Archives pour la catégorie Pagani

Pagani Huayra, l’art rencontre l’automobile

Temps de lecture estimé: 2’15

Nos lecteurs les plus réguliers le savent, nous avons toujours considéré les Porsche comme des oeuvres d’art. Cette considération pourrait d’ailleurs s’étendre à l’automobile en général. Mais comme partout ailleurs, quelques rares chefs-d’oeuvre se distinguent du reste de la masse, informe ou uniforme.   Et comme nous l’avions également promis, il est temps de vous présenter Pagani.

155b4211nofilter

Dans le petit microcosme des hypercars, on pourrait penser que Ferrari et McLaren sont intouchables, tant leur prestige et le niveau de performances de leurs derniers monstres est devenu inaccessible. Sur le plan des performances pures, cela est vrai. Mais ce que ces deux constructeurs ne possèdent plus, c’est bien l’innocence, le caractère particulièrement savoureux que possède un petit constructeur indépendant guidé par une seule et unique exigence: celle de construire les autos les plus parfaites. Nulle analyse des coûts de production ne semble dicter la démarche de Pagani. La perfection automobile est à ce prix, et les clients le paient volontiers, avec un prix de base s’élevant à 1 015 404€, hors options…

img_2725

Le moins que l’on puisse dire est qu’Horacio Pagani, fondateur de la marque et légende automobile en devenir, a su s’entourer. En confiant depuis plus de dix ans la conception de ses moteurs à Mercedes-AMG, Pagani s’assurait une crédibilité mécanique immédiate. Tant et si bien que le V12 bi-turbo de la Huayra, développant 720ch, fut développé sur mesure pour Pagani. Et seuls deux artisans sont capables d’assembler ledit moteur… Presque parfait, ce moteur a néanmoins le défaut de se montrer très discret. A ce titre, succéder dignement à la symphonie du V12 atmosphérique de la Zonda relevait de la mission impossible.

img_3029

21

Réduire la Huayra à un moteur AMG serait manquer tout le reste, c’est-à-dire l’essentiel. Une carrosserie entièrement en fibre de carbone est un minimum requis, dans la mesure où Horacio Pagani fut l’un des premiers à proposer des études en ingénierie sur ce matériau novateur. Notons que si petit soit-il, le constructeur introduisit sur la Huayra une première mondiale: l’aérodynamique active. Tant à l’avant qu’à l’arrière, deux petits volets mobiles se lèvent ou s’abaissent indépendamment en fonction du roulis pris par l’auto, afin de lui assurer un appui maximal, tout en lui épargnant le manque de grâce d’énormes ailerons fixes.

155b4421filter

Car le design est bien la pièce maîtresse de la Huayra. La carrosserie, comme l’habitacle, révèlent l’obsession d’un homme pour la perfection, jusque dans le dernier détail. Une obsession si poussée, que vous ne trouverez aucune pièce en plastique sur la Huayra. Absolument tout est fait de matériaux nobles: cuir, carbone, titane, magnésium… Et ce, afin de répondre à une contrainte esthétique, certes, mais également technique, l’auto étant extrêmement légère. A titre d’exemple, une semaine est nécessaire afin de forger les jantes, sublimes. Quant à la boîte de vitesses, elle doit se passer de double embrayage, Horacio Pagani estimant qu’elle générait un surpoids inacceptable. Préservant ainsi le poids d’une Huayra à 1350kg, l’équivalent d’une LaFerrari.

img_2847

img_2865

img_2918

On reste en admiration devant la qualité irréprochable de l’assemblage. Plus encore que la carrosserie, l’habitacle est une pure merveille alliant la haute technologie à un raffinement presque anachronique. Pour le client, tout est possible, ce qui a pu déboucher sur quelques résultats sujets à débat. Nous ne discuterons pas les goûts et les couleurs, et nous contenterons de saluer la Huayra pour ce qu’elle est: une oeuvre d’art automobile sans égal, l’un des plus grands coups de maître jamais réalisés dans l’histoire des voitures de sport.

Crédits photos:

Huayra blanche: GT Spirit

Huayra rouge: GT Spirit

Huayra carbone: GT Spirit