600km est à vendre pour 250 000€! Mais de qui se moque-t-on??

5185144236_e1ef4b47ca_z

Certes, l’auto est très rare, avec seulement 681 exemplaires produits. Et elle figure indubitablement parmi les futurs grands collectors de la famille 911. Mais cette hausse est aussi subite que malsaine. En reprenant les chiffres de Flat 6 Magazine, on découvre l’ampleur du problème:

Période Cote (excellent état)
Mai 2014 105 000€
Janvier 2015 110 000€
Février 2015 170 000€

C’est à n’y rien comprendre… En quelques mois, rien ne se passe, sinon une petite hausse tout à fait justifiée. Voir la 996 GT3 RS repartir à la hausse était en effet inévitable, et il n’y aurait rien de choquant à la voir atteindre 120 000€. Mais, catastrophe! En l’espace d’un mois, pour ne pas dire deux ou trois semaines, la cote de l’auto a augmenté de moitié, et la hausse continue de s’emballer, au vu des derniers chiffres. La palme revient à un professionnel belge réclamant 324 996€ (C’est drôle, le coup des 4€, non?), pour une GT3 RS affichant près de 20 000km. Pourquoi? Mais mon bon monsieur, parce qu’elle possède des bandes bleues, et les bandes bleues, c’est trois fois plus rare!! Pour peu, on devrait s’estimer heureux que l’auto ne soit pas trois fois plus chère…

4412965291_18d0d30dd2_z

A la vue de ces chiffres, une telle flambée sur un modèle aussi récent ne s’explique que par un seul phénomène: une spéculation aussi grossière que dangereuse. Il est désormais impossible de détourner les yeux en se disant que seuls les passionnés purs et durs sont actuellement à la recherche d’une 996 GT3 RS. Manifestement, le potentiel de hausse des anciennes étant presque épuisé, les spéculateurs se tournent vers ce qui n’a pas encore trop monté. Beaucoup de baratin commercial (il n’y a guère d’autre terme…), combiné à la profusion d’argent disponible sur le marché de l’auto de collection auront suffi à propulser la 996 GT3 RS dans les sphères du ridicule.

Que peut-on dire de plus? Au-delà des expressions particulièrement obscènes que la bienséance, mais surtout le respect dû à nos lecteurs nous empêchent de répéter, on ne peut qu’admettre que le marché de la voiture de collection est en train de devenir complètement fou. Nous l’avons déjà dit, et il est grand temps de recommencer…

15631377521_429de01ca0_k

Ci-dessous, les annonces. Attention, l’article étant été écrit le 24/01/2015, il est possible que certaines annonces aient été retirées depuis:

Annonce n°1

Annonce n°2

Annonce n°3

Annonce n°4

Annonce n°5

Les 911 Tiptronic sont-elles à l’aube d’un regain d’intérêt?

Temps de lecture estimé: 2’10

Il faut bien admettre que nous avons longuement hésité entre l’affirmer haut et fort, ou se poser la question sans préjugés. Nous avons finalement opté pour une formule plus ouverte au début, tant il semble urgent de le remettre au coeur de nos préoccupations, au regard de l’actualité. Mais revenons à nos Porsche, et à la situation fort délicate de la boîte Tiptronic. Alors, a-t-elle un intérêt, ou faut-il l’enterrer?

11965536274_577463d65c_k

Historiquement, le marché français s’est toujours montré très réticent à l’égard de la boîte automatique Tiptronic. Moins performante, peu réactive, elle ne correspondait guère aux attentes d’une clientèle aux prétentions sportives. De ce fait, le parc de Porsche en France comporte en moyenne 30% d’autos équipées en Tiptronic, si l’on exclut les Cayenne et Panamera, répondant d’une tout autre philosophie. C’est à se demander si cette boîte possédait un réel intérêt, mais poser le débat ainsi serait très réducteur: de nombreux marchés, tels l’Espagne ou le Moyen Orient, affichent des proportions de boîtes Tiptronic nettement plus élevées (de l’ordre de 70%). Ce qui n’a rien d’anecdotique, et asseoit nettement la crédibilité de la Tiptronic sur un marché mondial.

13974751176_48809fd3f4_k
Depuis la 996 Turbo, la proportion de boîtes Tiptronic équipant les Turbo est d’environ 50%.

Or, il nous faut aujourd’hui admettre que le marché dans son ensemble est confronté à une mutation sans précédent: l’évolution des boîtes robotisées a rendu les boîtes manuelles désuètes. Ferrari et McLaren n’en proposent déjà plus. Quant à Porsche, sa boîte manuelle à 7 vitesses ressemble davantage à un chant du cygne qu’à une évolution technique majeure. Le fait que la GT3 ne soit disponible qu’en PDK est un élément extrêmement parlant: la boîte manuelle n’est plus dans le coup. Plus lente, moins précise, générant une consommation plus élevée, elle est en voie de disparition. Et ce phénomène tend à se généraliser à des modèles plus populaires. Quiconque essaiera la nouvelle Peugeot 308 en boîte automatique pourra constater les immenses progrès réalisés. C’est à se demander ce qu’une boîte manuelle peut encore offrir…

13230612493_d46a682f3e_h
En y réfléchissant bien, pourquoi ne pas se laisser séduire par un beau cabriolet en Tiptronic? La baisse de performances? Qu’importe…

Il ne serait pas surprenant que d’ici une quinzaine d’années, l’ensemble de la production automobile mondiale se passe de boîtes manuelles. Ce qui signifie qu’une génération à venir ne saura même pas utiliser un embrayage, rendant ainsi les autos en boîte manuelle fort rébarbatives. Cette future génération n’en voudra pas. Et notre génération commence certainement à se poser des questions. De nos jours, voir une 991 en boîte manuelle passe presque pour une incongruité. En se laissant charmer, par la douceur de la PDK que par son efficacité, il est bien possible qu’une partie de la clientèle recherchant une auto un peu plus ancienne se laisse plus facilement tenter par la Tiptronic. Quant à la prochaine génération, elle ne se posera même pas la question.

9481491634_76322c2939_b

Très honnêtement, se poser la question en faisant fi des préjugés permet déjà d’y répondre. Me laisserais-je tenter par une belle 996 Carrera 4S Tiptronic? L’auto est faite pour rouler, et l’objectif ne serait pas d’aller chercher le dernier dixième. La Tiptronic répondrait donc parfaitement à un usage davantage axé sur la promenade sportive. Aujourd’hui, les raisons de bouder une Tiptronic un peu moins réactive et moins performante ne me semblent plus si fondées. D’autant que leur retour en grâce n’est plus si lointain.

Cher lecteur, si vous possédez une Porsche équipée d’une boîte Tiptronic, n’hésitez pas à nous faire part de votre témoignage à l’adresse suivante: 906chronicles@gmail.com!

Porsche de la semaine: 911 Classic

Amateurs de Classic, cet article est fait pour vous! Comme vous n’aurez pas manqué de le constater, la plupart des 911 Classic, qu’il s’agisse des toutes premières de la période pré-73, des caisses G, et ce jusqu’aux 993, ont atteint des prix qui les mettent hors de portée d’un très grand nombre de bourses. Quel dommage, qu’il soit devenu si difficile de s’offrir un petit bout d’histoire, pour le plaisir de la promenade, tout en profitant de sensations d’une autre époque. Ah, ces commandes qui ne fonctionnent pas, la boîte manuelle, la finesse des lignes… Eh bien! Chers lecteurs, tout ceci est possible, pour moins de 30 000€! Il ne serait pas dénué de sens de songer à vous offrir l’une des premières 996.

9961
Le viola métal est une couleur particulièrement rare.

Pardon? Comment? Il est fou? La bonne idée pourrie! Oui, je m’attendais bien à ce type de réaction, tant la 996 semble n’intéresser personne. Mais faisons fi un instant des préjugés dont elle est la cible: des dizaines de milliers de 996 qui sortirent des chaînes d’assemblage, il est fort probable que 75% d’entre elles soient grises ou noires, et tout aussi probable qu’une bonne partie d’entre elles aient souffert d’une existence d’autant plus agitée que leur prix les met à la portée de propriétaires parfois peu soigneux. Il reste donc une petite portion de ces 996 de première génération présentant un coloris ou un équipement intéressants, et n’en doutez pas, ces 996 vous apporteront tout le plaisir que vous puissiez espérer.

9963

Car il faut voir la réalité en face, en dépit de son esthétique controversée, la 996 a apporté avec elle une once de modernité qui commençait à faire cruellement défaut à la 911. Un moteur de 300ch vous garantira des performances et des sensations bien au-delà de ce que beaucoup d’autos ne pourraient vous offrir de nos jours, assorties d’un comportement exempt du moindre reproche, tant son agilité et ses qualités dynamiques suscitèrent l’adhésion. Quant à son esthétique que je disais controversée, cet exemplaire chaussé de superbes jantes, et drapé d’un viola métal d’une grande élégance tend à nous démontrer que la 996 commence à se bonifier. Les premières rides de ses 15 ans lui donneraient-elles un charme depuis trop longtemps oublié? Ou serait-ce ce nouvel élan psychologique généré par l’accession au label Porsche Classic?

9964
Sièges sport, cuir gris rubicon étendu, voici également une combinaison très rare.

Vous avez bien entendu, la 996 est désormais éligible au label Porsche Classic. Et lorsque l’on voit cet exemplaire, force est d’admettre qu’elle y a bien sa place. D’autant plus avec cet intérieur préparé avec beaucoup de goût. Le cuir gris foncé, se mariant parfaitement avec la couleur extérieure, habille jusqu’à la coque des excellents sièges sports (une option à recommander!). Il semblerait même que la console centrale abandonne le plastique disgracieux au profit d’un cuir à l’aspect nettement plus flatteur. Car s’il fallait trouver un détail ayant vraiment vieilli dans la 996, il s’agit bien des matériaux plastiques bas de gamme encadrant les aérateurs ou la console centrale, ici judicieusement remplacés par du cuir.

9965
Roue de secours, lecteur de CD, tout ceci est bel et bien d’une époque déjà obsolète…

Chers lecteurs, la 996 est aujourd’hui dans le creux d’une vague qu’elle semble être sur le point de surfer avec brio. Les qualités indéniables de cette auto à mi chemin entre modernité et sensations datant déjà d’une autre époque en font l’un des meilleurs compromis qui soient. A condition de l’entretenir avec le plus grand soin, et de trouver un exemplaire en parfait état. Ces précautions d’usage vous permettront de profiter de l’une des meilleures affaires du moment, le tout pour un coût d’entretien raisonnable. Pour 28 000€, avec une combinaison de couleurs aussi originale et un historique limpide, la 996 qui illustre ces lignes est désormais un bien rare, qu’il serait dommage de dédaigner. Ceux qui le feront ne savent pas ce qu’ils ratent.

Cette 996 est à vendre à La Ville Rose:

http://www.lavillarose.fr/carrera-2-996