Archives du mot-clé 911 2.7

80 000€ pour une 911 2.7: l’avis d’Art Restoration

Vous vous souvenez très certainement de cette 911 2.7 proposée à la vente pour 80 000€? Cet article a suscité de vives réactions et n’a pas manqué de vous diviser. Délirant? Logique? Les avis sont si partagés qu’à ce jour 32% de nos lecteurs estiment que le prix demandé est tout à fait correct pour une auto restaurée par Porsche. Afin d’en avoir le coeur net, nous avons contacté Patrick Pugin, fondateur d’Art Restoration dont la réputation n’est plus à faire. Avec patience et gentillesse, il a bien voulu se prêter au jeu et pris le temps de nous répondre. Voici les propos que nous avons pu recueillir:

01

« Les coûts de restauration d’une 911 dépendent uniquement de l’état initial de la voiture: que l’on restaure une 2.7 de base ou une 2.7 Carrera, c’est quasiment pareil. De même, restaurer une 911T de 1969 ou une 2.4S nécessitera quasiment le même budget.

Dans le cas des restaurations que nous avons réalisées, les propriétaires faisaient les travaux pour conserver leur auto, ils recherchaient un résultat, et non un prix!« 

29

Voilà qui a le mérite d’être clair. Une restauration semble donc particulièrement chère. Patrick Pugin nous livre donc un éclairage édifiant sur la restauration de cette 2.7, motivée par des préoccupations plus mercantiles:

« Si quelqu’un fait une restauration pour vendre sa voiture, il le fait pour que cela paraisse beau et que cela coute le moins possible, cette démarche est pour nous à l’opposé d’un projet de restauration. Dans le cas de cette 2.7 affichée 80 000€ si l’on considère un prix d’achat de la base d’environ 22 000€, le budget restant pour les travaux n’a rien d’exceptionnel en matière de restauration de 911.

Ce qui me choque le plus sur les photos c’est que l’auto n’ait plus son injection d’origine mais des carbus à la place, que les jantes ne soient pas restaurées comme d’origine et que la portière gauche ne soit pas de la même couleur que les deux ailes du même coté. Le non respect de l’authenticité et les points non qualité me choquent.« 

32

Le jugement se passe de commentaires… Voici manifestement une 911 2.7 moyennement restaurée, au prix injustifié.

Patrick Pugin terminera sa réponse par quelques conseils avisés:

« Quelque soit le modèle, payer un prix fort si la qualité et l’authenticité sont au rendez-vous, je n’ai rien à dire, car cela devient vraiment trop rare: je fais trop d’expertises de 911 « restaurées » ou « très bien entretenues » qui sont dans des niveaux de finition ou d’entretien catastrophiques pour l’homme du métier.

Malheureusement, les prix de vente élevés ne sont pas une garantie d’un travail de qualité. J’ai vu il y a peu une 911 2.0 SWB (empattement court) affichée 225 000€ et annoncée comme exceptionnelle. Après avoir relevé plus de 60 non conformités en moins d’une heure, j’ai jeté l’éponge…

Vous avez raison de vous inquiéter, il faut être très vigilant sur l’achat d’une 911 refroidie par air: aujourd’hui les vendeurs demandent le prix maxi potentiel du modèle à vendre, sans se soucier de son état.« 

23

Tout est dit… Les amateurs de Classic savent désormais où se tourner si d’aventure ils souhaitaient s’offrir une 911 les yeux fermés! Nous devons un immense merci à Patrick Pugin qui a joué le jeu jusqu’au bout, et pris le temps de nous répondre à des heures où certains professionnels ne prendraient même pas la peine de répondre pour des clients.

Les illustrations de cet article sont un témoignage du travail réalisé par Art-Restoration.

80 000€ pour une 911 2.7… Est-ce une blague?

Temps de lecture estimé: 2’30

Aurais-je mis un zéro de trop? J’aimerais bien, mais ce n’est pas le cas. Vous avez bien lu, un centre Porsche allemand propose une 911 2.7 à la vente pour la modique somme de 80 000€. Il y a forcément une astuce! Mais laquelle?

13168512c_xxl

  • Il s’agit forcément d’une Carrera 2.7, voie d’une 2.7S au pire?

Oh, cela serait très rassurant! Une telle somme pour une Carrera 2.7 serait parfaitement justifiée. Après tout, un exemplaire en parfait état se négocie à près 98 000€ d’après les chiffres de Flat 6 Magazine. Disons qu’il s’agit d’une Carrera 2.7 dans un bon état général? Non, ce n’est pas une Carrera, ni même une S, avec son petit flat 6 de 175ch. D’après ce que nous dit l’annonce, cette 911 développe 150ch. Il s’agit bel et bien de la 911 d’entrée de gamme de 1974. Et accessoirement, la 911 la moins puissante de l’histoire.

13168512e_xxl

  • Cela doit être dû à ses équipements: elle a forcément quelques options très rares!

Tout dépend de ce que l’on appelle rare. Sa peinture vert diamant métallisé n’est certes pas si courante, mais cela n’en fait pas un collector absolu, loin s’en faut. Ce n’est pas une couleur introuvable, et je doute qu’elle soit particulièrement consensuelle. Un collectionneur averti ayant un coup de foudre pour cette couleur sortira certainement son chéquier, mais pour une Carrera 2.7 ou une Turbo. Quant à la sellerie entièrement habillée de cuir, elle ne saurait guère justifier un tel prix. Et inutile de compter sur le toit ouvrant, il ne s’agit pas d’une 356. Décidément, c’est à n’y rien comprendre…

13168512l_xxl

  • Il reste toujours la piste du kilométrage très faible?

Manifestement oui, puisque son compteur kilométrique affiche 70 800km, ce qui reste très faible! Mais vous savez ce que c’est, avec ces vieilles autos de 1974. Il est fort aisé de retirer quelques milliers de kilomètres au compteur sans que cela ne se remarque, mais je doute qu’un centre Porsche ose s’abaisser à cela. En revanche, en l’absence d’un abondant dossier de factures, il est bien impossible de justifier ce kilométrage. Nous voici donc de retour à la case départ.

13168512a_xxl

  • Il n’y a qu’une solution, elle sort d’une restauration complète…

Exact! Cette 2.7 a bénéficié d’une restauration complète dans les règles de l’art, et par des techniciens de chez Porsche. Autant dire qu’il semble difficile d’avoir bénéficié d’une restauration de meilleure facture. Tout est entièrement neuf. De là à justifier un tel tarif? Certainement pas… La cote la plus optimiste pour une 2.7 sortant de restauration culmine à 45 000€. 35 000€ de moins que cette auto…

  • Une restauration complète est peut-être bien plus onéreuse que nous ne le croyons. Qu’en pense un professionnel?

A ce sujet, nous avons pris la peine de contacter Art Restoration, afin d’avoir l’avis de Patrick Pugin sur la question. Il ne reste plus qu’à attendre, en espérant qu’il prenne quelques minutes pour nous répondre. Nous vous tiendrons au courant!

13168512h_xxl

  • Mais alors pour conclure, est-ce une blague?

Il faut se rendre à l’évidence. Malgré sa jolie couleur et sa restauration complète, son prix nous semble totalement délirant. Par conséquent, oui, il s’agit d’une blague. Mais dans ce cas précis, elle est très sérieuse. Il est grand temps qu’elle se dégonfle, cette bulle spéculative…

Cette 911 est actuellement à vendre au centre Porsche de Mannheim

Crédit Photo à la une: Lutziger Classic Cars

Collection : l’anomalie 2.7

Cela fait maintenant un an, depuis le salon Techno Classica d’Essen d’avril 2013, que l’on assiste à un regain d’intérêt pour les petites 911 2.7. Jusqu’ici totalement oubliées des porschistes, si ce n’est par quelques rares amateurs éclairés, ou des porschistes à petit budget, les 911 2.7 peinaient à exister dans l’ombre de la prestigieuse Carrera 2.7. Lancée en août 1973, la 911 2.7 succédait à la 911 2.4T comme entrée de gamme avec désormais 150ch sous le capot, tandis que la 2.7S commercialisée en 1974, forte de 165ch, usurpant quelque peu son patronyme, remplaçait la 2.4E.

1212_geschl

La 911 2.7, première 911 de la lignée des caisses G, a pendant très longtemps été éclipsée, soit par la Carrera 2.7 nettement plus intéressante sur le plan de la conduite pure, soit par les SC 3.0, voire les Carrera 3.0 à peine plus anciennes et pourtant nettement plus faciles à utiliser : n’oublions pas que les premières caisses galvanisées firent leur apparition chez Porsche en 1976, c’est-à-dire avec la Carrera 3.0, sans même parler de la consommation des moteurs 2.7 avoisinant les 15 litres pour cent kilomètres. Je ne cesse donc de me demander au nom de quoi une 911 2.7 S en excellent état (elles sont particulièrement rares, il est vrai) peut prétendre se négocier aux alentours de 45 000€ (selon la cote de Flat 6 Magazine), alors même que la moins puissante des 911 SC 3.0 dans un état similaire voit sa cote plafonner à 28 000€…

Photo1805
Une SC comme on en voit peu…

Le porschiste amateur à la recherche d’une caisse G ne manquera probablement pas de tenir le raisonnement suivant : dans sa configuration la moins prestigieuse, la SC 3.0 développe 180ch pour le millésime 1978, 188ch l’année suivante, et jusqu’à  204ch dès le millésime 1980. Toutes les SC développent donc une puissance supérieure à une 911 2.7S. Mais ne nous en tenons pas à ce rapport de comparaison très réducteur. La SC bénéficie en plus d’une caisse galvanisée, dont la tenue dans le temps est certes loin d’être exceptionnelle,  mais mieux vaut cela que rien du tout. Quant à l’agrément de conduite, il ne fait que peu de doutes qu’il est quasiment similaire entre ces deux modèles, tant elles semblent identiques en de nombreux points : puissance, châssis, freins, boîte 915… Peut-être sont-ce les entourages chromés, encore présents de série sur les 911 2.7, alors qu’ils prendront par la suite la forme d’une option rarissime ? N’exagérons pas, les chromes n’ont aucunement la même valeur aux yeux des porschistes que pourrait l’avoir un Turbo Look, et elles n’en sont pas toutes pourvues, loin s’en faut. La vérité est donc ailleurs.

Photo1814
La 911 SC possède par ailleurs un palmarès nettement plus enviable. Ici, une SC/RS

La vérité, chers lecteurs, est que tout porschiste amateur raisonnablement constitué préfèrerait amplement débourser 35 000€ pour une 911 SC 3.0 dans un état irréprochable, plutôt qu’une somme nettement supérieure pour une auto dans un état sensiblement moins bon, procurant somme toutes les mêmes sensations, à ceci près qu’elle fut produite quelques années plus tôt.  A condition, bien sûr, de ne pas passer pour un acheteur d’auto au rabais. Eh bien, posons la question aux amateurs ! Connaissez-vous la 911 SC ? Très certainement ! La 911 2.7 ? J’en vois déjà baissent le nez pour ne pas passer au tableau… La victoire de l’image, capitale, revient donc à la SC.

Photo1769
Voici de quoi vous convaincre qu’en matière d’image, la SC n’a décidément pas son pareil

Allons bon ! Que diable reste-t-il à la 911 2.7 pour justifier une telle cote ? Son image est loin d’atteindre des sommets de popularité, d’autant plus qu’elle est totalement éclipsée par la Carrera 2.7, quant à elle bien servie par son moteur identique à celui de la RS. Peut-être la 2.7 bénéficie-t-elle de l’effet d’entraînement lié à la très forte hausse de la Carrera 2.7 ? Cette hypothèse me semble peu plausible tant il existe un gouffre en matière de performances entre une Carrera 2.7 et une 2.7S, et il me semble plus plausible que ce soit la Carrera 3.0 qui tire profit de la hausse de la Carrera 2.7, les similitudes entre ces deux modèles étant plus prononcées. Peut-être est-ce du fait de son intérêt historique ? Après tout, la 911 2.7 est la toute première caisse G ! De là à en faire un mythe, il n’y a qu’un pas que je ne franchirais point, car les porschistes semblent s’être quelque peu arrangés avec l’histoire, attribuant la légende du mythe fondateur des caisses G à la Carrera 2.7, commercialisée elle aussi dès août 1973.

Photo1141
Carrera. Le nom fait toute la différence, entre le justifié et l’injustifié.

Je puis admettre qu’une partie de la forte évolution des prix des 911 2.7 soit purement technique, tant elle a passé de nombreuses années dans l’ignorance la plus totale. Il est de fait parfaitement légitime que la 911 2.7 prenne de la valeur, d’autant plus qu’en ce qui concerne les modèles S, il ne reste probablement plus grand-chose des 2908 exemplaires sortis des chaînes. Malheureusement, on ne le dira jamais assez, la rareté ne fait pas tout, et l’image véhiculée par une auto est tout autant, sinon plus importante. Il reste en définitive une réponse, quelque peu alarmante, car la 911 2.7 ne fait indubitablement pas partie de ces modèles emblématiques que s’arrachent les collectionneurs : une spéculation effrénée, dont personne ne semble véritablement s’inquiéter. Pour l’instant…

Porsche de la semaine: 911 2.7S Targa

Qui a dit que seuls les monstres légendaires et les raretés coûtant des centaines de milliers d’euros avaient droit de cité dans la Porsche de la semaine? Dans la famille 911, l’on peut difficilement trouver plus mal aimée que la 2.7S Targa. A part la 2.7 Targa, je ne vois guère de 911 plus ignorée… Et pourtant, ce qu’il y a de passionnant avec Porsche, c’est que même la plus oublié des 911 aura toujours quelque chose de nouveau à vous raconter, quelque chose d’intéressant à montrer. Une histoire, jalousement conservée.

1212_start

Cette petite 2.7 n’aura pas échappé à la règle, et n’aura pas manqué de capter mon attention malgré un patronyme bien peu reluisant. Mais que voulez-vous, je n’ai pu m’empêcher d’être attiré par cette couleur totalement inconnue que je ne parvenais pas à identifier. Elle semble se situer entre le beige sahara et l’ivoire clair du nuancier des 911 Classic. Et pourtant, à y regarder de près, on y verrait bien un peu du jaune champagne de la 356… Quelle est donc cette couleur aux multiples nuances, superbe et transformant la 911 en petit bonbon au caramel? Il s’agit bel et bien d’un beige sahara! La couleur faisait-elle toujours partie du nuancier en 1975? Est-elle ici d’origine? Je dois avouer que je l’ignore, mais qu’importe, cela lui va si bien!

1212_hi_re

Et l’intérieur ne manque pas non plus de surprises! L’équipement de cette 2.7S est décidément bien surprenant: a-t-on déjà vu l’option sièges sports accompagnée de ce tissu beige à la piètre apparence? Les sièges arrière sont pourtant recouverts de simili cuir, et la climatisation ne manque pas non plus à l’appel. Décidément, quelle drôle de configuration pour une auto qui semble dans son jus, comme en témoignent les craquelures sur la couronne du volant. Le vendeur prétend que le kilométrage s’élevant à environ 50 000 miles a toutes les chances d’être authentique. En miles oui, et vous aurez certainement remarqué à la forme des entourages de phares que cette 911 arrive tout droit des Etats-Unis!

1212_innen1

Miles ou pas, kilométrage authentique ou pas, moteur 2.7S de 165ch certes, mal aimée certes, je n’ai que faire de tout cela. Sa couleur est un aimant, et ne manquera pas de vous séduire. Sans compter les chromes d’un autre temps (et cependant tout à fait dans l’ère du temps), les indémodables jantes Fuchs, et un toit Targa jouissant d’un plein retour en grâce. Le tout, à mon avis, pour moins de 25 000€. Elle est pas belle la vie?

1212_hi_li

Retrouvez l’annonce chez Steenbück Automobiles:

http://www.steenbuck-automobiles.de/unsere-angebote/marken-n—z/porsche/porsche-911-s-targa-1975.php