La 911 hantée qui embarrasse le constructeur

C’est bien le genre d’histoire qui n’arrive qu’une fois sur cent mille. Et la plupart du temps, nous n’en entendons même pas parler. Le type d’anecdote qui reste enveloppée sous le sceau du secret, connue seulement par quelques directeurs du service client bien informés. Voici pourtant une histoire qui aura presque fait le tour du monde, l’histoire d’une drôle de 991 Carrera S pour le moins défectueuse.

Nick Murray est un américain passionné, amoureux de la 911. Pas nécessairement plus fortuné que vous et moi, il rêve de s’offrir une 911 flambant neuve. Grâce à un savant mélange de patience et de détermination, Nick Murray passera 5 longues années à économiser suffisamment de petits billets verts avant, enfin, de franchir les portes d’un centre Porsche et de passer commande d’une 991 Carrera S dont il avait tant rêvé. Les deux premiers mois sont idylliques. Nick Murray profite de sa 911 à la moindre occasion, et trouve son auto fantastique à tous points de vue. Rien que de très normal, s’agissant d’une Porsche flambant neuve.

Mais le rêve tournera vite au cauchemar. Les mois qui suivent s’avèrent être un long chemin de croix, sa 911 ne cessant de présenter des dysfonctionnements anormaux, alarmants, énervants… Les vitres électriques s’abaissent inopinément, les radars de recul ne fonctionnent plus, le rétroviseur côté conducteur change systématiquement d’orientation… Mais le calvaire ne s’arrête pas en si bon chemin. Le module de navigation s’arrête de fonctionner lorsque la 911 passe sur un ralentisseur, la batterie se décharge anormalement rapidement, Nick Murray observera même un dégagement de fumée dans l’habitacle. Non non, je n’ai toujours pas fini! Nick n’arrête pas de découvrir de nouvelles fonctions « surprises » dans sa 911. Ainsi, lorsqu’il roule sous la pluie, le plancher du passager devient anormalement humide. Le sommet étant, bien entendu, les multiples pannes sur l’autoroute à cause de rapports bloqués ou de coupures inopinées du moteur. Encore fallait-il que sa 911 daigne démarrer.

Il y a de quoi vous dégoûter de votre auto, et du constructeur. Sa 911 aura pourtant passé pas moins de 60 jours en atelier, pendant lesquels un nombre incalculable de pièces aura été remplacé. Ce qui ne manque pas d’amuser Nick, surtout lorsqu’il remarque que même le klaxon a été changé alors qu’il faisait partie des rares équipements fonctionnant parfaitement. Porsche aura également fait le petit effort de lui offrir un kit complet d’entretien pour son auto, ce qui était la moindre des choses. Mais cela n’a pas suffi, les problèmes ne cessaient de s’accumuler malgré les immobilisations répétées de la 911, si bien que Nick Murray, d’une façon tout à fait compréhensible, finit par être fatigué de sa 911, et formula une requête auprès de Porsche: soit un remboursement complet du véhicule, soit le remplacement du véhicule par une autre 911 neuve en tous points identique, et ce aux frais du constructeur. Une solution refusée par Porsche, qui proposa de rembourser à Nick Murray une partie seulement du véhicule, tout en lui signifiant que s’il n’acceptait pas, le constructeur aurait recours à un arbitrage afin de régler le litige.

Oui mais voilà que les choses s’emballent. Manifestement conscient que sa requête est légitime, Nick Murray se munit d’une caméra, et énumère dans de petites vidéos ludiques ses mésaventures en 911 hantée, ainsi que le comportement du constructeur. Vidéos faisant rapidement le tour des forums de passionnés, si bien que l’une de ses vidéos dépasse désormais les 500 000 vues. Nul besoin d’être très futé pour réaliser les dégâts que de tels propos risquaient de provoquer si Porsche ne réagissait pas très rapidement. Ce qui fut chose faite. Quelques jours plus tard, Nick Murray postait une nouvelle vidéo où il assurait avoir obtenu gain de cause, hésitant même à acheter une nouvelle Porsche: « Pendant les rares moments où ma 911 fonctionnait, j’ai véritablement adoré ma voiture. Et j’ai conscience que ma 911 était vraiment un cas à part, et que 99.9% des voitures sortant des usines du constructeur sont parfaitement fiables. Donc j’hésite très sérieusement à reprendre la même voiture. » Du côté de Porsche, la réaction ne fut pas moins mesurée, le constructeur allant jusqu’à publier un communiqué sur sa page Facebook: « Merci à tous d’avoir répondu à la vidéo de M. Murray. Nous apprécions votre passion et l’allant de notre communauté pour le meilleur service client qui soit. Chez Porsche, nous avons toujours été en quête d’excellence dans tout ce que nous entreprenions. Nous savons qu’il s’agit de ce que vous attendez. Et lorsque nous ne sommes pas à la hauteur, nous faisons tout notre possible pour nous améliorer. Nous tenons à ce que vous sachiez que nous avons proposé à M. Murray de remplacer son auto, ou de la lui rembourser, et nous espérons pouvoir raviver sa passion pour Porsche. »

Voilà qui est dit, et ce devant une communauté de plus de 7 millions de passionnés. Et cela n’était rien moins que la meilleure chose à faire! Assumer ses erreurs, et clamer haut et fort que cela servirait de leçon pour l’avenir. Un risque énorme certes, celui de perdre un peu en crédibilité, mais ce risque devait être pris, à l’heure où le moindre problème peut prendre une ampleur démesurée: la télé, la radio, de nombreux médias souhaitaient inviter Nick Murray afin d’obtenir son témoignage. Il est grand temps pour les marques grand public, et peut-être plus encore pour les marques haut de gamme de prendre conscience d’une nouvelle réalité: les clients qui peuvent payer, disposent d’autant de moyens de vous faire payer. Cette situation est inédite, et rendue possible par la multiplication des supports d’information, où la moindre anecdote peut se propager comme une traînée de poudre. Une nouvelle ère pour le service clients…

 Sources:

http://www.worldcarfans.com/114041873595/owner-of-faulty-2013-porsche-911-shares-his-grief-video

http://www.carscoops.com/2014/04/porsche-does-right-thing-and-offers-to.html

http://www.carscoops.com/2014/04/disgruntled-owner-of-brand-new-porsche.html

Quoi de neuf? Semaine du 19 au 25 avril

Le Macan à quatre pattes

Cela risque de devenir une habitude chez Porsche, les petits moteurs vont peu à peu devenir légion. Le premier quatre cylindres à faire son apparition dans la gamme depuis le 968 vient d’être inauguré sur le Macan. Il s’agit d’un moteur diesel turbocompressé de 2 litres de cylindrée, développant 237ch. L’intérêt d’un tel moteur ne réside pas tant dans ses performances que dans sa frugalité, et force est d’admettre que celle-ci est remarquable: le Macan Diesel ne consommerait que 7,5 litres pour 100 kilomètres. Pas mal non?

8677688761410195654

Initialement réservé à la Chine, le Macan Diesel vient de faire son arrivée au Royaume-Uni et devrait rapidement tracer son chemin à travers l’Europe. Notons qu’il ne sera pas commercialisé aux Etats-Unis. Il est toutefois amusant de souligner à quel point l’arrivée de ce petit moteur a été discrète, n’étant que péniblement relayée par les médias spécialisés. Manque de prestige, performances poussives, c’est peu de le dire, ce modèle ne fera que peu rêver. Soyez néanmoins assuré que l’arrivée d’un quatre cylindres sur la prochaine génération de Boxster et de Cayman (ce n’est pas pour demain, certes) sera célébrée avec tambours et trompettes. Le constructeur sortira ses plus beaux modèles du musée, 550 Spyder, 904 GTS, 718 RS, avec au programme cours de rattrapage sur le moteur Fuhrmann et énumération des victoires glanées par les Porsche à quatre cylindres, et ce jusqu’à la dernière née, la 919, parce-que-le-quatre-cylindres-c’est-quand-même-trop-génial. Hypocrisie? Peut-être un peu, mais rien de moins qu’une stratégie de communication répondant à la plus évidente logique.

Pour Spa,la RSR grossit, et la 919 se déguise en centrale électrique

Allez dire à un champion d’arrêter de s’entraîner afin que la concurrence puisse le battre, il vous rira au nez (s’il ne lui prend pas l’envie de vous le casser). C’est pourtant la drôle de règle à laquelle doivent se plier les concurrents du GTE dans le championnat du monde d’endurance. Auréolées de trois victoires depuis le début de la saison à Sebring, Daytona et Silverstone, les 991 RSR retrouveront le reste du peloton le 3 mai prochain à Spa-Francorchamps à l’occasion des 6 heures de Spa. La curieuse règle d’équilibre général des performances obligera les RSR du GTE Pro et du GTE Am à se lester de 25 kilogrammes de charges supplémentaires. Après tout, peut-être vaut-il mieux qu’elles perdent la course de Spa afin de voir leurs lests retirés lors des 24 heures du Mans. Quoi qu’il en soit, il est toujours plus agréable d’entendre que les Porsche sont pénalisées du fait de performances par trop supérieures à la concurrence, plutôt que de les voir souffrir en queue de peloton. Il est vrai que les 911 n’avaient plus été capables de dominer ainsi le championnat depuis bien longtemps…

M14_0532_fine

Nous y retrouverons également les 919 Hybrid pour la deuxième course de leur histoire. Notons un chiffre intéressant évoqué par Porsche à propos du système hybride de son prototype: en accord avec la réglementation, celui-ci est capable de générer 1,33 kWh d’énergie par tour. En considérant que la course de Spa se déroule sur 170 tours, la 919 Hybrid devrait générer au cours de la course un total de 226 kWh d’énergie, l’équivalent de ce que consomme en moyenne un foyer allemand pendant un mois estival. Peut-être Porsche finira-t-il par avoir la peau de l’industrie éolienne…

Porsche de la semaine: deux turbos ou deux turbos?

Ce qu’il y a d’amusant avec la 911 Turbo, c’est qu’il est presque facile de trouver des exemplaires originaux. Cela s’explique aisément: ces modèles étant les plus chers de la gamme, les propriétaires fort aisés rechignent moins à la dépense lorsqu’il s’agit de personnaliser leur auto. Ce qui ne m’empêche pas de préférer le noir pour la Turbo 3.6. Certes, mais ce n’est jamais que l’exception qui confirme la règle. Chers amateurs de Turbo, ouvrez grand les yeux, rien ne vaut les couleurs, les couleurs vives, les couleurs sur-mesure. Rien ne va mieux à la plus belle Turbo de l’histoire: la 993!

1397749966porsche_993_turbo_pannhorst_porsche_993_turbo_pannhorst_DSC_6994

Ce qui rend la 993 Turbo si belle, c’est la sensualité inégalée de ses lignes. La 933 troqua en effet les lignes musculeuses des 964 pour une silhouette faite de force contenue, plus aboutie, mais ne sacrifiant rien aux ailes proéminentes et à l’imposant aileron arrière. Le tout respirant néanmoins la maturité, bien plus que sur les générations précédentes. Pouvait-on espérer meilleure couleur que le rouge indien afin de mettre en valeur le moindre galbe de la Turbo? Admettez que cela a plus d’allure que le gris métallisé. Quant à la rareté d’une telle couleur, n’en parlons pas, il vaudra mieux vous jeter sur la première venue. Ajoutez à cela un agrément de conduite inédit sur une Turbo, grâce à un moteur désormais équipé de deux turbos plus petits, permettant au flat 6 de 3,6 litres de développer 408ch, dans un niveau de confort et de sécurité tout aussi surprenant du fait de l’arrivée des quatre roues motrices, et vous vous trouverez en présence de l’une des 911 les plus enthousiasmantes jamais construites.

1397749925porsche_993_turbo_pannhorst_porsche_993_turbo_pannhorst_DSC_6996

Oui mais une 911, cela se vit également de l’intérieur. Vous ne manquerez de rien. L’intérieur tendu de cuir beige apporte une luminosité bienvenue, tout en assurant un mariage idéal avec la couleur extérieure. Notez la présence de sièges sport. Ils n’ont pas seulement le mérite d’être superbes, ils assurent également un maintien et un confort supérieurs aux sièges de série. Pour le reste, la Turbo peut se vanter d’être le modèle le plus richement doté de la gamme, bien que sa relative ancienneté la prive ici de GPS ou d’un système Audio très performant. Un moindre mal, lorsque l’on voit les prestations dont est capable une 993 Turbo.

1397749936porsche_993_turbo_pannhorst_porsche_993_turbo_pannhorst_DSC_7004

Alors pensez-vous, une Turbo dans un si bel état, avec une combinaison de couleurs si réussie, à la croisée des chemins entre une auto récente et une Classic, capable néanmoins d’en remontrer à la plupart des sportives de notre époque grâce à son moteur volcanique, mais tout aussi capable de vous dorloter dans le plus grand confort sous un déluge, cela ne se refuse pas. Je prendrai même le risque d’affirmer qu’il s’agit d’une 911 incontournable, idéale, presque parfaite. Avec, tout de même, un défaut: une cote filant vers les sommets, celle-ci étant à vendre pour pas moins de 118 000€. Bobo…

1397749960porsche_993_turbo_pannhorst_porsche_993_turbo_pannhorst_DSC_7006
Notez la présence d’une autre option: les fonds de compteurs blancs.

Ceci me permet d’aborder la seconde partie de cet article. N’est-ce pas un peu cher payé? N’est-elle pas déjà un peu trop ancienne pour supporter les longs trajets? Bon, pour vous faire plaisir, je me replonge dans mes annonces. Ce qui me permet de vous proposer une auto un peu plus récente, tout aussi originale, et peut-être nettement mieux. Nous voici en présence d’une 997 Turbo de première génération.

20130910072442373_001

Ne me demandez pas de quelle couleur il s’agit, je ne le sais pas. Et ce, pour une raison très simple, c’est qu’il s’agit d’une couleur réalisée sur échantillon, qui ressemble pourtant à s’y méprendre au bleu glacier. Une nuance sublime dont je suis très friand. Sans doute aurez-vous remarqué la présence de l’aérokit optionnel, comprenant un aileron arrière plus massif, ainsi qu’une lèvre de bouclier avant plus proéminente, ainsi que les feux arrière entièrement rouges. De l’élégance et du sport. Avec 480ch sous le pied, les balades s’annoncent pleines de promesses. Oh, veuillez m’excuser, j’ai omis un léger détail. Le moteur a bénéficié d’une reprogrammation électronique, d’un nouveau filtre à air, ainsi que d’un nouveau système d’échappement, portant la puissance du flat 6 à pas moins de 560ch. Avec les quatre roues motrices, elle risque de grimper aux arbres!

20130910072442373_003

Bon, vous grimperez ce que vous voulez, cela ne nous concerne pas. Cependant, vous le ferez dans le plus grand confort! L’intérieur entièrement tendu d’un cuir bleu confectionné sur demande spéciale fait la part belle aux matériaux nobles: lorsqu’il ne s’agit pas de cuir, c’est l’aluminium qui ornemente cet habitacle de belle facture: que ce soit sur la console centrale, le levier de vitesse, le téléphone optionnel, l’entourage de l’écran du GPS, les grilles des hauts-parleurs, la coque des sièges sport ou encore les seuils de porte. Quant aux ceintures, elles sont également gris argent. Vous pourrez encore compter sur le toit ouvrant électrique, les sièges chauffants, le pack sport chrono, l’assistance au parking, mais également les freins PCCB en carbone-céramique, la couleur jaune des étriers se mariant à merveille à la couleur extérieure.

20130910072442373_004

Il serait temps de résumer: plus de puissance, plus d’équipements, plus rapide, plus récente, moins kilométrée que la 993 susnommée. J’avais beau jeu de me plaindre du montant demandé pour la 993, mais finalement, elle risque de passer pour une bonne affaire en comparaison de cette magnifique 997. Ou plutôt pour l’arnaque du siècle: le centre Porsche de Dresde ne réclame « que » 72 900€ pour cette 997 Turbo! Les mystères des motivations des collectionneurs ne cesseront jamais de me surprendre…

Vous possédez une Porsche originale? N’hésitez pas à nous contacter afin qu’elle fasse l’objet d’un article, qu’elle soit à vendre ou non: 906chronicles@gmail.com

La 993 Turbo illustrant cet article est à vendre chez Pannhorst Classics:

http://www.pannhorst-classics.de/fahrzeuge/fahrzeugangebote-detail/?car_id=411

Tout comme la 997 Turbo, au centre Porsche de Dresde:

http://locator.porsche.com/ipl-customer/ipl/details/details.ipl?md5=3f26ef2f5457bb69c6f3571c350b4052&url=de

 

Edition limitée: Boxster Orange Edition

Cayman S Sport, 997 GT3 RS, sans même compter quelques commandes spéciales découvertes sur 906 Chronicles, la liste des autos orange sur la génération 987-997 ne fait que s’allonger. Est-ce pour autant que cette couleur nous semblerait banale? Eh bien, installez l’une de ces Porsche déguisées en mandarine au milieu d’une armée de 911 grises, et vous constaterez l’enthousiasme suscité par cette couleur. Mettez-en une deuxième à côté, et vous verrez l’excitation générale des passionnés. Deux orange, c’est exceptionnel! Aimeriez-vous en voir 500? Voici une excellente raison de découvrir une édition limitée datant de 2008, réservée aux Etats-Unis: le Boxster Orange Edition.

38758287

Tout d’abord, une petite remarque: le Boxster Orange Edition fut produit à 500 unités: 250 d’entre eux furent des Boxster à moteur 2.7 litres de 245ch, tandis que les 250 suivants furent tous des Boxster S à moteur 3,2 litres développant 295ch. Voilà qui promettait de mettre cette édition limitée à la portée de toutes les bourses. Une initiative à saluer, tant les 997 Speedster et 997 Sport Classic mirent les Editions limitées hors de portée des porschistes les plus modestes. Il y a d’ailleurs de fortes chances que cette époque des séries limitées plus accessibles soit révolue, tant les éditions limitées offrent l’occasion au constructeur de monter en gamme en présentant des véhicules toujours plus exclusifs. Et très rentables, soit dit en passant.

38758411

Mais alors, qu’a-t-il de spécial ce Boxster? C’est écrit dessus: il est orange, empruntant directement sa livrée à la 997 GT3 RS de première génération. Et c’est tout? Non pas exactement, nous sommes chez Porsche. La GT3 RS avait droit à des bandes latérales et des jantes noires, le Boxster aura droit à un traitement quasiment similaire. Les jantes, qu’elles soient de 18 ou de 19 pouces, sont peintes en noir, tout comme les rétroviseurs, les entrées d’air frontales et latérales, ou encore le monogramme arrière. Cet aspect extérieur « musclé » est renforcé par la présence du pack Sport Design comprenant une lèvre de bouclier avant plus prononcée, ainsi qu’un extracteur d’air au bas de la jupe arrière. Notez également la présence d’un échappement Sport, ainsi que les arceaux peints de la couleur de la carrosserie.

38758587

L’intérieur affirme tout aussi résolument sa vocation sportive inspirée des GT3. Le volant est recouvert d’Alcantara, tout comme l’assise centrale des sièges. Enfin, le frein à mains ainsi que le levier de vitesse subissent le même traitement à base d’Alcantara. Il faut bien l’admettre, un intérieur entièrement habillé de noir serait bien triste. C’est la raison pour laquelle Porsche s’est amusé à peindre les baguettes de tableau de bord, l’entourage du levier de vitesses ainsi que les entourages de poignées de porte en Orange. On ne sait jamais,  s’il vous venait à l’esprit d’oublier que vous êtes installé à bord d’un Boxster parmi les plus joyeux jamais construits!

38758635

Joyeux, tel est le mot! Proposé à 49 900$ en version de base, et à 59 900$ en version S, le Boxster Orange Edition n’apparaît pas très cher. Un vendeur réclamait d’ailleurs 39 950$ pour un Boxster 2.7 Orange d’occasion. Un tarif somme toutes raisonnable pour une auto faisant lieu de véritable anti-dépresseur. A consommer de toute urgence, sans tenir compte des dosages recommandés!

38758427

Et comme rien ne veut de vraies images, vous trouverez ci-dessous la vidéo d’un professionnel faisant le tour du Boxster S Orange:

L’annonce pour le Boxster 2.7:

http://www.cars.com/go/search/detail.jsp?tracktype=usedcc&listingId=603755039&aff=oodle

Sources:

http://press.porsche.com/news/release.php?id=398

http://press.porsche.com/news/release.php?id=373

http://gtcarlot.com/colors/car/38689718-7.html

Débuts encourageants à Silverstone

Eh bien! Quelle journée! Je dois dire qu’en ayant suivi la course de près, j’ai bien eu quelques émotions. Les 6h de Silverstone sont terminées, il est grand temps de vous offrir un petit compte-rendu. Il y a du bon, et du bon! Bon d’accord, un peu de moins bon également, et quelques interrogations…

M14_0568

Placées respectivement 3ème et 6ème sur la grille, on ne peut pas dire que les 919 aient fait sauter la banque aux qualifications, mais là n’est pas l’essentiel. Le départ fut décevant, puisque les 919 se retrouvèrent en 5ème et 6ème position. A ce moment, derrière deux Toyota et deux Audi, la chose paraissait mal engagée… C’était toutefois sans compter une météo très britannique, mais également quelques défauts de jeunesse sur les autos. Sous la pluie, certaines autos sont parties dans les bas côtés, parfois définitivement. A ce titre, nous nous serions volontiers passés de l’abandon de la 919 Hybrid n°14 au bout de seulement 1h15 de course, victime d’un problème hydraulique. Il faut dire qu’avoir perdu une roue en début de course n’aura pas aidé… Mais l’hécatombe épargna la seconde Porsche, et ce fut Audi qui déplora les plus grosses pertes. A plusieurs heures d’intervalle, les deux Audi R18 e-tron furent contraintes à l’abandon sur sorties de pistes, la faute à une piste détrempée.

M14_0614
C’est à cette place qu’on aime voir les Audi!

Après cela, la course ne sembla plus être qu’une promenade de santé pour les Toyota TS 040, talonnées par la Porsche 919 Hybrid manquant manifestement un peu de rapidité pour pouvoir contester la victoire aux Toyota. Néanmoins, on vit la Porsche se rapprocher de temps à autres de la seconde Toyota, s’emparant de la deuxième place pendant quelques secondes. En définitive, le Spinosaure termine la première course de son histoire sur le podium, en décrochant une troisième place honorable, derrière les intouchables Toyota.

M14_0600
Retour aux stands définitif pour la n°14

Du côté du GTE Am, face à des écuries équipées de Ferrari 458 et autres Aston Martin Vantage, l’écurie du constructeur et ses deux 991 RSR n’ont pas démérité. C’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’elles ont réalisé un doublé, venant confirmer la bonne forme des 991 RSR après leurs victoires à Sebring et Daytona. Soulignons le fait que la course fut interrompue 23 minutes avant son terme en raison de conditions météorologiques ne garantissant pas la sécurité des pilotes. De bon augure pour les 24 heures du Mans.

M14_0534_fine

Mais la question mérite d’être posée: dans des conditions optimales, et avec les deux Audi en course, où se seraient retrouvées les deux 919? Eh bien, n’oublions pas qu’elles occupaient les 5ème et 6ème places lorsque les conditions étaient encore plus ou moins correctes. Avec certes une Porsche partie de la troisième place et ayant manqué son départ. Nous en restons réduits à des suppositions, mais les résultats des qualifications et du début de course laissent penser que les Porsche ne sont peut-être pas encore au niveau de la concurrence. Ce n’est jamais que la première course de l’année certes. L’écurie Porsche n’en est qu’à sa première vraie course au plus haut niveau après seize années de longue absence, et était confrontée à des écuries particulièrement expérimentées. Il serait donc de bon ton de leur accorder le bénéfice du doute, et d’applaudir comme il se doit une performance qui reste remarquable après une si longue absence en compétition.

M14_0532_fine

Cependant, le corollaire de cette longue absence est que les attentes des amoureux de la marque sont élevées. Bien plus élevées d’ailleurs que la troisième marche du podium. Le constructeur est probablement conscient de la pression qui pèse sur ses épaules, mais il nous faut accepter le fait que la victoire ultime au Mans ne sera peut-être pas pour cette année. Quoi qu’il en soit, il est clair que le constructeur n’est pas revenu en compétition pour se contenter de places d’honneur…

M14_0536

Résultats de la catégorie LMP1:

1. Davidson/Lapierre/Buemi (GB/F/CH), Toyota TS040 Hybrid, 167 tours
2. Wurz/Sarrazin/Nakajima (A/F/J), Toyota TS040 Hybrid, à 1 tour
3. Bernhard/Webber/Hartley (D/AUS/NZ), Porsche 919 Hybrid, à 2 tours
4. Heidfeld/Prost/Beche (D/F/CH), Lola B12/60-Toyota, à 8 tours

Résultats de la catégorie GTE Pro:

1. Holzer/Makowiecki//Lietz (D/F/A), Porsche 911 RSR, 147 tours
2. Bergmeister/Pilet/Tandy (D/F/GB), Porsche 911 RSR, 147 tours
3. Turner/Mücke (GB/D), Aston Martin Vantage, 147 tours
4. Bruni/Vilander (I/SF), Ferrari 458 Italia, 147 tours
5. Rigon/Calado (I/GB), Ferrari F458 Italia, 146 tours
6. Griffin/Parente (IRL/P), Ferrari F 458 Italia, 146 tours

 

Rejoignez la page Facebook de 906 Chronicles afin d’avoir des informations en direct lors de la prochaine course:

https://www.facebook.com/pages/906-Chronicles/151895578317833

Suivez le lien ci-dessous afin de voir les moments importants de la course:

Images officielles Porsche