Porsche de la semaine: 997 Speedster

Eh bien! N’ai-je donc rien trouvé de plus original cette semaine? Bon certes, on ne voit pas de 997 Speedster tous les jours, mais que va-t-on bien pouvoir apprendre de nouveau? Oui, d’accord, il y en a eu 356, c’est très rare. Et après? Oui oui, on le sait que Porsche Exclusive l’a préparé afin de fêter les 25 ans de ce département spécialisé dans la personnalisation très haut de gamme, mais encore? Non, vraiment ça ne sert à rien, et en plus ils sont tous Bleu Profond, et quelques uns sont Blancs. Ah vraiment? Vous en êtes sûrs? Laissez-moi vous prouver le contraire…

Speedster_front
Heureux ceux qui ne croient pas avant d’avoir vu!

Eh oui chers lecteurs, les clients ayant opté pour la 997 Speedster possédaient à n’en pas douter un goût certain, mais il y a quelques nostalgiques (ou quelques irréductibles?), pour qui l’auto présentée par Porsche n’était pas encore parfaite. Voici donc sous vos yeux un Speedster commandé par un client exigeant, portant une sublime robe rouge indien! Mais cela devrait-il nous surprendre? Il est vrai que la 911 Carrera 3.2 Speedster, ainsi que la 964 Speedster avant la 997 sont le plus souvent imaginées en rouge, la couleur dans laquelle elles furent présentées. Dès lors, il n’y a rien d’étonnant à ce que quelques nostalgiques aient souhaité faire perdurer le mythe de la 911 Speedster rouge! Et force est de le constater, rien ne va au Speedster mieux que le rouge.

Speedster_back
La capote de la 991 a fait de tels progrès que la 997 passerait presque pour une auto ancienne.

Une précision cependant, ne devrait pas manquer de vous interpeller. Du plus petit Boxster à la 918 Spyder, le rouge indien est une couleur gratuite. Et, le rouge indien étant une couleur spéciale pour la 997 Speedster, le premier propriétaire dut débourser pas moins de 5500$ afin de voir son Speedster drapé d’une couleur en théorie gratuite. Et pourtant, le Bleu Profond destiné au seul Speedster lors de sa sortie était une couleur unique, créée pour l’occasion, ce qui ferait du Bleu Profond une option très onéreuse, pourtant proposée gratuitement sur le Speedster. Si vous suivez toujours, le côté tout à fait saugrenu de la chose ne vous aura pas échappé. A croire que Porsche confond parfois l’emplacement où se met le suppositoire avec celui, disons, d’objets nettement plus volumineux…

Speedster_engine

Mis à part cela, que dire, sinon que ce Speedster est une merveille! L’intérieur n’embarque pas son cuir à damiers rouges si caractéristique, ce qui n’est pas pour me déplaire. Certes, le Speedster est un véhicule de plaisir déjanté, mais force est de constater que l’élégance lui va tout aussi bien, sinon mieux. Notons également que la couture des pièces de cuir n’est pas faite de façon conventionnelle, créant un passepoil entre les pièces de cuir. Une option difficile à remarquer, mais elle aussi particulièrement élégante. Pour le reste, il ne manque rien. Les jantes Fuchs à l’intérieur peint en noir créent un superbe contraste avec ce rouge éclatant, tandis que la boîte à air en fibre de carbone flattant l’oeil dans le compartiment moteur rappelle la présence du kit X51 portant la puissance à 408ch, libérés par l’excellente boîte PDK à double embrayage.

Speedster_interior
Notez également les poignées de portes habillées de cuir ainsi que le levier de frein à mains AluDesgin

Il reste très amusant de constater que dans la petite famille des 997 Speedster, l’auto la plus sobre est en réalité la plus originale. Une couleur gratuite devient ici rarissime, un intérieur dépourvu de fioritures colorées est ici particulièrement original. De quoi réjouir les collectionneurs amateurs de sobriété, les amateurs d’autos rares et exceptionnelles, ainsi que tous les amoureux de Speedster. Cette 997 Speedster est à vendre, mais croyez-moi, elle ne le restera pas longtemps. L’occasion rêvée d’acquérir un joyau parmi les raretés ne se présente pas si souvent…

Ce véhicule est à vendre chez Richard Sloan:

http://sloancars.com/4531/2011-997-speedster-3000-miles/

La 991 GT3 RS en approche!

Au compte-gouttes, les informations, certes non officielles, commencent à fuiter concernant l’arrivée imminente de la 991 GT3 RS. Dans le même temps, les photos de prototypes commencent elles aussi à émerger, laissant croire à une présentation de l’auto dans un futur proche.

La 991 GT3 RS serait présentée lors du salon de Genève. Voici quelques mois, le planning des présentations officielles du constructeur avait été malencontreusement dévoilé, ce qui a poussé Porsche à modifier l’ensemble de son calendrier. En l’occurrence, la GT3 RS n’y figurait pas. Une présentation au salon de Genève aurait du sens, puisque c’est lors de ce même salon que fut présentée la 991 GT3, et où d’autres grands constructeurs ont présenté leurs supercars il y a de cela un an. En termes de couverture médiatique, cela semble donc plausible.

porsche-997-gt2-c302027062013122756_2

En ce qui concerne les données techniques, il apparaît désormais que ce qui semblait être un mulet de 991 GT2 tournant sur le Nürburgring, s’avère en réalité être une 991 GT3 RS. La confusion venait de la présence d’une carrosserie large de Turbo. La 991 GT3 RS sera donc équipée d’une carrosserie particulièrement large, adoptant au passage les prises d’air dans les flancs arrière de la Turbo. Une fois de plus, cette information n’a rien de farfelu, car il semblerait que la 991 GT2 n’ait toujours pas obtenu le feu vert de la direction en vue d’une production future. Le responsable des projets 911, August Achleitner, a récemment déclaré à Car & Driver que l’idée d’une GT2 est confrontée à des problèmes d’ordre technique, ainsi qu’à des luttes en interne concernant l’avenir de la GT2.

porsche-997-gt2-c302027062013122756_5

August Aleichtner affirme en effet que « si vous considérez la puissance développée par la Turbo S, en retirant les 4 roues motrices, transmettre une telle puissance au sol pose des difficultés ». Un argument difficilement recevable si l’on considère que la nouvelle Turbo S développe 560ch, contre 620ch pour la dernière GT2 RS. Il paraît donc bien difficile d’accorder beaucoup de crédit à un tel propos, certainement destiné a détourner un peu l’attention afin de laisser le constructeur travailler en paix. D’autant plus qu’il ne fait pas du tout partie des habitudes de Porsche d’abandonner un modèle phare pour de menus problèmes techniques, le constructeur ayant plutôt pour habitude de se surpasser par des innovations de pointe.  Il serait d’autre part bien surprenant que Porsche se passe de ce modèle parmi les plus rentables alors que la tendance semble clairement orientée vers un élargissement de la gamme 911. Il est donc nettement plus plausible que Porsche sorte une GT2, puis une GT2 RS (cette fois-ci en édition non limitée), plutôt que pas de GT2 du tout!

porsche-997-gt2-c302027062013122756_8

August Aleichtner aurait ainsi laissé entendre que le véhicule surpris sur le Nürburgring serait la GT3 RS. Selon d’autres sources, la GT3 RS sera équipée d’un moteur flat 6 de 4 litres de cylindrée développant 500ch. Une nouvelle GT3 RS 4.0? Ce n’est pas non plus dans les habitudes de Porsche, mais sait-on ce que l’avenir nous réserve… Enfin, la GT3 RS serait équipée, sans surprise, d’un gigantesque aileron arrière, tandis que le constructeur aurait recours à une carrosserie en carbone afin d’en réduire le poids, ainsi qu’à un toit en magnésium, ce qui serait une grande première. En dernier lieu la GT3 RS devrait être équipée de roues avant de 20 pouces de diamètre, alors que les roues arrière verraient leur diamètre porté à 21 pouces.

porsche-997-gt2-c302027062013122756_3

Voilà bon nombre d’informations croustillantes qu’il reste néanmoins de bon aloi de considérer avec un certain recul, rien n’étant encore officialisé. Cependant, il ne fait nul doute que certaines informations sont tout à fait fondées, ce qui ne peut que laisser rêveur devant la GT3 RS que Porsche nous prépare. Wait and see…

Images et informations:

http://www.worldcarfans.com/114011768923/porsche-911-boss-downplays-the-possibility-of-a-new-911

http://www.autogespot.com/porsche-991-gt3-rs-will-be-better-than-ever-before!-

http://www.autogespot.com/spots?type=991+GT3+RS&spottype=photo

Vous avez dit 928 Clubsport?

La découverte hier de cette auto insolite m’a poussé à mener davantage de recherches. Grâce à la disponibilité et l’amabilité de son vendeur autrichien, je suis aujourd’hui en mesure de vous faire découvrir la 928 Clubsport en détails.

La Clubsport voit le jour en 1987. A cette époque, Porsche vient de lancer sa 911 Carrera 3.2 Clubsport, et l’enthousiasme des clients pousse le constructeur à exploiter le filon Clubsport plus avant. 7 prototypes seront construits cette même année, dont 4 seront réservés aux pilotes de l’usine: Derek Bell, Jochen Mass, Bob Wollek et Hans Stück.

002_640
La Clubsport de Derek Bell

Seulement 7 prototypes, cela semble bien peu dans l’optique de tester une nouvelle auto. Cependant, force est d’admettre que les changement apportés à la Clubsport, par rapport à une 928 S4 normale, sont loin d’être légion. Des arbres à cames un peu plus sportifs, ainsi que des valves d’un diamètre accru d’1mm sont les seuls raffinements apportés au V8 dont la puissance reste inchangée, à 320ch. Les dimensions des pneumatiques restent inchangées  (225/50 à l’avant, 245/45 à l’arrière), tandis que les amortisseurs sont raffermis, associés à des ressorts courts à l’avant. Il n’y a guère de quoi parler d’une auto radicalement différente, ni même réellement plus sportive.

DSC05648
Rien ne semble manquer. Et pourtant, il s’agit bien d’une Clubsport.

La Clubsport ne parvient à légitimer sont patronyme que grâce à un allègement significatif: l’essuie-glace arrière, le verrouillage centralisé, le second rétroviseur extérieur, le système de réglage électrique des sièges, le système de désembuage de la vitre arrière, les gicleurs de pare-brise à haute pression, ainsi qu’une importe couche d’insonorisants sont retirés. Cela permet d’économiser 120 kilogrammes (100 selon d’autres sources), portant le poids de l’auto à 1450 kilogrammes. Néanmoins, rien ne vous empêche d’opter pour un toit ouvrant panoramique, un intérieur entièrement habillé de cuir, et les places arrière ne sont pas supprimées.

003
Derek Bell posant devant sa 928 CS

A la lecture de ces lignes, on ne peut que partager l’opinion des journalistes qui l’essayèrent en leur temps: le constructeur fut bien en peine de positionner son navire amiral, entre grande GT avaleuse de kilomètres, ce que souhaitait le département marketing, et une auto nettement plus sportive, car les ingénieurs ne souhaitaient en aucun cas entendre parler d’une pâle copie de Mercedes SL. Nous savons qui eut le dernier mot… De fait, les journalistes eurent bien du mal à percevoir la véritable cible, et donc la nécessité de la 928 S4 Clubsport, guère plus performante en ligne droite, et ne révélant ses qualités dynamiques qu’à rythme soutenu.

image_zps333188c2
Une 928 S2, probablement à Silverstone. Notez qu’elle porte les couleurs de Rothmans, qui auraient été fort appropriées sur la Clubsport.

Les clients partagèrent cet avis, puisque la 928 S4 Clubsport ne fut commercialisée que durant deux années. Grâce à Samuel, du club Porsche 928 de France, je suis en mesure de vous communiquer les ventes de chaque année:

  • 1988: 12 exemplaires de série
  • 1989: 7 exemplaires de série

Si l’on tient compte des 7 prototypes construits en 1987, cela porte le total à 26 autos. Seulement 26 exemplaires d’une auto qui ne trouvera jamais sa clientèle. Tout venant à point à qui sait attendre, la 928 Clubsport bénéficie aujourd’hui d’un réel intérêt historique, d’autant plus en ce qui concerne les 4 prototypes destinés aux pilotes. J’en veux pour preuve la cote de la Clubsport. Facturées sensiblement au même prix lors de leur sortie, il est aujourd’hui inenvisageable d’acquérir une 928 S4 Clubsport au même prix qu’une S4 normale (comptez 30 000€ pour un exemplaire en très bel état). Le prototype ayant appartenu à Hans Stück est en effet à vendre pour la modique somme de 92 000€. Un tarif élevé, mais somme toutes justifié, eu égard à l’incroyable intérêt historique de cette Clubsport…

Insolite: 928 Clubsport !!

Internet ne cessera jamais de m’étonner. Il en est de même chez Porsche! Bien que je passe le plus gros de mon temps libre à fouiller l’histoire prolifique de mon constructeur adoré, je ne cesse de découvrir de nouvelles anecdotes ou de nouveaux modèles toujours plus étonnants. Et parmi toutes ces anecdotes, certaines méritent amplement d’être contées. Laissez-moi vous conter la belle histoire d’une Clubsport.

dsc07054

Clubsport est un qualificatif fortement évocateur au sein de la communauté Porsche. Il fait référence aux GT3 dotées d’un équipement allégées, certes. Mais bien avant cela, ce petit nom eut l’honneur d’être porté par la 911 Carrera 3.2, un simulacre de RS aujourd’hui très convoité. La 968 à moteur avant posséda elle aussi sa dénomination Clubsport. Celle-ci est un collector en devenir. Mais lorsqu’un énorme coupé à moteur V8 placé à l’avant, plus connu sous le nom de 928, hérite lui aussi d’une version Clubsport, il ne fait aucun doute que les plus connaisseurs affûtent déjà leurs épées, et partent en croisade, rêvant de me pourfendre, moi, l’hérétique, de part en part. Et pourtant…

dsc07052
Ce n’est pas une blague, elle est sortie telle quelle de l’usine! Notez la discrète décalcomanie « Clubsport » sur l’aile avant, rare signe distinctif.

Oui, la 928 Clubsport a bel et bien existé. Nous sommes en 1987, et la 928 est désormais commercialisée sous sa version S4, dont le V8 développe la bagatelle de 320ch. C’est l’une des 928 les plus intéressantes. Alors imaginez qu’en 1988 Porsche retire 120kg d’équipements superflus (en majorité des systèmes électriques ou des insonorisants) de cette grosse bête, réduisant ainsi le poids de la 928 S4 à environ 1450kg; imaginez que Porsche l’équipe d’amortisseurs rabaissés de 10mm et raffermis; imaginez que Porsche l’équipe de jantes plus larges… Il n’en faut pas davantage pour la transformer en 928 Clubsport.

dsc07074
Il est bien difficile de constater l’allègement.

Si vous n’avez jamais entendu parler de ce modèle, nul ne peut vous en blâmer. Et pour cause, il n’y eut en tout et pour tout que 4 exemplaires! Et pour couronner le tout, ceux-ci étaient réservés aux pilotes d’usine (Hans Stück, Bob Wollek, Jochen Mass et Derek Bell)! Je ne m’en suis toujours pas remis!

dsc07055
Qui soupçonnerait une Clubsport?

J’ai découvert l’exemplaire qui illustre cet article en Autriche. C’est une authentique Clubsport, comme en attestent les documents fournis par le vendeur. Celle-ci fut la propriété de Hans Stück, célèbre pour avoir remporté les 24 heures du Mans en 1986 et 1987 après une longue carrière en Formule 1. D’après les documents disponibles, dont le certificat d’authenticité délivré par Porsche, le constructeur affirme que « sur le plan technique, ce véhicule est de notre point de vue d’une grande importance ». Saura-t-on jamais si la Clubsport devait voir le jour en série? L’on est en droit de supposer que les pilotes d’usines jouèrent également le rôle de pilotes essayeurs de luxe.

081107015111d
Le certificat d’authenticité délivré en 2004.

Rien moins que cela. Cette 928 est à elle seule une parcelle immense, et pourtant insoupçonnée de l’histoire du constructeur. Elle n’est peut-être pas la plus belle, loin s’en faut, mais son pedigree, sa rareté, le prestige de son premier propriétaire ainsi que le respect qu’elle suscite auprès de l’usine elle même, en font pour moi l’une des Porsche les plus désirables qui soient. Jamais, plus jamais je ne verrai la 928 de la même façon…

Consultez l’annonce ici:

http://www.classicdriver.com/en/car/porsche/928/1987/206582

Porsche de la semaine: 997 Targa 4

Serais-je gagné par l’enthousiasme général suscité par la nouvelle 991 Targa? Eh bien, il y a certes un peu de cela, mais surtout, comme vous le constaterez assez rapidement, cette 997 Targa 4 a trop d’attraits à faire valoir pour  ne pas attirer l’attention. Et puis, ne serait-ce pas l’occasion rêvée de nous remettre en mémoire le fonctionnement du toit ouvrant panoramique de la génération précédente? Suivez le guide!

97 TargaC4JS_5

J’ai toujours été convaincu que les couleurs vives n’étaient pas faites pour la Targa. Pensez-vous, le rouge indien, le vert vipère, l’orange sanguine seraient plutôt l’apanage des GT3, drapées de peintures de guerres avant d’aller en découdre sur la piste. Alors que la Targa incarne l’élégance, se trouvant bien plus à son aise dans une robe de soirée que dans un treillis de commando. Ainsi pour elle, rien ne vaut le noir, le bleu foncé, l’or nordique ou le rouge amarante. Mais il faut parfois reconnaître ses torts. Car le jaune vitesse rend cette 997 Targa 4 phase 2 absolument sublime!

97 TargaC4JS_2
Sous cet angle, la Targa est irrésistible

La 997 Targa était la première à n’être proposée qu’en version 4 roues motrices, raison pour laquelle celle-ci était équipée d’ailes élargies en série. Par ailleurs, elle bénéficie d’un joint chromé courant le long de la ligne de toit. Ajoutons également le bandeau réfléchissant parcourant le capot arrière, équipement très évocateur pour les amateurs de Caisses G, 964 et autres 993. Par petites touches subtiles, Porsche a su faire de la 997 Targa l’une des plus belles 911 qui soient, et force est d’admettre que le jaune vitesse met parfaitement en valeur cette élégance innée.

97 TargaC4JS_6
Elle est passée chez Porsche Exclusive

Cet exemplaire est mis en vente par La Villa Rose, et le premier propriétaire n’a pas manqué de goût lors de sa commande. Oh certes, elle est équipée du moteur 3.6l d’entrée de gamme développant 345ch, mais la recherche de performances pures n’est pas la raison d’être de la Targa, née pour profiter de la route, dans un confort indescriptible, et bercé par la douceur de l’air au-dessus de vos têtes, sans subir le moindre remous de vent. La belle vie!

Et quitte à profiter du grand air, autant le faire dans un habitacle à la dotation flatteuse! Le cuir bleu nuit de cet habitacle apporte une touche lumineuse bienvenue, que ne saurait apporter un cuir noir, ainsi qu’un contraste idéal avec la couleur jaune, que vous retrouverez un peu partout dans l’habitacle. Les ceintures de sécurité, la console centrale peinte en jaune, et les fonds de compteurs de la même couleur apportent une touche de gaieté et d’originalité à une auto décidément très réussie.

97 TargaC4JS_1

Que demander de plus? Une boîte PDK? Ne vous inquiétez pas, cette 997 a vraiment pensé à tout pour vous rendre la vie belle! Le prix peut-être? A 65 600€, cette Targa 4 ne se moque de personne, et certainement pas de son futur propriétaire. Il y a vraiment de quoi se laisser tenter…

Davantage d’informations ici:

http://lavillarose.fr/annonces.php?Id=4763