Quoi de neuf? Semaine du 24 au 30 mai 2014

La GT3 RS met le turbo

L’information a été révélée par Steve Sutcliffe, influent journaliste britannique du magazine Autocar: la 991 GT3 RS pourrait être équipée d’un moteur turbocompressé. Sutcliffe affirme que face aux problèmes de fiabilité rencontrés par la GT3 à moteur atmosphérique, les ingénieurs seraient soucieux de fiabiliser le moteur de la GT3 RS tout en extrayant davantage de puissance dudit moteur. La solution envisagée serait donc tout simplement de greffer deux turbos à la GT3 RS.

3

L’information a néanmoins de quoi surprendre. Cela signerait l’acte de décès d’une éventuelle GT2, à moins que Porsche ne se lance dans une tout à fait possible course à la puissance pour légitimer une GT2. Cela étant, une telle politique ne manquerait pas de semer le trouble dans une gamme déjà pléthorique, où les passionnés peineraient à faire la différence entre la GT3 RS, la GT2, la GT2 RS… Il serait également surprenant que Porsche abandonne le moteur atmosphérique de la GT3 RS alors que celui-ci est de loin son principal atout. D’autant plus qu’ils parvinrent à extraire 500ch d’un moteur 4 litres sur la génération précédente. Nous n’en saurons pas avaantage pour l’instant…

Le Cayman GT4, c’est beau…

Ce n’est jamais qu’une vue d’artiste qui n’a rien d’officielle, mais elle a de quoi faire saliver. Un dessinateur talentueux a livré sur son site internet wild-speed.com une vision de ce que pourrait être le Cayman GT4, s’inspirant des photos des premiers prototypes surpris. Et force est d’admettre que le résultat laisse rêveur:

GT4

Profitons de cette belle image pour ajouter que Steve Sutcliffe, cité ci-dessus, affirme que le constructeur envisagerait de doter le Cayman du système de roues arrières directrices qui équipe la 911 GT3. Il semblerait que Porsche se décide enfin à faire du Cayman ce qu’il aurait toujours du être: un petit génie très turbulent dans une famille de génies. Bon, où est-ce qu’on signe? Là, en bas du bon de commande?

La 718 prépare son grand retour

Ou pas… Il s’agit manifestement d’une rumeur redondante autour de la gamme Boxster, cette fois-ci relayée par Le Blog Auto d’après des médias allemands: Porsche envisagerait de décliner vers le bas sa gamme Boxster, sous la forme d’un petit roadster à moteur 4 cylindres, plus léger que le Boxster 2.7 d’entrée de gamme.

Porscher-Boxster-Exclusive-1[6]

Si l’idée d’un tel petit roadster dans la droite lignée des 550 Spyder et des 718 RS a de quoi faire saliver, il serait bon de réfléchir à la pertinence d’une telle rumeur. Premièrement, cette idée d’un Boxster low cost ressemble à s’y méprendre à cette rumeur de 911 Blue Edition, édition limitée d’entrée de gamme possédant peu d’équipements, qui avait un temps enflammé la toile avant de s’éteindre aussi vite qu’elle avait surgi. Cette descente en gamme de la part du constructeur n’est pas cohérente. Porsche a certes tendance à créer des modèles plus accessibles que ne le sont les 911 et Cayenne, mais sans pour autant jouer la carte du low cost dépouillé d’équipements.

Ce type de véhicule dépouillé semble déjà réservé au Boxster Spyder, qui ne manquera probablement pas de faire son apparition, et le constructeur ne manque jamais de nous faire payer davantage pour des autos spartiates (cet argument de mauvaise foi est une boutade utilisée dans le monde entier), puisque les Boxster Spyder, Cayman R et autres GT3 servent la montée en gamme du constructeur. Il y a donc fort peu de chances de voir un jour sur nos routes un roadster d’entrée de gamme à 40 000€.

Boxster GTS

Et ce, d’autant plus que le marché des petites autos dépouillées et dénuées de tout confort est loin d’être rentable. Que l’on pense notamment aux difficultés financières persistantes de Lotus, ou les ventes confidentielles de Caterham et consorts… Ce marché n’est pas celui de Porsche, et il n’y a donc que fort peu de chances de voir un jour un Boxster 718 d’entrée de gamme sortir des chaînes d’assemblage du constructeur.

La 911 Hybrid en bonne voie

Il reste étonnant de constater à quel point certaines rumeurs deviennent rapidement des réalités tangibles. Cela fut le cas avec le Cayman GT4, c’est désormais le cas avec la 911 Hybrid. A peine un schéma issu d’un dépôt de brevet a-t-il fait son chemin sur la toile, qu’un chasseur de nouveautés sur le Nürburgring a pu filmer un prototype de 911 à la sonorité relativement sourde, en tout cas nettement moins rageuse que celle d’un flat 6 conventionnel. Comme vous pourrez le constater à la fin de la vidéo, quelques arrêts sur image témoignent de la présence d’éléments mécaniques sur la plage arrière. Bien que l’on ne dispose très logiquement d’aucune information, il y a fort à parier qu’il s’agisse là d’un système hybride. L’avenir est en marche!

Sources:

http://www.autocar.co.uk/car-news/new-cars/porsche-considers-turbo-next-911-gt3-rs

http://wild-speed.com/home/showroom/porsche-cayman-gt4/

 

Porsche de la semaine: 911 Classic

Amateurs de Classic, cet article est fait pour vous! Comme vous n’aurez pas manqué de le constater, la plupart des 911 Classic, qu’il s’agisse des toutes premières de la période pré-73, des caisses G, et ce jusqu’aux 993, ont atteint des prix qui les mettent hors de portée d’un très grand nombre de bourses. Quel dommage, qu’il soit devenu si difficile de s’offrir un petit bout d’histoire, pour le plaisir de la promenade, tout en profitant de sensations d’une autre époque. Ah, ces commandes qui ne fonctionnent pas, la boîte manuelle, la finesse des lignes… Eh bien! Chers lecteurs, tout ceci est possible, pour moins de 30 000€! Il ne serait pas dénué de sens de songer à vous offrir l’une des premières 996.

9961
Le viola métal est une couleur particulièrement rare.

Pardon? Comment? Il est fou? La bonne idée pourrie! Oui, je m’attendais bien à ce type de réaction, tant la 996 semble n’intéresser personne. Mais faisons fi un instant des préjugés dont elle est la cible: des dizaines de milliers de 996 qui sortirent des chaînes d’assemblage, il est fort probable que 75% d’entre elles soient grises ou noires, et tout aussi probable qu’une bonne partie d’entre elles aient souffert d’une existence d’autant plus agitée que leur prix les met à la portée de propriétaires parfois peu soigneux. Il reste donc une petite portion de ces 996 de première génération présentant un coloris ou un équipement intéressants, et n’en doutez pas, ces 996 vous apporteront tout le plaisir que vous puissiez espérer.

9963

Car il faut voir la réalité en face, en dépit de son esthétique controversée, la 996 a apporté avec elle une once de modernité qui commençait à faire cruellement défaut à la 911. Un moteur de 300ch vous garantira des performances et des sensations bien au-delà de ce que beaucoup d’autos ne pourraient vous offrir de nos jours, assorties d’un comportement exempt du moindre reproche, tant son agilité et ses qualités dynamiques suscitèrent l’adhésion. Quant à son esthétique que je disais controversée, cet exemplaire chaussé de superbes jantes, et drapé d’un viola métal d’une grande élégance tend à nous démontrer que la 996 commence à se bonifier. Les premières rides de ses 15 ans lui donneraient-elles un charme depuis trop longtemps oublié? Ou serait-ce ce nouvel élan psychologique généré par l’accession au label Porsche Classic?

9964
Sièges sport, cuir gris rubicon étendu, voici également une combinaison très rare.

Vous avez bien entendu, la 996 est désormais éligible au label Porsche Classic. Et lorsque l’on voit cet exemplaire, force est d’admettre qu’elle y a bien sa place. D’autant plus avec cet intérieur préparé avec beaucoup de goût. Le cuir gris foncé, se mariant parfaitement avec la couleur extérieure, habille jusqu’à la coque des excellents sièges sports (une option à recommander!). Il semblerait même que la console centrale abandonne le plastique disgracieux au profit d’un cuir à l’aspect nettement plus flatteur. Car s’il fallait trouver un détail ayant vraiment vieilli dans la 996, il s’agit bien des matériaux plastiques bas de gamme encadrant les aérateurs ou la console centrale, ici judicieusement remplacés par du cuir.

9965
Roue de secours, lecteur de CD, tout ceci est bel et bien d’une époque déjà obsolète…

Chers lecteurs, la 996 est aujourd’hui dans le creux d’une vague qu’elle semble être sur le point de surfer avec brio. Les qualités indéniables de cette auto à mi chemin entre modernité et sensations datant déjà d’une autre époque en font l’un des meilleurs compromis qui soient. A condition de l’entretenir avec le plus grand soin, et de trouver un exemplaire en parfait état. Ces précautions d’usage vous permettront de profiter de l’une des meilleures affaires du moment, le tout pour un coût d’entretien raisonnable. Pour 28 000€, avec une combinaison de couleurs aussi originale et un historique limpide, la 996 qui illustre ces lignes est désormais un bien rare, qu’il serait dommage de dédaigner. Ceux qui le feront ne savent pas ce qu’ils ratent.

Cette 996 est à vendre à La Ville Rose:

http://www.lavillarose.fr/carrera-2-996

L’énigmatique 908/80

De nombreux mystères entourent encore aujourd’hui ce prototype né en 1980 à l’initiative de Reinhold Joest. De sempiternelles interrogations restent sans réponse: est-ce une 908? Est-ce une 936? Quelle fut la base du projet? La brillante carrière de la 936 ne doit pas occulter le fait qu’elle naquit dans un contexte troublé, où la priorité était donnée aux moteurs avant, où la compétition n’avait plus grand intérêt alors que le constructeur était dirigé par Ernst Fuhrmann… Alors en 1980, plus personne ne s’en soucie, à part un pilote privé aussi tenace que talentueux. Mais alors, quelle est donc cette mystérieuse 908/80 préparée par le département compétition dans le plus grand secret?

phoca_thumb_l_24hdumans1980-0007

Ce fut Reinhold Joest qui prit l’initiative. Possédant sa propre écurie privée, Joest courait sur tous les circuits d’Europe, tant en Intersérie que dans le championnat du monde des constructeurs, au volant de ses deux 908/3 privées, depuis 1972. C’est peu de le dire, il est en très bons termes avec le département compétition de l’usine, ne cessant de se procurer des pièces de rechange au fil des saisons. D’abord un capot arrière de 917/10, puis des carrosseries entières pour ses deux 908. Au début de l’année 1975, il poussera même l’usine à équiper l’une de ses 908/3 d’un moteur turbocompressé de Carrera Turbo RSR. Apportant avec lui de nouveaux clients en la personne du Dr Dannesberger, un proche de l’usine, ainsi que l’importateur espagnol Ben Heiderich. Par ailleurs, Joest est un familier de l’épopée 936, puisqu’il courut les 24 heures du Mans en 1978. Il finira 3ème de la course, partageant le volant avec Peter Gregg et Hurley Haywood, excusez du peu.

s1_1

Mais en 1980, le département compétition n’a plus que des os à ronger. Ersnt Fuhrmann a décidé de n’engager que trois 924 Carrera GT aux 24 heures du Mans. Les 936 sont toutes parties au musée, et Joest ne tient pas à engager sa 908/3 Turbo au Mans, tant elle se révèle être en bout de course. Il s’adresse alors à l’usine, afin d’engager une réflexion autour de la modernisation d’une 908. Un châssis de 936 fut donc assemblé en prenant comme base un châssis de 908? Cette hypothèse est la plus probable, mais reste sujette à débat. Jürgen Barth, très proche de Joest à cette époque, affirme que le châssis fut assemblé à l’usine. Le montage final de l’auto fut confié aux mécaniciens de Joest dans leurs ateliers d’Absteinach en utilisant des pièces fournies par le constructeur. L’auto finale ressemble à s’y méprendre à une 936 de 1977, une nouvelle fois sponsorisée par Martini. En raison des nouvelles règles de modération de la consommation de carburant, le 6 cylindres bi-turbo est également en configuration 1977, développant 540ch. Parmi les rares différences avec une 936, on notera un réservoir dont la capacité a été réduite à 120 litres au lieu de 160, des rétroviseurs plus bas sur les ailes, et trois prises d’air NACA sur le capot arrière au lieu de quatre. En vérité, l’auto est en tous points similaire à une 936, tant et si bien que Jacky Ickx affirmera à son sujet que « la seule différence avec une vraie 936 est la position de l’allume-cigares ».

1980_porsche_908_80_real

Vraie 936? C’est bien la question qui fâche tous les puristes. Officiellement, la voiture n’était pas une 936, car comme le souligne Jürgen Barth: « La politique du moment était de faire courir des 924 et de ne plus construire de prototypes ». De fait, il n’était pas de question d’en faire une 936 officielle, d’autant plus que personne ne sait ce dont elle sera capable, en dépit d’un soutien semi-officiel. Par conséquent, c’est avec une plaque de châssis arborant le numéro « 908/80 » que l’auto se présente au Mans en 1980. Elle réalisera une performance honorable, puisqu’en partant de la deuxième place sur la grille et en étant 7ème au terme de la première heure de course, elle entamera ensuite une remontée progressive avant de connaître des ennuis de courroie de pompe à injection à 21h25. Prenant les devants de la course dans la nuit, elle dominera les débats jusqu’à ce que le pignon du cinquième rapport rende l’âme à 10h du matin. La 908/80 prendra finalement la 2ème place derrière une Rondeau. Un résultat que le Dr Fuhrmann exploitera avec opportunisme, déclarant à Auto Hebdo: « Ickx et Joest, n’est-ce pas, ne représentent pas officiellement l’usine de Stuttgart. Ils se sont bien battus, mais n’ont pas eu de chance… En ce qui nous concerne, c’est un très bon résultat! ». Une déclaration qui ne manquera pas d’agacer le journaliste Gérard Crombac: « Porsche, qui dirigeait en sous-main la préparation de cette voiture a agi avec autant de légèreté vis-à-vis de Martini cette année, qu’il ne l’avait fait avec Essex… Ce nouveau faux-pas laisse à penser que le service de course du constructeur n’est plus ce qu’il fut… »

Un faux pas qui n’en reste pas moins aujourd’hui une formidable ligne au palmarès de cette drôle d’auto, qui s’illustra également en signant une 2ème place aux 1000km du Nürburgring cette même année, et compte une participation aux 24 heures du Mans 1981 sous les couleurs de Technocar.  3ème aux essais, elle occupera la tête de la course après deux heures de course, avant qu’une lourde sortie de piste à Tertre Rouge ne la contraigne à l’abandon à 19H53.

1981LM14_car2

Que l’auto ait été préparée dans la précipitation, nul ne peut le nier. Il n’en reste pas moins qu’après coup, décrocher une 2ème place dans ces conditions reste exceptionnel. Et contribue à en faire un véhicule important de l’histoire du constructeur. Mais une question reste en suspens: vraie 936 préparée hors des ateliers du constructeur? Vraie 908 transformée en fausse 936? Est-ce une 908 ou une 936? La vérité semble avoir été révélée au grand jour lors de l’édition 2004 du Mans Classic où, à la faveur d’une intervention mécanique, l’on put voir qu’elle portait le numéro de châssis 936-004. Elle serait donc la quatrième 936 fabriquée par Porsche, alors que l’on crut longtemps qu’il n’y en eut que trois. Mais toujours ce doute qui subsiste: pourquoi arborait-elle le numéro de châssis 908-80 en 1980? La mystérieuse 936 n’a pas encore livré tous ses secrets…

1981LM14_car

Quoi de neuf? Semaine du 17 au 23 mai

La 935 Street a raté le coche

906 Chronicles vous en avait parlé dans la Porsche de la semaine il y a de cela deux semaines, et c’est le 18 mai dernier que la fameuse 935 Street de Mansour Ojjeh a été mise à l’épreuve du marteau d’enchères. Alors que la maison Bonhams en attendait au minimum 300 000€, et jusqu’à 400 000#, la 935 Street a péniblement atteint la barre des 230 000€.

8963996-1-3

Une sacrée surprise, alors qu’il s’agit pourtant d’un véhicule unique et à l’intérêt historique indéniable… Alors, comment s’expliquer cette contre-performance? Deux éléments de réponse peuvent être apportés: premièrement, bien qu’ayant été entretenue dans les meilleures conditions, la 935 Street présentait tout de même quelques signes d’une vie parfois tumultueuse. Vous n’aurez certainement pas manqué de remarquer que le bouclier avant présentait quelques marques de passages un peu trop enthousiastes au-dessus de ralentisseurs… L’auto nécessitait par conséquent quelques travaux de carrosserie dont le coût n’est pas à négliger, tant cela risque d’être onéreux pour des pièces uniques.

8963996-1-6

L’autre raison réside paradoxalement dans le caractère unique de la 935 Street. Le fait qu’elle soit un véhicule unique ne joue pas forcément en sa faveur: le fait qu’un seul client ait commandé une telle auto ne signifie pas que d’autres seraient prêts à se commander la même folie. Il aurait mieux valu qu’un tel véhicule ait été fabriqué en toute petite série au profit de plusieurs clients, plutôt qu’il n’en existe qu’un seul. Il s’agit exactement du discours tenu par le dirigeant de la Carrozzeria Touring, créateur de la fabuleuse Disco Volante. Il assure qu’il était préférable de fabriquer cette merveille à 8 exemplaires, afin de s’assurer que ce véhicule attire la convoitise d’un nombre suffisamment important d’acheteurs, garant d’une sorte de consensus autour de l’auto. Un effet dont ne bénéficie nullement la 935 Street. Certains objecteront qu’il y eut bien un certain nombre de 911 Turbo Flat Nose fabriquées sur commande spéciale. Cela étant, en dépit de leur rareté, leur esthétique est aujourd’hui loin de faire l’unanimité. Un autre élément jouant peut-être en défaveur de la 935 Street…

La 911, voiture branchée

Il s’agit en tout cas d’un projet du constructeur, ayant manifestement l’intention de développer à moyen terme une 911 Plug-in Hybrid. D’après des informations révélées par 4WheelsNews, Porsche aurait déposé un brevet, accompagné du schéma ci-dessous. Il représente une 911 reliée à une borne de recharge d’une batterie électrique.

porsche_911_plug-in_hybrid__large

Rien n’indique la localisation des batteries dans l’auto, mais il serait très surprenant de les voir prendre place à l’arrière, tant celui-ci est déjà lesté par la présence du moteur. Bien que cette esquisse semble indiquer que celles-ci se trouveraient à l’arrière, il est bien trop tôt pour se prononcer, et seul l’avenir nous dira ce que Porsche prépare vraiment. Les informations communiquées par 4WheelsNews font également état d’une application mobile permettant de vérifier en temps réel l’état de charge de la batterie ainsi que l’autonomie restante.

Exclusive s’attaque à la Panamera

Il faut bien le souligner, le département Exclusive en charge des personnalisations poussées a considérablement accru le rythme de présentation de modèles de démonstration, pour notre plus grand plaisir. Pourquoi brider la créativité d’un programme d’où sortent les autos les plus rentables du constructeur?

porsche_exclusive_2014_panamera_turbo_s_jet_black_metallic

Exclusive s’est cette fois-ci tourné vers une Panamera Turbo S habillée d’une peinture portant le doux nom de Noir Jet. L’extérieur s’illustre par la présence des désormais incontournables jantes Sport Classic de 20 pouces empruntées à la 911 édition 50 ans peintesen noir brillant, derrière lesquelles sont montés les freins PCCB. Afin de renforcer le côté élégant (intimidant) de? cette parure noire, la Panamera Turbo S ici présente est équipée de phares teintés accompagnés des feux dynamiques PDLS.

porsche_exclusive_2014_panamera_turbo_s_jet_black_metallic_rear

L’intérieur joue une tout autre partition, caractérisée par la présence de cuir et de carbone à foison. Les sièges sport sont habillés de cuir noir dans leur partie centrale, tandis que la partie extérieure des sièges est habillée de cuir rouge. L’on retrouve également le cuir noir sur le sommet de la planche de bord et des panneaux de porte. La fibre de carbone habille les panneaux décoratifs de la planche de bord, la partie supérieure de la jante du volant, ainsi que le levier de vitesses de la boîte PDK ou l’ensadrement de la console centrale. Exclusive ne s’est pas arrêté en si bon chemin, puisque les lamelles des aérateurs ont été habillées de cuir rouge, tout comme les passepoils des tapis de sol, alors que les fonds de compteurs sont blancs, apportant une meilleure visibilité au poste de pilotage. Enfin, vous noterez le présence du pédalier en aluminium, superbe et déjà présenté sur le Boxster bleu Riviera réalisé par Exclusive il y a peu.

porsche_exclusive_2014_panamera_turbo_s_jet_black_metallic_interior

porsche_exclusive_2014_panamera_turbo_s_jet_black_metallic_dash

porsche_exclusive_2014_panamera_turbo_s_jet_black_metallic_aluminum_pedals

Si la sellerie bi-colore ne plaira pas à tous dans une Panamera, force est d’admettre que le résultat global est plutôt réussi, et sait-on jamais, peut-être est-ce annonciateur d’une future Panamera Black Edition?

La GTS, prochaine déclinaison?

Voici un prototype de 911 qui fut déjà surpris il y a quelques semaines par des chasseurs de nouveautés. Les spéculations vont bon train à son sujet, tant nous manquons d’informations à ce jour. Serait-ce une future 991 GTS dont l’existence semble aujourd’hui indispensable au vu de l’arrivée des Boxster et Cayman GTS? Serait-ce une version restylée de la 991? Il y a probablement un peu des deux…

344467004128320599

L’arrière présente le plus de modifications. Notons en premier lieu ces feux légèrement élargis, reproduisant le schéma adopté pour la génération 997. D’autre part, l’on remarque aisément les deux sorties d’échappement centrales séparées, ainsi qu’une grille de capot évoquant les 911 de course des années 60. Si les feux élargis font indéniablement partie de la panoplie d’une 911 restylée, les autres éléments inspirent davantage une déclinaison pimentée du modèle de base.

18103573571037193619

L’avant fait l’objet de modifications plus ténues: les entrées d’air nettement camouflées semblent s’inspirer de la 991 Turbo, avec de plus petits clignotants élargissant visuellement les entrées d’air. Un look probablement destiné à être décliné sur l’ensemble de la future gamme. Le cas échéant, que resterait-il à la future GTS? Un bouclier avant inspiré de celui de la 918 Spyder, comme le furent ceux des Cayman et Boxster GTS, probablement…

13620528431136894077

Sources:

http://www.worldcarfans.com/114051975473/porsche-911-gts-and-911-gts-cabriolet-spied-testing-at/lowphotos#2

http://www.4wheelsnews.com/porsche-exclusive-reveals-custom-2014-panamera-turbo-s-in-jet-black-metalli/

http://www.4wheelsnews.com/plug-in-hybrid-version-of-the-porsche-911-revealed-in-patent-drawing/

http://www.bonhams.com/auctions/21901/

 

Porsche de la semaine: 991 Carrera S

La rubrique de la Porsche de la semaine a eu tendance à négliger une frange extrêmement significative du marché de la Porsche, rien moins que le marché des véhicules neufs. Il existe à cela deux raisons fort simples: la première est qu’il est assez rare de trouver des annonces pour des véhicules neufs sur Internet, puisqu’ils sont, fort logiquement, commandés par des clients. La seconde raison, je vous propose d’en faire l’expérience. Franchissez les portes d’un centre Porsche et vous verrez par vous-même l’ensemble coloré qui s’offre à vous: gris, gris, noir, blanc, gris, noir, gris… Mais il arrive à l’occasion, bien que nous parlions toujours d’un véhicule neuf, qu’il se trouve un centre Porsche assez téméraire pour se porter acquéreur des modèles de test du département Exclusive. Alors, vous verrez la lumière.

712905-2014.04.28.15.38.06-S114178_8

Une lumière, et non des moindres, puisqu’il s’agit du vert lumière de cette 991 flambant neuve, digne des meilleures réalisations de Porsche Exclusive, mélangeant le raffinement à une sportivité débridée avec un brio certain. Cela commence par le bouclier avant du pack Sport Design, normalement accompagné d’un aileron queue de canard. Il est reconnaissable à ces entrées d’air béantes assorties d’une lèvre inférieure proéminente. Les jantes de 20 pouces Carrera Sport adoptent quant à elles une finition satinée, leur apportant cette apparence gris sombre permettant de mettre en valeur la luminosité de la couleur extérieure. Le tout est assorti à l’arrière de feux translucides, apportant davantage de clarté à l’arrière que les traditionnels feux rouge, tandis que la partie basse du bouclier arrière est également peinte de la couleur de la carrosserie. Notons également la présence des rétroviseurs Sport Design empruntés à la GT3, que l’on reconnaît à leurs supports à double branche. Sans oublier le désormais incontournable échappement sport, combiné au châssis rabaissé de 20mm… Jusqu’ici, c’est un sans faute!

712905-2014.04.28.15.38.04-S114178_6

712905-2014.04.28.15.38.04-S114178_5
La finition satinée sur les jantes est une option qui fut lancée avec la 991.

L’intérieur contraste avec l’extérieur du fait de sa sobriété et de son raffinement. Tout semble conçu afin que le pilote puisse se concentrer sur sa conduite sans ressentir la moindre once de stress après des heures au volant. La boîte PDK, le système audio Bose, les capteurs d’aide au stationnement ainsi que le module étendu de navigation sont de la partie, tout comme le toit ouvrant panoramique afin de vous éviter les crises de claustrophobie. Le volant Sport Design, tout comme les sièges Sport assurent au conducteur de faire corps avec l’auto. Mais cette intérieur ne prend tout son sens que lorsque l’on détaille l’ensemble des parties habillées de cuir. Cela commence avec la coque des sièges sport, puis la console centrale, ainsi que le tunnel central arrière. Le couvercle du compartiment de rangement, ainsi que les sièges sont frappés du logo du constructeur. Le cuir habille également la totalité du tableau de bord, et ce jusque sur les baguettes décoratives. Et si cela vous semblait bien triste, vous remarquerez alors que la clé de contact est peinte en vert lumière.

712905-2014.04.28.15.38.03-S114178_4

A tous ces heureux porschistes qui auraient la chance de pouvoir débourser 146 000€, faites un petit détour par Bensberg à l’occasion d’un voyage d’affaires, et franchissez les portes de la concession Porsche. Vous y trouverez l’une des 911 les plus belles, les plus originales qui soient actuellement en vente. Amis porschistes, laissez vous tenter, offrez vous cette merveille. Ainsi, peut-être, verrez-vous la lumière…