Archives du mot-clé 993

Une 993 Carrera séduit par sa charmante simplicité

Temps de lecture estimé: 1’30

Alors que nous ne cessons de parler d’autos aussi rares qu’exceptionnelles, à l’image des GT3 RS, 993 GT voire de prototypes tels que la plus mythique des 907, il est parfois bon de revenir aux sources de sa passion en prenant soin de mettre de côté tous les excès qu’elle peut déclencher. A ce titre, cette superbe 993 Carrera, dans sa rare livrée jaune, agit comme une véritable bouffée d’air frais.

007

Livrée à son nouveau propriétaire en février 1994, il s’agit même de l’une des toutes premières 993. La première 911 conçue sous la direction de Wendelin Wiedeking, l’homme qui remettra Porsche sur la voie du succès avant de le mener aux portes de la faillite et de se retrouver aux prises avec la justice. Mais qu’importe, car en dépit d’un accueil mitigé lors de sa présentation, la 993 figure aujourd’hui parmi les 911 les plus admirées de l’histoire. Et, en Jaune Vitesse, il y vraiment de quoi tomber sous le charme, tant la couleur est rare et originale. On pourra seulement questionner l’authenticité des étriers peints en jaune, mais cela n’a guère d’importance. La pureté des galbes de la 993, dans sa plus simple définition, est aujourd’hui irrésistible.

002_265

024_87

Celle-ci dispose d’ailleurs de quelques équipements pour le moins originaux. N’avez vous pas remarqué le galbe prononcé des renforts latéraux des sièges? Gagné, il s’agit de rares sièges sport, identiques aux sièges sport de la 964, voire de la 959. Ce sera le dernier millésime pendant lequel ils seront commercialisés, avant d’être remplacés par de nouveaux sièges conçus par Recaro, plus enveloppants. Aujourd’hui, il semblerait que leur rareté puisse justifier un petit supplément sur le prix de vente. Cela étant, tout est prétexte à faire flamber les prix inutilement, tâchons donc de ne pas y apporter trop de crédit.

014_208

016

Ajoutez à cela le châssis sport, abaissant la suspension avant de 10mm, et l’arrière de 20mm, et vous aurez alors une 993 parfaitement équipée pour les promenades endiablées sur les routes, disons, de la Savoie Classic où elle sera parfaitement à son aise. Imaginez 300 kilomètres de petites routes montagneuses, traversant tout à la fois des cols, longeant des lacs et des forêts, le tout sous un soleil de printemps agrémenté des douces odeurs des champs de colza. Le tableau est parfait, et cette 993 se suffit parfaitement à elle même, mêlant à merveille sportivité, performances, confort et beauté. Ne dit-on pas que la 911 est polyvalente? En voici le plus bel exemple…

001_255

L’auto est à vendre chez Alphons Ruyl

Quel est l’intérêt de la 993 Carrera S?

Temps de lecture estimé: 2’10

Est-il encore nécessaire de présenter la 993 Carrera 4S? Si elle devait passer l’épreuve de l’applaudimètre devant un parterre d’esthètes, il ne fait nul doute qu’elle décrocherait un score à rendre jalouses toues les autres 911. Il est en effet difficile de résister aux charmes combinés de la 993 et du Turbo Look. C’est la raison pour laquelle, après cette copie plus que parfaite, nous pouvons légitimement nous demander quelles motivations ont poussé le constructeur à proposer une Carrera S? Explications…

www.pannhorst-classics.com

C’est lors du millésime 1996 que la Carrera 4S vit le jour, apportant avec elle un lot d’innovations inédites. Le millésime 1996 fut en effet celui de l’inauguration du Varioram, permettant de porter la puissance du flat 6 à 285ch. La Carrera 4S adoptait quant à elle la carrosserie large, le bouclier avant et les jantes de 18 pouces de la Turbo, à l’exception de son aileron arrière. Le châssis était également emprunté à la Turbo: les freins sont surdimensionnés, tandis que les suspensions avant et arrière sont respectivement abaissées de 10mm et 20mm. Avec un tel équipement, la Carrera 4S devait être particulièrement efficace dans les virages.

www.pannhorst-classics.com

L’équipement intérieur bénéficiait des mêmes standards haut de gamme que la Turbo. Ainsi, la Carrera 4S se voyait équipée de série de l’air conditionné, d’une sellerie intégralement en cuir, de l’ordinateur de bord, des sièges électriques et enfin d’un essuie-glace arrière, sans omettre le lecteur de radio-cassettes. Avec un tel équipement, la Carrera 4S avait absolument tout pour plaire, et les clients ne s’y trompèrent pas. Avec 6948 exemplaires vendus, Porsche en a écoulé davantage que les Turbo, permettant de rentabiliser un châssis dont le développement aura certainement été onéreux. Mais alors, pourquoi diable offrir par la suite une Carrera S dépourvue des gros freins et de la transmission intégrale?

993 2s-41

Avec des freins de Carrera, des jantes de Turbo disponibles uniquement en option, il faut bien admettre que la 993 Carrera S semble nettement moins intéressante. Il faut pourtant lui reconnaître quelques particularités, dont son aileron arrière à double grille, peint en couleur carrosserie, ainsi qu’un teinte spéciale, le Vésuvio Métallisé, disponible moyennant un petit supplément. Il faudra veiller à ne pas vous laisser leurrer par les vendeurs qui vous présenteront une 993 peinte en Vésuvio comme une édition limitée, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’un quiproquo d’époque, notamment en France ou Sonauto fit repeindre ses dernières Carrera S en Vésuvio afin de les écouler rapidement avant l’arrivée des 996 en concessions…

p1050733

Répondons maintenant à la question: pourquoi? Comme nous l’avons dit, la Carrera 4S était équipée d’une encombrante transmission intégrale. Ce qui rendait impossible l’adjonction d’une boîte Tiptronic. Dès lors, afin de répondre à la demande de ses clients, le constructeur a pris la peine de proposer une Carrera S où le montage de la boîte Tiptronic serait possible! Il serait d’ailleurs intéressant de savoir quelle proportion de Tiptronic a été vendue sur la Carrera S. Car il ne faut pas oublier qu’en supprimant le coûteux châssis de la Turbo (à l’exception des suspensions rabaissées), la Carrera S était affichée à un tarif nettement plus abordable: 137 500 Deutsche Marks, contre 159 800 pour une Carrera 4S. Ce qui lui permit de rencontrer un certain succès, avec 3714 exemplaires écoulés en seulement deux millésimes, et que de nombreux clients s’en tinrent à la boîte manuelle, qui garde la faveur des acheteurs aujourd’hui.

993 2s-5

Cela est assez surprenant, mais aujourd’hui, il n’existe presque aucun écart de prix entre une Carrera S et une 4S. Ce que les porschistes retiennent aujourd’hui, avant tout, ce sont les ailes larges et l’esthétique époustouflante de ces 993 Turbo Look. Le fait d’avoir 4 roues motrices n’ayant jamais constitué un sommet technologique de référence, seuls l’état et la beauté de l’objet importent. Mais rassurez vous, avec ou sans les freins de la Turbo, l’agrément de conduite de la Carrera S, sa beauté et sa rareté vous en donneront largement pour votre argent.

Crédits photos:

Serge Heitz Consulting

Pannhorst Classics

 

Un marchand sans pitié vend une 993 Carrera pour 125 000€

Temps de lecture estimé: 2’20

De toutes les 911, la 993 fait partie de celles dont la cote d’amour ne cesse de s’accroître tant elle se bonifie avec l’âge. Sa ligne n’a pas pris une ride, et elle reste aujourd’hui l’une des 911 les plus réussies de l’histoire. A tel point que des modèles exclusifs tels que les 993 GT s’échangent aujourd’hui pour des montants à en perdre le sens de la mesure. Et puisque les voitures de collection sont à la mode, voici une 993 Carrera dont le prix de vente ne manquera pas de vous dresser les cheveux sur la tête…

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.34.21

124 700€ précisément, à croire que le vendeur a fait de nombreux calculs afin de déterminer un prix de vente parfaitement justifié. S’il y a bien une chose qui semble parfaitement justifiée, il s’agit de l’historique de l’auto, limpide. Depuis sa sortie de l’usine en 1998, l’auto aura parcouru seulement 10 864 kilomètres, le carnet mentionnant bien la présence d’un entretien annuel effectué dans le réseau. Un entretien méticuleux qui ne nous empêchera pas de croire qu’avec un kilométrage aussi faible, le moteur ne doit guère délivrer toute la fougue que l’on est en droit d’attendre de ses 285ch.

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.35.05

D’autre part, s’il est vrai que le Jaune Vitesse est une couleur fort rare sur une 993, celle-ci possède quelques équipements la rendant d’autant plus exotique et digne d’intérêt. Vous aurez sans doute remarqué les jantes de 18 pouces look « Turbo », peintes en couleur carrosserie. La mode des jantes peintes venait d’être lancée, et allait connaître un certain succès. De nos jours, la mode est aux jantes mates ou satinées.

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.34.17

Pour revenir à notre 993, elle possède un autre équipement extérieur nettement plus rare. Si vous pensiez que cet aileron arrière sortait tout droit d’un mauvais rêve du préparateur Gemballa, vous faites fausse route. Il s’agit de l’un des premiers aérokits proposés en option chez Porsche par le département Exclusive. Le petites moustaches du bouclier avant ressemblent à s’y méprendre à celles d’une 993 RS. Mais le double aileron est inédit, et pour le moins disgrâcieux. Difficile d’affirmer qu’il s’agisse un chef-d’œuvre esthétique, au contraire de l’aileron de la 993 Turbo. Dès lors, peut-on vraiment dire que ces aérokits permettent d’appliquer une prime sur la cote de base de l’auto? Permettez-nous d’en douter, mais tout est possible.

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.34.25

En comparaison, l’habitacle semble presque ennuyeux! Les magnifiques sièges sport n’ont que trop peu servi au regard du kilométrage de notre 993, et cela est regrettable tant leur confort et leur maintien est exemplaire. Dans la série des équipements tirés du catalogue Exclusive, notez ici les coques des sièges peintes en couleur carrosserie. Sublime! Pour le reste, l’habitacle ne se distingue que par son état de conservation remarquable.

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.34.36

Capture d’écran 2015-04-06 à 14.34.59

Vous l’aurez compris, dans le cas d’une auto de cette qualité, la question du prix est forcément épineuse. Une couleur rare, un kilométrage très faible, des équipements exclusifs dont l’intérêt en collection est sujet à débat, tout cela fait de cette 993 un OVNI suscitant beaucoup d’intérêt. Il semble évident qu’une telle auto est aujourd’hui rarissime, et nous pourrions parfaitement comprendre que son prix dépasse allègrement la cote moyenne d’une 993. De là à doubler le prix par rapport à des autos en parfait état, il y a un pas que nous nous refusons à franchir. Sans nul doute, dire que le marché de la voiture de collection est à l’abri des spéculateurs serait faire preuve d’un dangereux déni de réalité.

L’auto est à vendre cher 11er Ecke.

Une authentique 993 Turbo cabriolet à vendre!

Temps de lecture estimé: 2’00

C’est bien malgré nous que nous vous faisons de nouveau le coup de l’auto produite à moins de 15 exemplaires, à l’image de la 964 Speedster TurboLook publiée récemment. Mais la 993 Turbo cabriolet, produite à 14 exemplaires, est une auto si méconnue que nous ne pouvions pas laisser passer cette occasion inespérée. Afin de vous faire une idée de la rareté de l’auto, sachez que la dernière fois que nous avons eu connaissance d’une telle auto en vente, c’était il y a 9 ans! Voici l’histoire d’une 911 vraiment très spéciale…

993_turbo-02

En 1994, alors même que la 993 fait ses premiers pas et que la Turbo n’a pas été officiellement commercialisée, Porsche reçoit une demande on ne peut plus farfelue: serait-il possible que le département des commandes spéciales fabrique une 993 Turbo cabriolet? D’ordinaire, la demande serait certainement rejetée, mais le commanditaire n’est autre que Fritz Haberl. Le personnage est on ne peut plus influent dans la sphère Porsche, puisqu’il dirige alors de nombreux centres Porsche en Allemagne, dont le centre de Munich, réputé pour être l’un des plus importants du monde. Dès lors, Porsche réfléchit à deux fois avant de jeter le bon de commande à la poubelle.

993_turbo-07

Après quelques études de faisabilité et une indispensable étude de rentabilité du projet, Porsche accepte la requête de Fritz Haberl, en posant toutefois quelques conditions: il devra trouver un minimum de dix clients, et les autos seront toutes peintes en noir. Quant au prix, il sera de 264 000DM (à comparer aux 212 040DM de la Turbo coupé lancée en 1995). Haberl mobilisera son réseau tentaculaire, et parviendra à  rassembler 14 commandes, dont une auto qui partira en France. Quant à la couleur noire, sachez que plusieurs autos furent repeintes dans une autre couleur avant leur livraison. Le fait du prince aidant, toutes ces Turbo bénéficient d’une série de numéros de châssis spécifiques, ce qui facilite nettement leur identification.

993_turbo-06

Mais pour ce prix, c’est une Turbo aux airs de Frankenstein que les heureux propriétaires allaient recevoir. Point de transmission intégrale, ni même de bi-turbo. La 993 Turbo cabriolet fut en effet équipée du 3.6 monoturbo de la 964 Turbo 3.6! Et les deux doubles sorties de pots laissent d’ailleurs suggérer que ce moteur bénéficierait de l’option X88 portant la puissance à 385ch. Stricte deux roues motrices, la 993 Turbo cabriolet se reconnaît à ses jantes Speedline de 18 pouces empruntées à la 964, et surtout à son aileron tout à fait particulier. Reprenant vaguement la forme d’un aileron de 964, ses extrémités sont plus larges, et aucun jonc de caoutchouc n’y est apposé. L’aileron aurait en fait été conçu totalement sur mesure afin de s’adapter à l’inclinaison spécifique du capot de la 993 tout en laissant suffisamment d’espace à l’échangeur d’air du moteur turbo. Notez que la 993 Turbo cabriolet était également privée de carrosserie large.

993_turbo-12

Porsche aura néanmoins laissé l’opportunité aux acheteurs de personnaliser leur habitacle, à l’image de celui-ci bénéficiant d’un cuir bleu ciel. Il ne s’agit peut-être pas de la meilleure combinaison avec la carrosserie noire, mais le nombre d’autos est si limité que vous seriez bien mal avisé de vous plaindre. D’autant plus que l’intérieur bénéficie de tout le raffinement imaginable. Mais bien plus que cela, le plaisir procuré par cette auto réside dans sa conduite. Un châssis optimisé de 993 équipé de la motorisation monoturbo la plus excitante produite par Porsche, le tout cheveux au vent, cela doit être quelque chose d’inimitable. A tel point que cet exemplaire affiche 108 000km au compteur! Enfin un collector qui roule! Quant au prix, nous l’ignorons. Mais nous ne nous faisons guère d’illusions…

993_turbo-26

L’auto est à vendre au centre Porsche de Mannheim

Visite chez Automobilia (partie 1): la course en tête

L’endroit est d’une discrétion absolue. Si vous veniez pour la première fois, il y a fort à parier que vous passeriez devant sans même vous en rendre compte. Vu de l’extérieur, dans une rue assez fréquentée, nul ne pourrait soupçonner que derrière cette lourde porte se cachent quelques unes des autos des plus fameuses de l’histoire. Des Porsche pour la plupart. Et parmi elles, quelques autos de compétition, et non des moindres. Franco Lembo, le maître des lieux, m’a accordé le privilège exceptionnel de lui rendre une visite de courtoisie. Résumé en images…

911 2.8 RSR

Commençons par celle qui est probablement la plus belle. Cette 911 2.8 RSR de 1973 est une véritable RSR, dont le nombre exact d’exemplaires reste à ce jour inconnu. Tout au plus sait-on qu’il oscille entre 48 et 52 exemplaires. Celle-ci fut accidentée dans les premiers jours de sa brève carrière. Importée des Etats-Unis en 2002, elle fait depuis le bonheur de Franco Lembo qui n’a pas hésité à l’engager sur de multiples événements historiques.

20141004_115026
Noire à bandes rouges, une combinaison superbe!

20141004_115046

20141004_115059
Le tour auto dans de si petits baquets? Cela doit être long, très long!

Prototype EBS Porsche

Insolite et méconnu, ce prototype a bel et bien été développé en 1972 à Weissach par les ingénieurs de Porsche. Équipé d’un châssis tubulaire maison, la pièce maîtresse de ce prototype est son moteur: il s’agit d’un flat 6 emprunté à une 2.8 RSR du Max Moritz racing team, que l’auto reçut en 1973 et qu’elle possède encore aujourd’hui! Destiné à courir en European Can-Am series, l’auto fut engagée par le Max Moritz racing team, et courut en 1976 sur quelques uns des plus grands circuits d’Allemagne, notamment Hockenheim ou le Nürburgring avec à son volant Hubert Schmidt. Mais la majeure partie de sa carrière se déroula en courses de côtes, toujours avec Hubert Schmidt. Elle fut finalement vendue aux Etats-Unis en 1980, où débuta une nouvelle carrière en course historiques. Il s’agit probablement d’un exemplaire unique au monde, possédant malgré tout une histoire et un palmarès fascinants.

20141004_114739
De loin la pièce la plus insolite du show-room!

20141004_114948

20141004_114939
Et le blason Porsche au milieu du volant.

993 GT2 « Klasen »

Cette GT2 possède également un solide palmarès, avec notamment un titre de championne de France GT2 en 1998 avec Jean Pierre Jabouille à son volant. Fait notable, sa peinture est l’oeuvre du peintre Peter Klasen, et il s’agit en vérité de la seconde 993 GT2 réalisée par le peintre. La première auto utilisée par l’écurie ayant été accidentée, une seconde auto fut préparée dans l’urgence afin de terminer la saison. Laissons le mot de la fin à Franco Lembo: « Oui, je l’ai eue aux enchères, mais je ne l’ai pas payée très cher pour autant. Tout le monde aurait pu l’acheter, mais visiblement personne n’était très intéressé, ni ne savait ce que pouvait valoir cette GT2. J’ai enchéri et j’ai pu l’acheter pour un prix très raisonnable. » Je ne révélerai pas le montant exact, mais je ne peux que confirmer ses propos!

20141004_114747

Porsche 962

Eh bien, je suis resté sans voix! Ce n’est pas tous les jours que l’on tombe nez-à-nez avec un invincible prototype Porsche ayant couru en groupe C.   A tel point que j’ai totalement oublié de lui demander un historique de la bête. Néanmoins, son témoignage est intéressant: « Il ne faut pas croire qu’il s’agisse d’un proto facile à trouver sous prétexte que l’on trouve beaucoup de 956-962 sur internet. Il faut faire la différence entre les châssis Kremer, Thomson et consorts, et les vrais châssis Porsche. Cette 962 est un vrai châssis Porsche. C’est le genre d’auto qui s’adresse à un collectionneur avisé. Et qui saura la piloter, cela va sans dire. »

20141004_114759

20141004_115131

911 ST

Forte d’un palmarès très riche, comprenant entre autres un double titre de championne de France avec Claude Ballot-Léna en 1971 et 1972, il s’agit de l’une des 21 rarissimes 911 ST. Celle-ci suit un long processus de restauration qui dure depuis plus de 2 ans maintenant. Un véritable bijou, qui ne méritait rien de moins que le meilleur.

20141004_110829

20141004_115811
Le capot d’origine dans un coin.

 Et c’est tout ! Oh non, certainement pas. Il me reste beaucoup à vous montrer, alors si vous n’êtes pas rassasié, je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour la suite de la visite!

Le site d’Automobilia