Archives du mot-clé 919

Les chiffres amusants des 24 heures du Mans 2015

Temps de lecture estimé: 3’20

Nous pensions avoir tout vu, tout lu, tout entendu à propos de la victoire de Porsche aux 24 heures du Mans 2015. Des records, un équipage de rookies, un célèbre acteur sur le podium, des 911 en flammes, la fin de la suprématie d’Audi, il n’y avais vraiment rien à dire qui n’ait déjà été abordé. C’est mal connaître notre constructeur préféré, jamais à court d’idées afin de nous surprendre. A ce jeu, Porsche s’est amusé à rassembler plusieurs séries de chiffres afin de donner à sa victoire une tout autre perspective. Comme vous allez le voir, l’exercice est aussi amusant qu’instructif!

M15_1986

• L’auto victorieuse a parcouru 385 tours, soit 5 382,82 kilomètres. Ce n’est que deux tours de moins que le record détenu par Audi depuis 2010.

• La 919 Hybrid victorieuse a roulé à une vitesse moyenne de 224,2km/h.

• La vitesse maximale enregistrée pour une 919 Hybrid lors de la course était de 340,2km/h, le samedi après-midi à 16h40. Mark Webber était au volant.

• Les 919 Hybrid ont généré et consommé 2,22kwH (8 mégajoules) d’énergie électrique par tour. S’il s’agissait d’une centrale électrique, l’énergie produite suffirait à alimenter un foyer pendant trois mois.

• L’écurie Porsche Motorsport était composée de 120 personnes.

• Les LMP1 Porsche ont observé en tout 90 arrêts aux stands, 30 pour chaque auto.

S15_0591

• 26 de ces arrêts aux stands donnèrent lieu à un changement de pneus et de pilotes.

• Le relais le plus long réalisé avec un seul train de pneus par chacune des trois voitures s’éleva à 54 tours. Ces performances furent réalisées respectivement par Mark Webber dans la n°17, Neel Jani dans la n°18, et Nico Hülkenberg dans la n°19.

• En tout, 116 pneus furent utilisés pour les 919 Hybrid pendant la course.

• Une jante et son pneu pèsent 19,9 kilogrammes. Ce qui signifie qu’en 24 heures, les mécaniciens ont soulevé et déplacé 2308,4 kilogrammes.

S15_0524

• L’arrêt aux stands le plus rapide réalisé par l’écurie Porsche, incluant un changement de pilote et de pneus, a été réalisé en 1’13″90.

• De même, l’arrêt aux stands le plus rapide pour un ravitaillement dura 51″30.

• Les trois Porsche passèrent un total de 95 minutes et 36 secondes aux stands. Les trois autos de la deuxième meilleure écurie passèrent quant à elles un total de 130 minutes aux stands.

• La 919 Hybrid victorieuse a consommé 1 896 litres d’essence.

S15_0586

• La boîte de vitesses de la 919 Hybrid victorieuse a encaissé 25 293 changements de rapports.

• Neel Jani est le pilote ayant conduit le plus longtemps. Il est resté au volant pendant dix heures et dix minutes. Au volant de la Porsche victorieuse, Nico Hülkenberg s’est montré le plus assidu en pilotant pendant 8 heures et 52 minutes.

• De tous les pilotes Porsche, Mark Webber est celui ayant perdu le plus de poids au cours des 24 heures. Au début de la course, il pesait 81,2 kilogrammes. Au terme de la course, la balance affichait 78,2 kilogrammes.

• Remplacées lors de chaque ravitaillement, les bouteilles de boissons énergisantes des pilotes avaient une contenance de 0,85 litre.

• On ne déplora que très peu de casse, et peu de pièces furent changées durant la course: la 919 Hybrid n°19 fut la plus gourmande en raison du double remplacement de sa face avant. Quant à la n°19, elle bénéficia du remplacement préventif du cache moteur et de l’aileron à la faveur d’un arrêt aux stands sous safety car.

• Au cours des 24 heures, les trois 919 Hybrid eurent besoin d’un ravitaillement en huile de seulement un litre.

• Les pare-brises des 919 Hybrid étaient équipés de quatre films plastique qu’il était possible de retirer au fil de la course afin de restaurer une meilleure visibilité pour les pilotes.

M15_1930

• Le samedi à 16h00, on releva la température ambiante la plus élevée de la course, à 25C°. La température ambiante la plus faible fut relevée durant la nuit, de 3h00 à 7h00: 16C°.

• La température la plus élevée enregistrée dans l’habitacle d’une 919 Hybrid fut 27C°.

• La nuit a duré précisément 8 heures. Le coucher de soleil s’est produit à 21h59, et le lever de soleil à 5h59.

• En 24 heures, chaque auto a transmis 13,5 gigabytes de données à son équipe.

• Le safety car est intervenu à quatre reprises, interrompant la course pendant un total de 195 minutes.

• Et dernière information chiffrée, peut-être la plus importante: après trois épreuves du championnat du monde d’endurance 2015 (WEC), Porsche est en tête du championnat avec 140 points, talonné par Audi et ses 124 points, tandis que Toyota est à la peine, avec seulement 71 points.

Crédits photos et informations: Porsche AG

La mystérieuse « Voiture de sport du Futur » de Porsche

Temps de lecture estimé: 2’40

Si vous vous demandiez quelle logique a dicté le choix de couleurs des 919 Hybrid ayant couru aux 24 heures du Mans, rassurez-vous, Porsche a pensé à tout! Le constructeur a en effet publié quelques images détaillant très simplement leur vision de l’histoire Porsche. Avec, à la clé, une possible « Voiture de sport du Futur » ayant de quoi attiser notre curiosité.

Trois clichés, mais quels clichés! Le plus simple étant de les reprendre dans l’ordre: en premier lieu, la 919 Hybrid habillée de rouge et de blanc. Cela n’aura pas échappé aux passionnés, celle-ci est un clin d’oeil au passé, puisque la 917 ayant remporté la première victoire de Porsche aux 24 heures du Mans était drapée d’une livrée rouge et blanc. Profitons-en pour rappeler que l’auto, qui remporta la course avec à son volant Hans Hermann et Richard Atwood, était engagée par Porsche Salzbourg. Un ensemble de couleurs qui ne manqua pas de porter chance à la 919 Hybrid n°17, puisqu’elle se hissa à la deuxième place de l’édition 2015 de la course mancelle.

919-2

La livrée noire et blanche est certainement la moins évidente. Celle-ci fait écho à l’histoire actuelle de Porsche, avec en apothéose sa fabuleuse 918 Spyder dont la production vient de toucher à sa fin. Mais pourquoi le noir, alors que la 918 Spyder fut systématiquement présentée en Argent Liquide Métallisé? Tout simplement parce que la 918 Spyder qui décrocha un chrono ébouriffant de 6’57 » sur la boucle nord du Nürburgring était noire mate. Il faudra malheureusement faire l’impasse sur les décalcomanies Martini, mais le liquoriste n’accompagne plus Porsche en compétition. On ne peut également s’empêcher de penser que, en raison du tarif indigeste de l’Argent Liquide sur la 918 Spyder (48 000€), il aurait été bien trop coûteux de peindre une 919 Hybrid de la sorte!

919-3

La livrée blanche est de loin la plus banale, puisqu’elle habille les 919 Hybrid depuis leur retour en compétition. Elle incarne manifestement le futur de la marque. A cet égard, il est tout à fait opportun que la 919 Hybrid n°19 blanche et noire ait remporté la course, puisque cela permet à cette livrée de s’inscrire durablement dans l’histoire du constructeur. L’avenir nous dira si celle-ci deviendra emblématique, mais il est bon de voir que Porsche parvient à inscrire de nouveaux repères visuels pour les générations futures, en bonne place à côté des Gulf et autres Martini dont les lettres de noblesses prenaient peu à peu la poussière.

Mais puisque cette livrée blanche évoque le futur de Porsche, quelle est donc cette future Porsche à laquelle nous pouvons nous attendre? Les pistes les plus folles sont évoquées par les amateurs: une nouvelle 928? Une sportive à moteur central empruntant le V8 de la 918 Spyder, comme le laissait augurer une hypothétique 961? Il est vrai que l’arrière de l’auto masquée semble inédit, mais nous pensons toutefois que la réponse est un peu plus simple. Oui, l’auto est très large, mais la face avant ressemble à s’y méprendre à la 911! Il y a donc fort à parier que nous soyons en présence d’une nouvelle déclinaison de 911.

919-1

Greffer un V4 de 919 Hybrid dans la 911? Cela est absolument impossible, et cela n’arrivera pas non plus pour la gamme Cayman, qui bénéficiera d’un flat 4 turbo, d’autant que le moteur de la 919 Hybrid est nettement plus coûteux. Mais puisque la 919 incarne l’avenir, cela signifie que certaines de ses technologies se retrouveront un jour ou l’autre dans les Porsche de série, d’autant que son arrivée sur la 911 aurait été confirmée. Ce qui ouvre un boulevard à sa technologie hybride, désormais auréolée d’une victoire dans la course d’endurance la plus difficile au monde. Manifestement, le record sur le Nürburgring de la 918 Spyder ne suffisait pas. Voici donc notre conclusion, fort convenue mais également fort probable: la 911 hybride arrive à grand pas. Espérons que cela commence avec la Turbo: imaginez le souffle des turbos et le couple immédiat d’un moteur électrique, cela serait une véritable machine à démolir l’asphalte!

Crédits photos: Porsche AG

Porsche signe une 17ème victoire aux 24h du Mans!

Temps de lecture: 3’45

Mes amis, quelle course! Si nous avions su au départ de la course que l’histoire se terminerait si bien, nous n’en aurions rien cru! Seulement un an après son retour en endurance, le constructeur le plus titré de l’histoire vient de signer un doublé historique face à des concurrents affutés, 17 ans après sa dernière victoire.

Tout avait commencé de la meilleure des façons, les trois 919 Hybrid ayant largement dominé les qualifications, tenant le reste de la meute à bonne distance sur la grille. Cependant, les essais du samedi matin soulevaient les premières inquiétudes: sur un rythme de course, les Audi se montraient plus rapides que les Porsche. Ajoutons à cela la capacité pour l’écurie d’Ingolstadt de faire durer ses pneus bien plus longtemps que Porsche sur les 919 Hybrid, nous avions quelques raisons de nous inquiéter.

S15_0524

S15_0514

Au terme de la première heure de course, nos inquiétudes s’avéraient partiellement fondées: les Audi avaient repris possession des 2ème et 3ème places, tandis que la 919 Hybrid n°17 contenait péniblement les assauts de la meute, conservant son avantage en raison de ravitaillements moins fréquents. Pendant ce temps, les 911 s’illustraient par une remarquable tendance à cramer en bord de piste!

S15_0515

Au bout de 5 heures, la 919 n°17 (Hartley, Weber, Bernhard) tenait toujours les rênes, mais un contact entre une Audi et une Ferrari 458 causa l’intervention du safety car, ce qui permit aux deux autres Audi de se repositionner en embuscade, derrière les deux 919 de tête. La menace était loin d’être risible, puisqu’en profitant d’un petit cafouillage des commissaires de piste lorsque le safety car rentra aux stands, l’Audi put opportunément reprendre une place et batailler pour reprendre la tête de la course. S’ensuivit une longue série de dépassements entre l’Audi et les deux Porsche pour la première place, les positions ne cessant de changer au gré des ravitaillements. On commença à penser que ces 24 heures du Mans se joueraient encore à quelques secondes, tant aucun des concurrents ne semblait en mesure de prendre l’avantage.

S15_0547

S15_0549

S15_0536

C’est vers minuit que de nouveaux événements vinrent remettre en question le classement général. A ce moment précis, Mark Webber occupait toujours la tête de la course dans la n°17, aux prises avec deux Audi qui ne lâchaient rien. On retrouvait la n°19 de Bamber/Tandy/Hülkenberg en quatrième position, et la n°18 de Dumas/Lieb/Jani en cinquième position. Cette dernière avait plus ou moins hypothéqué ses chances de victoires après un tout droit de Romain Dumas qui imposa un retour aux stands pour un remplacement de la face avant. Mais revenons aux avant-postes: on s’apprêtait à pester contre les commissaires de pistes, tant une décision venait de tuer la course. En raison d’un dépassement sous drapeau jaune, Mark Weber se voyait infliger un stop and go d’une minute dans les stands. Ce fut la minute la plus longue de l’année pour les porschistes, tant la course semblait perdue. Mais c’était sans compter sur la régularité exemplaire de l’équipage Bamber/Tandy/Hülkenberg, qui profita des arrêts successifs des deux Audi pour prendre la tête de la course. Qui l’eût cru!!

S15_0575

S15_0577

S15_0565

S15_0563

Tout au long de la nuit, on retrouva la 919 Hybrid n°19 aux avant-postes, devant deux Audi. Mais vers 6 heures du matin, nous eûmes l’agréable surprise de voir la 919 Hybrid n°17 revenir en deuxième place, tirant profit d’une régularité exemplaire et de quelques soucis chez Audi. Les petits soucis mécaniques s’accumulaient seulement sur la 919 du trio Dumas/Lieb/Jani, souffrant d’un déséquilibre chronique du système de freinage, ne permettant à cette dernière que de rester en embuscade en cas de problème.

M15_1932

M15_1927

Mais à part les ennuis rencontrés par la n°19, les deux autres 919 Hybrid se montrèrent impériales tout au long de la nuit et de la journée de dimanche, leur permettant d’afficher une avance suffisante pour tenir les Audi à distance. D’ailleurs, sur les coups de 11 heures, les Audi n°9 et n°7 commencèrent à s’échanger les 3ème et 4ème positions en raisons d’arrêts aux stands plus nombreux que prévus, sans que l’on connaisse l’origine des problèmes. A une heure du terme de la course, alors que la météo se faisait de plus en plus menaçante, la Porsche n°19 conservait un tour d’avance sur le Porsche en 2ème position, et deux tours d’avance sur l’Audi n°7. A ce moment précis, en voyant la fiabilité remarquable des autos et la régularité de leurs pilotes, nous commencions à y croire très sérieusement!

S15_0588

S15_0599

M15_1933

La dernière heure se déroula sans encombres, si ce n’est pour la tension de tous les porschistes présents dans les gradins ou devant leur télévision. Mais même avec la pluie menaçant de tomber sur le circuit, rien ne semblait en mesure d’empêcher la victoire de l’une des Porsche en tête. Ce n’est qu’à 15 minutes du terme que quelques gouttes vinrent perturber la fin de course, mais sans remettre en question la domination exemplaire de Porsche au cours de cette édition des 24 heures du Mans. Voir les Porsche franchir la ligne d’arrivée en tête fut tout de même un soulagement. Un soulagement car la victoire de Porsche tant attendue, venait d’être gravée dans le bitume du Mans. Et parce que Porsche avait tenu parole: ils étaient venus gagner, ils l’ont fait.

S15_0557

S15_0555

En y repensant, quel exploit réalisé par Porsche, pour ses deuxièmes 24h du Mans après son retour en 2014, et avoir seulement remporté  les 6h de Sao Paulo au cours de ces deux saisons de compétition. Porsche réalise ainsi un nouveau doublé historique, confortant sa position de constructeur le plus titré de l’histoire du Mans, avec 17 victoires. L’exploit est d’autant plus grand que la victoire revient au trio Bamber/Tandy/Hülkenberg, qui ne réalisait que sa deuxième course au volant de la 919 Hybrid, après les 6h de Spa. Porsche ne regrettera certainement pas d’avoir engagé une troisième voiture, ni d’avoir choisi cet équipage. Historique, mythique, magique, les superlatifs viennent à manquer, tant la course fut belle, tant la joie est grande aujourd’hui. Merci Porsche, de nous avoir fait tant rêver!!!

Crédits photos: Porsche AG

24H du Mans 2015: Porsche en pole, en pole, et en pole!

Les 24 heures du Mans ne pouvaient pas mieux commencer! Non seulement Porsche y a engagé pas moins de trois 919 Hybrid, qui plus est peintes dans des livrées un peu plus originales que le traditionnel blanc. Mais en plus, les trois autos ont démontré l’étendue de leurs performances, fait sauter un certain nombre de records et surtout, relégué toutes les concurrentes derrière elles.

M15_1831

M15_1827

Vous ne rêvez pas, les 919 Hybrid occuperont la pole position, mais aussi les deuxième et troisième places sur la grille de départ demain lors de la course la plus importante et la plus célèbre de la saison. Comme nous l’avons dit, quelques records sont tombés. Le plus important est celui établi par Neel Jani, qui a réalisé un incroyable tour de qualification en 3’16″887, balayant la précédent record détenu depuis 2008 par une Peugeot 908 en 3’18″513. Sur un tracé de 13,629 kilomètres, Neel Jani a donc roulé à une vitesse moyenne de 249km/h. A vos souhaits!

M15_1835

L’exploit est de taille, mais réaliser l’impossible est dans les habitudes du constructeur sur la piste mancelle. Ce succès lors des qualifications est en réalité la neuvième fois que Porsche parvient à aligner trois autos sur les trois premières places de la grille de départ, la dernière fois remontant à 1988. Et puisque nous aimons les statistiques, il s’agit de la 17ème pole position pour Porsche lors des 24 heures du mans. Sachant que Porsche a déjà gagné le Mans 16 fois, la victoire est désormais de mise afin de poursuivre la belle série de statistiques.

M15_1833

Nous savons que Le mans reste le Mans, et que rien n’est gagné. Cela étant, ce petit succès aura alimenté l’enthousiasme sur les réseaux sociaux depuis le début des qualifications, ce qui fait de Porsche le grand gagnant du prologue de cette course légendaire. Il ne reste plus qu’à soutenir notre constructeur préféré, mais nous ne doutons pas que Porsche parviendra à contenir les Audi, et les Toyota certes un peu moins performantes. Le constructeur ne s’en cache pas, cependant: Porsche est venu pour gagner le Mans!

M15_1823

Crédits photos: Porsche AG